NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

L’Espagne durcit le ton pour les citoyens voulant détenir des cryptomonnaies

C’est pour ça qu’il ne faut pas rire des déboires de John McAfee avec le fisc US. J’entends d’ici les moralisateurs : oui mais tu sais, c’est tout à fait normal qu’un gouvernement use de tous les moyens pour collecter les impôts qui bénéficieront à ses citoyens.

Quand un gouvernement s’amuse à dévaluer la monnaie en faisant supporter le poids de l’inflation à ces derniers, à s’immiscer dans leur vie privée au nom de l’intérêt national, il faut aussi continuer à bêler, que c’est tout à fait normal ?

Un projet de loi liberticide est en cours de ratification au Parlement espagnol. Dans le viseur : les cryptomonnaies bien évidemment.

Impôt, crypto, Montero

Un nouveau projet de loi sur la fiscalité en Espagne est en cours de ratification au niveau du Parlement.

Ce projet avait reçu l’approbation du conseil des ministres selon un communiqué publié par la ministre des Finances du pays, Maria Jesus Montero.

L’objectif serait de mettre fin aux transactions fiscales illégales, mais cette loi pourrait avoir des répercussions sur le secteur des cryptomonnaies.

L’essor des cryptos en 2017 a amené plusieurs pays à renforcer les mesures de contrôle fiscal pour capter une partie des bénéfices réalisés par la cryptosphère.

Une initiative récente de sensibilisation aux cryptos menée par le gouvernement avait permis à 350 fonctionnaires de recevoir l’équivalent d’un euro en cryptomonnaie.

Les banques espagnoles manifestent également un intérêt croissant pour les cryptomonnaies et la technologie blockchain, comme le montre le partenariat  récent conclu entre Santander et Ripple.

L’espionnage légalisé au nom de l’intérêt collectif

Le projet de loi impose aux citoyens espagnols de déclarer toute utilisation ou détention d’actifs numériques, même si ces biens sont conservés ou négociés en-dehors du pays.

Le projet interdit par ailleurs les transactions en espèces de plus de 1 000 EUR alors que la limite était précédemment fixée à 2 500 EUR ; ce plafond reste néanmoins en vigueur pour les transactions non-commerciales entre personnes physiques.

Certains suggèrent que comme tout paiement supérieur à 1 000 EUR doit être effectué sous forme électronique, il s’agit d’un renforcement de la surveillance des citoyens espagnols.

Le lancement des cryptos des banques centrales (CDBC) faciliterait considérablement le suivi et le contrôle financier.

Les CDBC : les gouvernements ont su profiter de l’essor des cryptomonnaies pour lancer un cheval de Troie qui dévoilera encore plus la vie privée de tout un chacun aux yeux des institutions étatiques. Vivement la rébellion de la génération Z ?

Plus d’actions
Partagez

( Rédactrice )

La mode c’est bien, mais la blockchain c’est l’avenir, on est d’accord non ?! C’est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c’est d’essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo