NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

1 Plateforme Crypto et Bitcoin (BTC) sur 2 en Délicatesse avec la Régulation KYC

Les déboires juridiques de BitMEX soulèvent – bien évidemment – des questions quant aux réglementations devant encadrer les crypto-exchanges. Les autorités de régulation de la finance traditionnelles doivent-elles avoir le pouvoir de réguler la nouvelle finance ? Décentralisation, procédures KYC, gendarmes de la finance, etc. : difficile de faire un plat équilibré et cohérent avec des ingrédients aussi contrastés.

Procédures KYC : une étude surprenante (ou pas vraiment !)

Les résultats d’une étude réalisée par la société d’analyse blockchain CipherTrace sur 800 exchanges (CEX, DEX et AMM) basés en Europe, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, montrent que 56% d’entre eux ne respecteraient pas les procédures KYC, malgré les lois existantes en matière de lutte contre le blanchiment d’argent.

La grande majorité de ces exchanges se trouverait en Europe, un continent qui est pourtant bien connu pour sa règlementation stricte.

Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Russie et Singapour comptent également un grand nombre d’exchanges aux procédures déficientes.

CipherTrace a également révélé que la plupart des exchanges ne mentionnent pas leur pays d’origine sur leur site ou dans les conditions générales, une omission délibérée pour éviter d’avoir à se conformer à la législation.

L’étude note également que les normes KYC de 70% des exchanges enregistrés aux Seychelles sont insuffisantes, ce qui en fait un repère potentiel pour le blanchiment d’argent.

Vendus mais pas blanchis

CipherTrace a également étudié les procédures KYC auprès de 21 DEX : 81% d’entre eux n’en disposaient pas ou les procédures présentaient des failles.

procédures KYC crypto-exchanges

Les DEX ne sont cependant pas la plateforme privilégiée pour le blanchiment d’argent.

Le rapport de l’étude indique que 7,9 millions de dollars de tokens volés sur KuCoin ont été vendus sur Uniswap, sans pour autant avoir été blanchis sur la plateforme.

Comme les activités des DEX relèvent des activités financières traditionnelles, cela signifie qu’ils devraient être soumis aux mêmes règlementations que les banques et les autres institutions financières.

Le CEO de CipherTrace, Dave Jevans, estime que les CEX n’accepteraient pas facilement de se soumettre à ces règlementations.

Nouvelle finance, nouvelle réglementation, nouvelles autorités financières : ça devrait pourtant être une évidence. On est en train d’essayer de concilier 2 paradigmes mais, les utilisateurs de cryptomonnaies, notamment les early adopters, veulent-ils entrer dans le moule de la finance traditionnelle qu’ils cherchent à fuir ? Il ne s’agit pas de créer une cryptosphère sans foi, ni loi. Mais on ne va tout de même pas remettre le pouvoir de régulations aux mains des mêmes personnes, tout  en voulant – réellement changer les choses.

Plus d’actions
Partagez

( Rédactrice )

La mode c’est bien, mais la blockchain c’est l’avenir, on est d’accord non ?! C’est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c’est d’essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo