CBDC, une majorité des Russes en désaccord avec le salaire en rouble numérique

jeu 29 Juil 2021 ▪ 12h00 ▪ 3 min de lecture - par Matthieu Palois

Alors que l’État russe envisage de développer à grande échelle le rouble numérique, une enquête indique que seulement un dixième des Russes accepterait de percevoir leur salaire sous ce format.

Une monnaie numérique contrôlée par l’État russe

À l’instar de la Chine, la Russie n’apprécie pas vraiment le projet des cryptomonnaies non réglementées. Le gouvernement russe n’a aucun pouvoir sur ces monnaies numériques. Et c’est typiquement le genre de chose que n’apprécie pas le Kremlin.

Tout comme l’Empire du Milieu, la Russie met donc tout en œuvre pour développer sa propre monnaie numérique. Le rouble numérique est généré par la Banque de Russie qui prévoit de lancer des projets pilotes dès la fin de l’année et au début de l’année 2022.

Le premier groupe pilote a d’ailleurs déjà été créé. Il réunit 12 grandes banques russes, dont la Sberbank et la VTB, soutenues par l’État, ainsi que de grandes banques privées, telles que Tinkoff Bank.

L’objectif affiché par la banque centrale russe est de payer une grande partie des salaires via cette nouvelle monnaie numérique. À ce titre, les 12 banques présentes dans le groupe pilote traitent actuellement le paiement des salaires de près de 87% de la population russe.

Pour que les Russes puissent ensuite payer en rouble numérique, la banque prévoit déjà la mise en place d’une carte bancaire compatible avec la monnaie numérique étatique.

Un rouble numérique loin de faire l’unanimité en Russie

Une enquête réalisée auprès de 3000 Russes par le site de recrutement HeadHunter indique que les Russes ne sont majoritairement pas d’accord avec le projet d’être payés en roubles numériques.

En effet, seulement 11% des sondés sont prêts à recevoir leur salaire sous cette forme. Parmi ces personnes, la moitié envisage de recevoir l’intégralité de ses salaires en rouble numérique, tandis que l’autre moitié préfère que la part en monnaie numérique russe ne représente pas plus de 50% de leurs salaires.

À l’opposé, 41% des personnes interrogées sont « catégoriquement opposées ». Le reste des sondés déclare ne pas être sûr de vouloir être payé en rouble numérique.

En imposant le rouble numérique comme moyen de paiement des salaires, le gouvernement russe profiterait alors d’un outil lui permettant de contrôler et de surveiller davantage son peuple. Seulement, les Russes accepteront-ils cette nouvelle restriction de liberté ?

Matthieu Palois

Mon intérêt pour les nouvelles technologies m’a téléporté dans l’univers blockchain. Dimension à la fois complexe et tellement vaste que mon cerveau a d’abord réagi en mode "Error 404" frôlant la faille spatio-temporelle avant que j’en comprenne peu à peu les codes. Le chemin est encore long avant d’obtenir le salut du dieu Crypto, mais en attendant j’en profite pour partager ma passion avec vous.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.