L'organisation COPA demande des précisions à Craig Wright sur les droits du White Paper Bitcoin (BTC)

mar 09 Fév 2021 ▪ 14h00 ▪ 3 min de lecture - par Zoé De La Roche

« Il ne peut prouver qu’il est Satoshi Nakamoto, car il n’avait pas prévu initialement qu’il devrait prouver qu’il est le fondateur de Bitcoin (BTC)  » : une phrase qui pourrait se retrouver dans l’argumentaire des avocats de Craig Wright. Ces derniers avaient demandé au propriétaire de Bitcoin.org de retirer le livre blanc de Bitcoin, sous peine de poursuites judiciaires.

9 questions à Craig Wright

Le cabinet d’avocats ontier LLP, qui dit représenter Craig Wright, avait demandé à Bitcoin.org de retirer le livre blanc de Bitcoin du site, faisant valoir le soi-disant droit d’auteur de Faketoshi sur ce dernier.

Le 3 février 2021, le propriétaire de Bitcoin.org, Cobra, a indiqué que « c’est aujourd’hui que je dois cesser d’héberger le livre blanc, sinon je serai poursuivi en justice ».

3 jours auparavant, Cobra aurait reçu une menace de mort d’un fan du Bitcoin Satoshi Vision (BSV).

Les avocats de Wright ont également demandé à d’autres sites de retirer le livre blanc de Bitcoin sous-peine de poursuites judiciaires.

De nombreuses entreprises ont choisi de publier le livre blanc en réponse à ces menaces. Le site web du projet e-residence de l’Estonie, a suivi le mouvement.

Le conseiller du président colombien, Jehudi Castro, a même ajouté le livre blanc à une page web du gouvernement colombien.

La Cryptocurrency Open Patent Alliance (COPA) a envoyé une lettre aux avocats de Wright ; elle demande plus de preuves pour pouvoir soutenir les revendications de Faketoshi.

La lettre comporte 9 questions demandant des preuves que Wright est Satoshi Nakamoto, et qu’il est donc l’auteur du livre blanc du BTC.  

L’identité de Satoshi Nakamoto n’est pas importante

Le cabinet d’avocats ontier LLP avait également menacé Square de poursuites judiciaires pour avoir héberger le livre blanc de Bitcoin  sur son site, s’il ne le retirait pas. Square n’a pas cédé, et a répondu qu’il se moquait « de savoir qui a inventé Bitcoin ».

Craig Wright revendique depuis 2015 qu’il est Satoshi Nakamoto, sans avoir réussi à fournir une seule preuve pour confirmer ses dires.

Aura-t-on réellement droit à des procès visant à faire reconnaître les droits de Faketoshi sur le livre blanc de Bitcoin ? Des avocats qui ne comprennent rien au mécanisme du BTC seront-ils en mesure de rédiger un argumentaire qui tient la route ? Wright n’a toujours pas pu fournir les clés privées qui donnent accès aux 1,1 millions de Bitcoins de Satoshi Nakamoto. Et si le vrai Satoshi Nakamoto avait « détruit » ses clés pour que personne ne puisse jamais accéder à cette réserve stratégique défendant le BTC dans ses 1ères années ?

Zoé De La Roche

La mode c'est bien, mais la blockchain c'est l'avenir, on est d'accord non ?! C'est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c'est d'essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.