NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

Le créateur de Year Finance (YFI), Andre Cronje, insiste sur le fait que ce protocole n’a pas été fait pour la spéculation

A force de vouloir trouver le prochain Bitcoin (BTC), on finit par avoir des mirages. Ces utilisateurs de Yearn Finance (YFI) ont cru être les premiers à investir dans le nouveau BTC, ils ont plutôt placé – et perdu –  leur argent dans un « truc » encore en phase de bricolage.

La crypto, c’est comme la mode : on se rue sur les nouveautés

Peut-on réellement évaluer tous les risques et le bon fonctionnement d’un nouveau produit avec un simple testnet en local ?

Le fondateur de Yearn Finance, Andre Cronje, fait face à une vague de critiques après avoir déclaré sur Twitter qu’il « testait en prod », alors que des utilisateurs du Yearn ont perdus de l’argent après le déploiement de smarts contracts en test sur la plateforme.

Les utilisateurs avaient repéré l’un des contrats en phase de pré-test sur le mainnet, alors qu’il était encore à quelques semaines d’un lancement public.

Les rumeurs décrivaient ce projet comme le nouveau BTC, entraînant une ruée sur celui-ci.

Cronje avance que l’attitude de ceux qui se précipitaient sur les nouveautés le déconcertait ; il a réitéré qu’il ne créait pas ses produits pour les spéculateurs.

En attendant, il admet qu’une approche plus pragmatique est nécessaire ; il s’est engagé à ne plus utiliser cette adresse notoire pour déployer d’autres smart contracts en phase de test.

Le mémoire en défense

Cronje a été attaqué pour son attitude négligente liée à son refus de lancer ces smart contracts dans un testnet, comme le font la plupart des projets blockchains. Cela permettrait pourtant de connaître les risques réels de perte d’argent avant un déploiement sur le mainnet.

Pour la défense du fondateur de Yearn Finance, des avertissements très clairs et des clauses de non-responsabilité incitent les utilisateurs à faire preuve de prudence dans la manipulation de nouveaux produits, même si Cronje en est le concepteur.

De plus, celui-ci soutient que chaque contrat est testé rigoureusement dans un testnet, pour s’assurer que ses différents éléments fonctionnent correctement avant qu’ils n’arrivent sur le mainnet.

Cronje estime cependant que seul un test en production, en grandeur réelle, permet d’identifier des problèmes, passant sous le radar lors d’un test en local.

Cronje ajoute que plusieurs versions des produits existants avaient été déployées auparavant sur le réseau mainnet sans avoir été découverts par les utilisateurs.

Premier arrivé, premier servi : pas la peine pour autant de sursauter au moindre bruit. Une bonne leçon à retenir pour les cryptophyles avant de se jeter sur les prochaines nouveautés, sans avoir pris suffisamment de recul.

Plus d’actions
Partagez

( Rédactrice )

La mode c’est bien, mais la blockchain c’est l’avenir, on est d’accord non ?! C’est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c’est d’essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo