NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

Interdire le mining de Bitcoin (BTC), une décision logique pour la Chine

Selon le PDG de Phoenix Store qui est le partenaire local Europe Moyen Orient Afrique de la société Bitmain, la moitié de la puissance de calcul perdue en raison de l’interdiction du mining BTC en Chine ne sera jamais remise en ligne.

Digital cryptocurrency Bitcoin symbol on circuit board

Avant tout, la Chine a voulu préserver ses financements du FMI et de la Banque Mondiale

Phil Harvey est le PDG de Phoenix Store, un partenaire géographique de la société Bitmain qui est incontournable dans le secteur du mining. En effet, Bitmain a expédié de ses usines des milliards d’ASIC, représentant 75 % du marché mondial… Bref, des gens qui savent de quoi ils parlent car ils sont présents sur le marché mondial et qui ont bien voulu donner leurs impressions sur la répression chinoise du mining.

Tout aussi puissante qu’elle soit, la Chine est malgré tout soumise à des contraintes internationales. En effet, pour obtenir des financements du Fonds Monétaire International ou de la Banque mondiale, la deuxième économie mondiale doit faire des efforts dans certains domaines en particulier l’écologie, en réduisant son empreinte carbone. Plus que tout, la Chine a besoin de maintenir sa croissance actuelle et doit de temps en temps lâcher du lest.

“L’industrie la plus facile à réduire du jour au lendemain était une industrie de la zone grise. Quelque 68 000 gigawatts d’électricité ont été supprimés instantanément en Chine simplement en bannissant l’extraction de bitcoins.”, selon Phil Harvey.

Certes, le mining de BTC est une source de revenus importante, mais en comparaison des sommes que le FMI ou la Banque mondiale investissent en Chine pour des projets comme les infrastructures routières cela reste de la roupie de sansonnet… “C’était donc une décision rapide et facile à prendre pour la Chine de supprimer ces mineurs et de réduire l’empreinte carbone d’un trait de plume”, a ajouté Harvey.

La plupart des machines de mining chinoises étaient déjà obsolètes

Alors que plusieurs sociétés de mining ont annoncé vouloir déplacer leurs machines dans des pays comme le Canada ou la Russie, Phil Harvey prévoit cependant qu’au moins la moitié de la puissance de calcul chinoise ne sera pas réactivée.

“Parce que ce sont de vieilles machines qui étaient dans un entrepôt pendant de très nombreuses années et qui ne faisaient que 5 % à 10 %, et elles étaient allumées. Mais ça n’a pas de sens commercial de les enlever maintenant et de les déplacer.”

Les mineurs en question vaudraient tout juste encore 150 à 200 dollars au maximum, et leur déménagement coûterait à peu près le même montant par unité pour les déplacer. Comme la rentabilité économique n’est plus présente, ces machines ne seront logiquement pas reconnectées selon Phil Harvey.

Alors que la Russie, le Canada et le Kazakhstan s’apprêtent à prendre une importance supérieure dans le mining de BTC, le Hashrate retrouvera-t-il rapidement ses anciens plus hauts ?

Plus d’actions
Partagez

Derrière la signature générique « Rédaction TCT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo