A
A

Coinshares publie son rapport sur l’impact carbone et énergétique du Bitcoin Mining Network

sam 05 Mar 2022 ▪ 13h00 ▪ 6 min de lecture - par Alexis Patin

Les détracteurs du bitcoin et des cryptomonnaies utilisent souvent la consommation énergétique et en particulier la consommation d’énergie fossile du mining de bitcoins comme outil anti-crypto. C’est pour cela que Coinshares a décidé de sortir une analyse en janvier 2022 afin d’étudier la vraie consommation du mining de bitcoins et son évolution.

La méthodologie

L’objectif principal du modèle est d’estimer les émissions de carbone résultant indirectement du réseau de minage de bitcoins.

Il est important de préciser que ces émissions sont indirectes, car il semble exister un malentendu omniprésent parmi les commentateurs profanes du bitcoin, selon lequel le fonctionnement de Bitcoin nécessite en quelque sorte des émissions. Ceci est faux. Bitcoin, comme les voitures électriques, est aussi vert que l’électricité que vous lui fournissez, ce qui signifie que dans un environnement 100 % renouvelable, Bitcoin serait alimenté à 100 % par des énergies renouvelables.

Tout d’abord il faut prendre en compte l’efficacité du réseau, qui est un élément crucial de tout modèle de mining, car elle est à la base de l’estimation de la consommation totale d’énergie du réseau.

Se tromper dans l’efficacité du réseau se traduit directement par une erreur proportionnelle dans l’estimation de la consommation d’énergie. Ensuite, il faut établir une méthode de calcul des émissions de carbone. Dans le rapport, il est supposé que la consommation d’électricité du minage dans une région donnée soit responsable des émissions de carbone à l’intensité régionale moyenne de production.

De nombreux autres éléments sont à prendre en compte, comme le hashrate (vous pouvez cliquer ici pour plus d’information sur cette notion) et la consommation d’énergie, le matériel opérationnel et le matériel total. En effet, le nombre total d’unités minières disponibles et en état de marche sert de limite supérieure à la production mondiale de hashrate possible. En réalité, cependant, toutes les unités existantes fonctionnent rarement, voire jamais, en même temps. Pour estimer le nombre d’unités en cours d’exploitation et quelles sont les unités disponibles qui sont branchées, une autre approche combinée est appliquée.

De plus, il faut estimer les localisations des usines de minage et leur intensité d’émission carbone, comme on peut le voir sur ces deux tableaux.

Les résultats

On peut tirer un nombre très élevé de conclusions du travail de Coinshares.

Certaines d’entre elles sont attendues, d’autres sont plutôt surprenantes.

Par exemple, comme prévu, les anciennes unités minières sont progressivement éliminées du réseau au profit d’unités plus récentes et plus efficaces.

Par conséquent, l’efficacité énergétique du réseau augmente au fil du temps. Les émissions totales de carbone ont tendance à augmenter parallèlement à l’augmentation du pouvoir d’achat de la récompense minière, qui est principalement déterminée par le prix et contrebalancée par la division par deux de la récompense minière tous les quatre ans. Cependant, les émissions par MWh ont tendance à diminuer, tout comme les émissions par TH/s.

Il est toutefois important de noter ici que si certains commentateurs ont tendance à insinuer que ces gains d’efficacité réduisent la consommation d’électricité au fil du temps, ce n’est pas le cas.

La dynamique concurrentielle de l’industrie minière fait que les mineurs en tant que groupe auront toujours tendance à acheter autant d’électricité que la récompense minière leur permet. Une efficacité accrue ne fera que générer plus de hashrate par kWh dépensé. Elle ne réduira pas la consommation d’électricité.

Pour aller plus loin

Tout au long de son histoire, la grande majorité de la production de carbone du réseau minier a probablement été générée dans des pays non occidentaux. Avant juin 2021, les quatre régions minières du Kazakhstan, de l’Iran, du Xinjiang et de la Mongolie intérieure ont produit à elles seules 53 % du total des émissions de carbone.

Actuellement, la pire intensité de carbone se trouve au Kazakhstan, au Montana, au Kentucky et en Alberta, où de grandes quantités d’électricité sont produites à l’aide de combustibles fossiles particulièrement intensifs en carbone, tels que le pétrole et le charbon.

Ces quatre régions génèrent 43 % des émissions alors qu’elles ne produisent que 26 % du hash. À l’autre bout de l’échelle, des régions telles que la Norvège, l’Islande, la Suède, le Québec et le Manitoba ne produisent pratiquement aucune émission alors qu’elles ne génèrent que 5,2 % du débit actuel.

Ces régions à faibles émissions ont toutes en commun une abondance de ressources hydroélectriques et une distance relativement importante entre les grandes capacités de production et les principaux centres de demande. Étant donné que l’électricité n’est pas facile à transporter sur de longues distances et que le coût marginal de l’hydroélectricité est extrêmement faible, l’hydroélectricité produite dans des endroits géographiquement éloignés des grands centres de demande est souvent l’électricité la moins chère du monde. Pour aller plus loin, nous vous invitons à consulter l’excellent rapport de Coinshares.

Conclusion

Dans le grand schéma des choses, les émissions de carbone produites par les fournisseurs d’électricité qui alimentent le réseau minier de Bitcoin sont sans importance. À 0,08 % des émissions mondiales de CO2, le fait de retirer l’ensemble du réseau minier de la demande mondiale – et de priver ainsi des centaines de millions de personnes de leur seul espoir d’une forme de monnaie équitable et accessible – ne représenterait rien de plus qu’une erreur d’arrondi. Le réseau Bitcoin fournit un réseau monétaire global, librement accessible, résistant à la censure, protégé contre l’avilissement et préservant les droits humains pour le monde entier.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Alexis Patin avatar
Alexis Patin

Passionné de géopolitique, économie, cryptomonnaies, d’Eurasie et de voyages ! (le plus à l’est possible), crypto-trader depuis 4 ans.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 21 372,35 $ -0.53%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 1 233,84 $ -0.64%
DEFI (DEFIPERP) 2 979,70 $ -1.31%
MARKETS (ACWI) 86,31 $ 3.04%
GOLD (XAUUSD) 1 826,89 $ 0.24%
TECH (NDX) 12 105,85 $ 3.49%
CURRENCIES (EURUSD) 1,06 $ 0.38%
CURRENCIES (EURGBP) 0,859250 £ 0.17%
CRUDEOIL (USOIL) 107,53 $ 3.41%
IMM. US (REIT) 2 445,30 $ 2.12%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email et tentez de gagner 0.2 ETH en vous inscrivant aujourd'hui

Guides Crypto
Vous devez remplir le formulaire pour recevoir votre document