A
A

Le leadership du minage de la Chine va être challengé

ven 20 Nov 2020 ▪ 10h00 ▪ 3 min de lecture - par Zoé De La Roche

Non, on ne peut plus miner du Bitcoin (BTC) dans son salon même si il ne sera plus jamais aussi facile de miner du Bitcoin qu’aujourd’hui. On n’est pas non plus obligé de s’expatrier en Chine qui contrôle une grande partie du hashrate du réseau, ou au Kazakhstan même si le pays a frôlé le milliard d’investissement dans le minage de Bitcoin.

La Chine : un monstre de minage de Bitcoin

Grâce à une main d’œuvre abondante et abordable ainsi qu’une énergie bon marché, la Chine contrôle plus de 50% du hashrate du Bitcoin.

Bien que l’utilisation des cryptomonnaies et des exchanges y soient interdits, la position officielle du gouvernement chinois à ce sujet reste ambiguë.

Il a d’ailleurs procédé à l’intégration de la technologie blockchain dans ses principales industries, permettant au minage de Bitcoin de se développer.

Les grands fabricants de machines de minage sont en outre basés en Chine, les mineurs du pays peuvent ainsi effectuer rapidement des mises à niveau de leur matériel.

Le minage de Bitcoin : un service essentiel pour ce pays

Les mineurs s’interrogent aujourd’hui sur l’opportunité de s’installer dans d’autres pays pour miner du Bitcoin dans les meilleures conditions.

Les entreprises souhaitant investir dans le minage de Bitcoin sont de plus en plus intéressées par le Canada et les Etats-Unis.

Bien que les frais de démarrage et de maintenance dans ces pays soient plus élevés, la disponibilité d’une électricité durable et rentable est un atout considérable.

Leur stabilité politique diminue par ailleurs les risques de fermeture administrative des sociétés de minage par le gouvernement.

Le Canada, par exemple, avait considéré les opérations de minage comme des services essentiels durant le confinement, à l’opposé de la Chine où les mineurs avaient été confrontés à de nombreuses difficultés au niveau de la chaîne d’approvisionnement durant cette période.

Les difficultés liées à ce contexte règlementaire sont sans doute à l’origine de la baisse croissante du hashrate en Chine.

Le lancement prochain de la crypto-yuan va-t-il nuire au minage de Bitcoin, le gouvernement chinois devant logiquement prendre des mesures pour s’assurer de la dominance de sa CBDC ? Satoshi Nakamoto n’a pas forcément pensé à un risque de centralisation du minage de Bitcoin dans certains pays, notamment au fur et à mesure de l’augmentation de la difficulté de minage. Si la Chine décidait subitement de fermer toutes les fermes de minage sur son territoire, la sécurité du réseau en prendrait un coup. Bitcoin serait donc à la merci du yuan digital ?

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Zoé De La Roche avatar
Zoé De La Roche

La mode c'est bien, mais la blockchain c'est l'avenir, on est d'accord non ?! C'est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c'est d'essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !