Le plus grand fonds obligataire au monde PIMCO veut investir sur le Bitcoin (BTC)

ven 22 Oct 2021 ▪ 7h30 ▪ 6 min de lecture - par Nicolas Teterel

Le plus grand fonds obligataire au monde PIMCO (2200 milliards $ ) s’intéresse de plus en plus au bitcoin. Son Chief Investment Office (CIO) Daniel Ivascyn a déclaré sur CNBC vouloir « potentiellement trader certaines cryptomonnaies » le jour même de l’ATH du bitcoin.

Pacific Investment Management Company

Il est intéressant d’écouter Daniel Ivascyn car Pimco est un fonds lourdement investi dans les dettes souveraines qui ne rapportent plus grand-chose maintenant que les taux sont au plancher.

Les taux réels sont même bien souvent négatifs étant donné que l’inflation est plus élevée que les taux d’intérêt.

Le Bund Allemand est un bon exemple. Il rapporte actuellement -0.3 % alors que l’inflation est de 4.1 %. Vivre en Allemagne et investir dans le Bund revient donc à perdre 4.4 % de pouvoir d’achat chaque année…

Dit autrement, Pimco est investi dans une bulle qui est lentement en train d’exploser (inflation). La seule planche de salut serait que la FED remonte les taux.

Malheureusement, la raréfaction des ressources (matières première et énergie) et la lutte contre les émissions de CO2 empêchent de générer la croissance nécessaire au paiement de gras intérêts. Et d’autant plus que la dette mondiale représente déjà 300 000 milliards $, soit 370 % du PIB mondial…

Cette dette ne sera pas remboursée, et encore moins dans un monde en décroissance forcée (pic pétrolier). Relever les taux d’intérêts dans ce contexte physique indépassable ne peut que provoquer une récession (chômage).

SI tel était le cas, beaucoup seraient alors obligés de vendre leurs actifs pour dégager des liquidités. C’est exactement le scénario de la crise des subprimes de 2008. Des millions d’américains pris à la gorge (par la hausse des taux de la FED) ont vendu leur maison en même temps. Conséquence : un crack immobilier avec des baisses allant jusqu’à -50 % dans de nombreuses mégalopoles.

C’est d’ailleurs à ce moment que Pimco entra en piste pour tout racheter à vil prix. Et cela juste avant que la FED ne s’y mette aussi via le fameux Quantitative Easing. Encore aujourd’hui, la FED achète chaque mois pour 40 milliards de MBS (titres adossés à l’immobilier) et 80 milliards de dette gouvernementale.

Dit autrement, les clients de Pimco se sont enrichis sur le dos de ménages américains forcés de vendre leur maison à perte.

Le fait que Pimco ait engagé l’ancien président de la Fed Alan Greenspan comme consultant en 2007, que le lieutenant de Bill Gross (CEO de Pimco à l’époque), Mohamed El-Erian, conseillait la Fed de New York, et que le conseiller stratégique mondial de Pimco Richard Clarida connaissait le président de la Fed Ben Bernanke depuis trois décennies, n’est probablement pas étranger à ce timing miraculeux…

Bienvenue dans le monde réel…

Bis repetita ?

Probablement pas. Il semblerait que les puissants aient décidé d’effacer la dette non pas par la récession (vol des petites gens forcés de vendre leur maison à perte), mais par l’inflation.

L’inflation est de toute façon inévitable puisqu’il n’y aura cette fois-ci pas le pétrole de schiste US pour faire repartir la machine. Il suffit par ailleurs de quelques cyberattaques bien placées pour chambouler la chaîne d’approvisionnement et prolonger cette inflation si précieuse pour effacer la dette.

Pimco va donc devoir se couvrir contre cette inflation qui plombe les rendements réels de son portefeuille. Il se pourrait bien que l’élu sera le bitcoin :

« D’un point de vue théorique, les crypto-monnaies peuvent absolument servir de couverture contre l’inflation. La volatilité est toutefois énorme. Vous prenez beaucoup de risques avec les crypto-monnaies et le bitcoin en particulier.»

Daniel Ivascyn a dans la foulée lâché que le management de Pimco ne comprend pas grand chose aux cryptomonnaies. « Une grande partie de la formation de nos dirigeants est liée à des domaines très très éloignés de la crypto ».

A la question de savoir si Pimco envisageait d’investir dans les cryptomonnaies, la réponse est oui :

« Nous le faisons déjà, mais sans parier à la hausse ou à la baisse. Nous faisons de l’arbitrage entre les marchés Spot et Futures. Cela ne représente toutefois qu’un petit segment de notre activité. Nous envisageons désormais de trader directement certaines cryptomonnaies via une stratégie de suivi de tendances et une stratégie quantitative [algorithmes et probabilités]. »

Le CIO a terminé en soulignant que son fonds travaillera par la suite davantage sur l’aspect fondamental des cryptomonnaies pour graduellement convaincre les investisseurs.

Il sera certainement difficile de sortir les boomers du déni en leur expliquant que leur argent est investi dans un « melting ice cube ». En attendant, l’inflation annuelle s’est affichée au-dessus de 5 % pour le cinquième mois consécutif aux États-Unis, une tendance qui risque fort de se prolonger au moins 12 mois supplémentaires…

Pour résumer, Pimco s’intéresse de près au bitcoin. Et si le but est de se protéger contre l’inflation, il y a fort à parier que ses traders préféreront se placer le plus souvent à la hausse.

A
A
Nicolas Teterel

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 54 407,20 $ -0.67%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 4 089,53 $ -0.26%
DEFI (DEFIPERP) 11 716,10 $ -3.07%
MARKETS (ACWI) 103,37 $ -2.44%
GOLD (XAUUSD) 1 791,76 $ 0.19%
TECH (NDX) 16 025,58 $ -2.09%
CURRENCIES (EURUSD) 1,13 $ 0.9%
CURRENCIES (EURGBP) 0,847380 £ 0.81%
CRUDEOIL (USOIL) 68,16 $ -12.63%
IMM. US (REIT) 2 733,76 $ -2.78%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email