Se connecter S'abonner

La dictature chinoise tente de resserer l’étau sur les mineurs de Bitcoin

Le gouvernement chinois revient à la charge contre le bitcoin. La National Development and Reform Commission (NDRC), surnommée « mini-conseil d’État », a lancé une consultation publique proposant d’interdire de nouvelles activités de mining au sein de la région autonome de Mongolie-intérieure.

chine mining btc ferme

Bitmain dans le collimateur du parti

L’une des plus grandes installations de mining au monde se trouve dans le parc industriel de SanShangLiang, non loin de la ville d’Ordos, au Nord de la Chine, à 700 km de Pékin. Ordos est le centre de la région chinoise la plus riche en ressources naturelles. On y trouve notamment 1/6 du charbon chinois que l’on utilise pour produire de l’électricité.

Bitmain a choisi de s’installer à Ordos car il s’agit de la plus grande « ville fantôme » de l’empire du milieu. L’histoire a commencé il y a 20 ans avec la grande ruée vers le charbon de Mongolie. Les investissements y affluérent pour construire des mines et des centrales à charbon, faisant la bonne fortune des agriculteurs, heureux de vendre leurs terrains à prix d’or. La municipalité d’Ordos fait partie de ces villes qui décidérent de voir les choses en grand. Trop grand…

Le fait est que deux tiers des appartements d’Ordos sont aujourd’hui vides. Pourquoi ? Il s’agit probablement d’une vaste opération de pillage des fonds publics. N’oublions pas que nous sommes dans un pays communiste…

Dit autrement, le terrain est fertile pour lancer une activité de mining de bitcoin. Les principaux critères étant le climat (froid), le prix de l’électricité (0.04 $ le kWh), la distance de la source d’énergie, le coût du m² et la bienveillance du gouvernement local. Ordos remplit donc toutes les cases pour Bitmain qui y a installé des dizaines de milliers de machines.

L’université de Cambridge rapporte que 8 % de la puissance de mining mondiale s’y trouve. Soit la troisième plus grande activité de mining en Chine. Ce qui, soit dit en passant, signifie qu’au moins 8 % du mining de Bitcoin fonctionne au charbon

Mais notons qu’une bonne partie des machines sont déplacées vers les provinces de Guizhou et de Sichuan lors de la saison des pluies. Le but étant de profiter des immenses surplus d’énergie hydraulique (qui elle ne rejette pas de CO2 dans l’atmosphère).

Tout bien pesé, empêcher de miner davantage de bitcoins à Ordos ne serait pas une mauvaise chose

Le Bitcoin pour échapper à la dystopie du Crédit Social

Ce n’est pas la première fois que le NDRC cherche à torpiller le mining de bitcoinLa première tentative date de 2011. Elle avait été réitérée en 2019, sans grands effets jusqu’à présent. Il est effectivement très difficile de résister aux mineurs de bitcoin qui ont l’avantage de s’installer dans des lieux déshérités où l’énergie est bien souvent gaspillée. Ils sont toujours accueillis à bras ouverts partout où ils s’installent.

Mais est-ce que cette protection au niveau local résistera longtemps face aux pressions du parti ? Rappelons que la dictature chinoise a fermé tous les exchanges de cryptomonnaies en 2017, bien consciente que le BTC est un obstacle au sombre « Crédit social ».

Acheter trop d’alcool est par exemple un comportement qui érode le crédit social. Arrivé sous un certain seuil, les libertés sont supprimées les unes après les autres. Le prix des transports en commun devient de plus en plus cher, jusqu’à se voir interdire de voyager en train ou en avion. Un journaliste défiant le parti de manière un peu trop insistante pourra se voir interdire l’accès à son épargne. Sans parler de ceux qui disparaissent de la circulation du jour au lendemain, et que l’on ne revoit jamais…

Le lancement du « cryptoyuan » n’a pas d’autre objectif que de mettre fin aux billets de banque afin de resserrer cette emprise totalitaire. On comprend mieux le succès du bitcoin face à cette prison à ciel ouvert…

La fin du cash (Bitcoin EST du cash) va de pair avec le Crédit Social. Non seulement parce que l’IA a besoin d’analyser les historiques d’achat pour affiner la note de chacun, mais aussi pour empêcher quiconque de contourner les restrictions de liberté en payant en liquide…

Le fait que plus de la moitié des mineurs soient chinois n’est plus un mystère. La question est maintenant de savoir quand est-ce que cette dystopie arrivera en Europe ? Un pass sanitaire relié à nos moyens de paiement (Euro Digital de la BCE) pourrait-il être le moyen détourné par lequel nous nous rapprocherons du “modèle” chinois ?

Quoi qu’il en soit, le succès du bitcoin dans des pays comme la Chine ou le Nigeria montre qu’il ne sert à rien d’essayer de resserrer l’étau… Si la Chine interdisait le mining, cela n’aura probablement comme conséquence que de renforcer la décentralisation du bitcoin…

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo