Ripple (XRP) dans la ligne de mire de la SEC

ven 25 Déc 2020 ▪ 8h00 ▪ 4 min de lecture - par Rédaction CT

Titre ou pas titre ? A l’heure de passer aux filtres de la SEC sur ce sujet délicat, nombreux sont les projets de la cryptosphère qui se sont fait épingler. Si de simples amendes et un accord avec l’instance de régulation suffisent généralement à régler le conflit, un long bras de fer semble se dessiner dans le cas suivant. En effet, la SEC a décidé de poursuivre Ripple pour avoir prétendument vendu des titres sans licence sous forme de jetons XRP. La société qui s’oppose naturellement à de telles accusations dénonce une injustice et ne compte pas rendre les armes.

La trop grande proximité entre Ripple et XRP fait encore débat

Longtemps critiqué par les acteurs de l’espace cryptographique, XRP est souvent taxé d’actif centralisé à cause du rôle joué par Ripple. Ce dernier détient en effet la moitié de l’offre totale de l’actif justifiant qu’il s’agissait d’un don des créateurs de la cryptomonnaie. C’est justement le caractère décentralisé du bitcoin et de l’Ether qui leur ont permis d’échapper aux poursuites de la SEC contrairement au XRP. Selon Fortune, l’instance a donc décidé à l’issue d’un vote d’engager des poursuites contre la société Ripple pour avoir vendu des XRP sous la forme de titre à des investisseurs.

En attendant la tenue d’un procès qui s’annonce déjà tendu, la société a tenu l’opinion publique témoin de ce qu’elle qualifie d’injustice. « En prétendant que les distributions de XRP de Ripple sont des contrats d’investissement tout en maintenant que le bitcoin et l’éther ne sont pas des titres, la SEC choisit des gagnants et des perdants en matière de monnaie virtuelle, détruisant par la même occasion l’innovation américaine favorable aux consommateurs » précise un document publié sur son site web. PDG de Ripple, Brad Garlinghouse s’est également attaqué à l’instance depuis son compte Twitter dénonçant un parti pris pour le Bitcoin et l’Ether

Ripple chercherait à s’établir hors des États-Unis

La société de M. Garlinghouse a ensuite affirmé que les deux cryptomonnaies étaient contrôlées par la Chine et que le favoritisme de la SEC à leur égard pourrait avoir des conséquences plus graves. Pour Ripple, la tenue d’un procès dans le cadre de cette affaire finirait par donner le monopole de l’innovation dans l’espace cryptographique aux Chinois.

Afin d’anticiper une telle chose, la société travaille actuellement à se trouver un nouveau siège qui se situerait en dehors des États-Unis. Elle brandit l’argument du manque de clarté réglementaire permettant à la SEC de l’accuser injustement pour justifier sa démarche. Confiant, M. Garlinghouse a tout de même affirmé qu’un verdict défavorable en cas de procès n’empêcherait pas sa société de continuer à prospérer.

En attendant, il devrait être cité comme défendeur en compagnie de Chris Larsen, cofondateur de Ripple, dans une bataille juridique qui sera suivie de près par l’espace cryptographique. La valeur de XRP a par ailleurs connu une chute spectaculaire de 13,5 % à la suite de l’annonce de cet éventuel procès.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Rédaction CT

Derrière la signature générique « Rédaction CT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.