NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

CBDC, « l’argent le plus sûr qui soit » pour la Banque d’Angleterre

La conférence « Future of Fintech » de FStech du 17 juin fut pour Tom Mutton, directeur fintech de la Banque d’Angleterre, l’occasion de revenir sur les perspectives des monnaies numériques de cette institution financière. Une occasion d’aborder le document de discussion de la BoE sur les CBDC ainsi que ses perspectives technologiques.

golden shining bitcoins with flag of england on a dollar money background. bitcoin mining concept.

La Banque d’Angleterre, très optimiste

Au premier abord, Mutton soulignait la nécessité de préparer le lancement d’une Central Bank Digital Currency (CBDC) britannique. Il ne cachait pas non plus son optimisme pour les monnaies digitales des banques centrales et n’a pas négligé l’importance de la blockchain en tant que livre numérique des comptes décentralisé. C’est une première si l’on considère les anciennes déclarations publiques de la BoE. Très confiant, le directeur des technologies de cette institution financière affirmait que la monnaie fiduciaire numérique CBDC, un passif de la Banque d’Angleterre, serait « l’argent le plus sûr du moment ». Son discours comportait aussi une distinction entre la CBDC prévue par les stablecoins privés existants et les autres types de monnaies privées. Cette confiance émergente proviendrait, selon lui, d’une capacité de conversion de l’argent privé (comme un dépôt bancaire) en argent public à la demande. La banque centrale observera à l’occasion une émission sous forme d’espèces. À cela s’ajoutera une meilleure compréhension de l’uniformité et de la substituabilité des différents types d’argents.

CBDC, « oui » mais avec prudence

Les médias ont récemment fait écho des inquiétudes croissantes relatives au caractère énergivore du Bitcoin. Conséquemment, le nombre de sceptiques à l’égard de la technologie blockchain s’est vu augmenter. Se voulant être rassurant, Tom Mutton a écarté l’éventualité d’une émission de CBDC par la Bank of England. Il a ensuite exhorté ses auditeurs à « ne pas jeter le bébé blockchain avec l’eau du bain Bitcoin ».

La conférence donnée par ce haut responsable de la Banque d’Angleterre a mis en évidence les réactions produites par le document de travail sur les CBDC, publié en 2020. Celles-ci laissaient entendre la nécessité d’une vigilance, mentionnée par les entreprises technologiques et fintech ainsi que quelques institutions financières. Et lui d’ajouter que tout contribuant à ce document ayant abordé la nécessité ou non d’une CBDC, exigeait une étude approfondie des avantages et inconvénients de cette monnaie digitale des banques centrales. Il n’a pas hésité à avancer l’accumulation de preuves et l’organisation d’une consultation ouverte avant de tirer une conclusion. 

Bref, le directeur fintech de la Banque d’Angleterre n’est pas du genre à bâcler tout travail de préparation du lancement d’une CBDC. Ses collaborateurs exigent néanmoins plus de garanties avant de faire le grand saut.

Plus d’actions
Partagez

Internautes amateurs, néophytes ou confirmés, c’est avec grand plaisir que je vous livre au quotidien les secrets du monde de la cryptomonnaie.
Mon rôle ? Rendre ce domaine clair et limpide tout en vous livrant les dernières infos croustillantes pour vous permettre d’y investir en connaissance de cause et avec le moins de risque possible.
Ce ne sera pas un long fleuve tranquille mais ce n’est pas grave, c’est la vie !

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo