SushiSwap : Touché mais pas Coulé ? Retour sur la saga Crypto la plus folle de l’été 2020

ven 25 Sep 2020 ▪ 14h00 ▪ 12 min de lecture - par Karen Jouve

Si on connaissait les émissions de télé-réalité pour leur potentiel de drama story, on peut désormais affirmer que la cryptosphère et le secteur de la DeFi a son lot d’histoire à rebondissements ! Comment un nouveau protocole d’exchange décentralisé (DEX) a-t-il pu faire autant trembler la cryptosphère au point d’en faire la plus grande saga des dernières semaines ? Entre espoir, drame, intrigue, chute et reprise, attachez vos ceintures on vous emmène au cœur de la saga SushiSwap, de sa création jusqu’à sa chute soudaine, heureusement rattrapée in extremis par Sam Bankman-Fried, le directeur général de l’exchange de dérivés de crypto-monnaie FTX.

Au commencement : Nomichef, vampire utopiste d’Uniswap ?

Nous sommes le 26 août, alors que la folie DéFi (Finance décentralisée) bat son plein et fait la une de tous les journaux spécialisés, dont Thecointribune, NomiChef, développeur anonyme au nom peu commun créé SushiSwap une plateforme notamment reposant notamment sur le principe de liquidity mining qui offre l’opportunité d’amasser des SUSHI tokens.

« En reprenant l’élégant design de base d’Uniswap, nous avons ajouté des fonctionnalités communautaires qui, selon nous, contribuent à améliorer la conception du protocole, ainsi qu’à fournir des avantages supplémentaires aux acteurs concernés. », Annonce de Sushiswap sur Medium.

Rappelons que le liquidity mining est le fait de mettre à disposition ses actifs pour assurer la liquidité d’un service, et notamment les plateformes d’échange décentralisées (DEx) en contrepartie de l’obtention d’un jeton de gouvernance.

De la même manière que le célèbre Uniswap, Sushiswap, un protocole Defi fork de ce dernier, offre des rémunérations aux « Liquidity Providers » du réseau. Or, celles-ci vont rapidement se révéler plus avantageuses que sur Uniswap créant ainsi un affolement général dans la petite communauté crypto. Mais qui se cache derrière Nomichef ?  A en croire son profil Twitter, on dirait un sushiman tout droit sorti du marché de poisson réputé de Tsukiji au Japon. Non sans rappeler certains standards de la cryptosphère, et notamment l’utilisation d’un pseudonyme par Satoshi Nakamotocélèbre tout autant qu’anonyme créateur de Bitcoin – on ne retrouve nulle part trace de l’identité réelle de celui qui a fait trembler toute la communauté avec son SUSHI Token.

Malgré tout, on notera que des rumeurs ont un moment agité la communauté, laissant penser que le créateur de SUSHI pourrait en réalité s’identifier au CTO de Brand Protocol, rumeurs rapidement démenties par le projet blockchain. Toute ce que l’on sait, c’est que l’intéressé a rapidement été considéré comme un escroc par l’ensemble de la communauté, cette dernière le soupçonnant de vouloir rapidement vendre ses jetons, abandonner le projet et filer discrètement avec l’ensemble du butin : le fameux Exit Scam dans le jargon crypto. Le risque semblait tel, qu’il a même fait sortir du bois des avocats spécialisés en crypto, ces derniers conseillant de déposer un rapport auprès du FBI en cas de perte soudaine d’argent au cœur de ce que certains ont qualifié d’arnaque au SUSHI.

Episode 1 : la ruée vers le SUSHI – Récit d’un soirée Sushi qui tourne mal.

A peine sorti du néant, le protocole Sushiswap affolait déjà la communauté en présentant le chiffre record de plus de 800 millions de token SUSHI en moins d’une semaine, laissant penser aux plus fins analystes de la Défi qu’il suivait tout bonnement la vague de Yam, un autre token de la Défi dont le compteur s’était affolé en quelques jours pour finalement retomber et s’écraser à cause d’un bug dans le code de gouvernance faisant capoter la mécanique.

Début septembre, tous les regards sont donc tournés vers le token SUSHI dont le cours dépasse rapidement les 7 dollars. Malgré ce succès fulgurant, le projet commence cependant déjà à interroger en raison de son interface peu ou prou ressemblante à celle de Yam, ses fondateurs restés anonymes, des smart contracts non audités, bref, une prise de risque aimée ou détestée.

La hausse record du token SUSHI est telle, qu’elle permet à la nouvelle devise de se hisser dans le top 70 des cryptos du marché.

Coup de théâtre : Alors que Sushiswap affiche au compteur plus de 1,5 milliards de dollars engagés en cryptomonnaies dans le protocole, c’est le moment que choisi le chef Nomi pour prélever la belle somme de 14 millions de dollars en Ethereum en revendant brusquement l’ensemble de ses tokens…un véritable jackpot pour le célèbre créateur tout autant qu’un coup dur pour Sushiswap, rendez-vous au prochain épisode ci-dessous !

Episode 2 : Nomichef fait son coming out

En effet, le premier weekend de septembre, alors que tous les regards sont encore tournés vers le SUSHI, son créateur anonyme décide brutalement de vendre l’intégralité de ses tokens contre des Ethers, une liquidation pas anodine dont les effets ne se font pas attendre : c’est l’effondrement général pour le cours du SUSHI.

Après avoir atteint un niveau record à 11,27$ le 1er septembre, l’effet d’annonce de notre SUSHIman fait brutalement chuter le cours de 90% à 1,21$ provoquant ainsi un affolement généralisé, une sacrée performance !

Tous les twittos s’enflamment et la news fait l’effet d’une bombe dans le secteur de la DeFi. Beaucoup croient alors à un Exit Scam même si le principal intéressé clame sa bonne foi sur Twitter et annonce qu’il ne quitte pas le projet. On a connu des étés indiens plus calmes. L’anonyme créateur poussera même la provocation jusqu’à se comparer à un certain Charlie Lee, fondateur de Litecoin qui avait également vendu 100% de son LTC, s’attirant lui aussi de vives critiques de la communauté. Alors, vraie arnaque ou faux semblant ?

Notre SUSHIman star accuse la communauté de ne plus croire en lui, rebondissement dans l’affaire, il affirme alors qu’il a fait cela pour le bien de la communauté afin de se concentrer sur l’aspect technique de la migration d’Uniswap vers Sushiswap sans devoir se soucier du prix tu token. Les réseaux continuent à crier à la mascarade et c’est face à une foule en délire que chef Nomi fait son coming out, pose les baguettes et rend les SUSHI et avec eux la somme d’argent monstrueuse accumulée. Résultat, le cours du SUSHI remonte finalement la pente. Le cours reprend des couleurs à hauteur de 38,43% au moment où chef Nomi restitue les fonds. La transaction est vérifié publiquement, les 38 000 ETHER ré-intégrent le protocole.

En guest star de l’affaire, notre SUSHIman s’est excusé auprès de la communauté et notamment les trois personnes avec lesquelles il a initié le projet. Last but not least, il s’offre une petite sortie de piste en accusant André Cronje, fondateur de Yearn Finance, d’avoir « donné une mauvaise réputation au mouvement DeFi ». Ce dernier ne s’est d’ailleurs pas empêché de riposter en pointant du doigts les déboires du protocole Sushiswap…

Episode 3 : Indigestion de SUSHI dans la cryptoshère

De nombreuses voix se sont élevées, depuis le début, contre ce projet un peu fou. En bon SUSHIman, chef Nomi a su rester calme et a défrayé les chroniques en demandant de rester au sein du protocole.

Pour autant, bien avant la débâcle générale créée par cette affaire, un audit technique avait affiché des failles importantes au sein du protocole SushiSwap et de nombreux analystes croyant aux théories du complot pensaient même que le créateur anonyme régnait seul sur l’empire, voire disposait  d’un véritable  trésor de guerre.

Tel un poisson pas frais, le token SUSHI a créé une indigestion généralisée au sein de la cryptosphère à l’image de Brendan Forster, co-fondateur du protocole de prêt Dharma Labs, qui critiquait ouvertement Sushiswap souhaitant vivement son échec.

Finalement, après le tollé généralisé, le SUSHI semble touché mais pas coulé puisque c’est finalement Sam Brankman-Fried qui récupère les clés du temple. Brankman-Fried est un personnage mystérieux qui, lui aussi, nourri les débats étant depuis le début l’un des fervents défenseurs et détenteurs de jetons Sushiswap. Certains ont même crié au complot, critiques dont le nouveau chef de file s’est vite émancipé, poussant l’ironie jusqu’à déclarer qu’il n’aimait pas le poisson, un comble pour tout SUSHIman qui se respecte.

Quoi qu’il en soit, après de nombreuses sorties sur Twitter pour démentir les rumeurs qui couraient sur son identité et ses accointances avec chef Nomi, le nouveau SUSHIman parvient à mettre en place la migration tant attendue loin d’Uniswap et le transfert vers un multisig. Cette dernière étape implique qu’un certain nombre d’utilisateurs détiennent désormais des morceaux d’une clé multi-signature, évitant ainsi toute tentation de dérive autocratique.

Le plan social mis en place pour tenter de sauver SushiSwap et les détenteurs de token SUSHI semble fonctionner et reflète bien la philosophie d’origine des cryptomonnaies dans sa dimension communautaire. SBF en a également profité pour critiquer l’attitude et le geste du fondateur de Sushiswap et lui a demandé de disparaître totalement du protocole, chose que chef Nomi a accepté.

Episode 4 : quelles conséquences pour la DeFi ?

Ces nombreuses spéculations au sein de la DéFi montrent une fois de plus les risques encourus lorsque vous investissez dans des projets à l’avenir incertain, notamment avec des équipes anonymes capables de liquider en un temps record leurs fonds en token et ainsi mettre fin à leurs projets. Interrogé il y a quelques mois à propos de l’ampleur que prenait le secteur de la DéFi depuis le début de l’été, Vitalik Buterin, le co-fondateur d’Ethereum avait mis en garde les investisseurs du secteur de la DéFi. Il insistait alors plus particulièrement sur les risques présentés par des projets engageant des sommes énormes dans des protocoles non audités dans lesquels les sommes peuvent disparaître du jour au lendemain. Cette saga nous permet ainsi de tirer beaucoup de leçons et d’aborder l’avenir autrement. Mais la cryptosphère y a aussi vu des phénomènes intéressants notamment un record détenu par le jeton SUSHI listé en seulement 2 jours sur la cryptomonnaie Binanc, un record.

L’engouement autour de SUSHI Swap nous rappelle ainsi les phases d’euphories qu’a pu connaître le marché des cryptomonnaies ces dernières années. Chef Nomi et ses sushi nous ont en quelques sortes fait vivre une sorte de retour vers le futur, lorsqu’en 2017 les ICO défrayaient la chronique en levant des millions de dollars en quelques heures.

La question est maintenant de savoir comment le projet pourra rebondir dans sa nouvelle configuration depuis le transfert vers un multisig brillamment effectué, qui permet d’apporter une réelle décentralisation au projet, celui-ci s’émancipant ainsi définitivement du SUSHIman fondateur.

D’autre part, SUSHI doit maintenant faire face à une concurrence accrue de… Sashimiswap, protocole lancé par le projet Aelf.

En attendant, les déboires de SUSHI n’ont fait que renforcer la position de leader sur le marché des DEx du désormais célèbre Uniswap.

A
A
Karen Jouve

Passionnée des nouvelles technologies, et de blockchain ! Dénicheuse de news tendances, des dernières évolutions du marché, et des pépites de l'écosystème, je me fais un plaisir de vous faire découvrir cet univers sous toutes ses couleurs.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 61 929,92 $ 1.67%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 4 125,30 $ 1.06%
DEFI (DEFIPERP) 13 367,20 $ 2.6%
MARKETS (ACWI) 104,91 $ 0.01%
GOLD (XAUUSD) 1 797,52 $ 0.33%
TECH (NDX) 15 355,07 $ -0.87%
CURRENCIES (EURUSD) 1,17 $ 0.06%
CURRENCIES (EURGBP) 0,846200 £ 0.04%
CRUDEOIL (USOIL) 84,37 $ 0.26%
IMM. US (REIT) 2 731,82 $ 0.43%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching d’une heure avec un expert. Remplissez le formulaire et notre expert vous contactera sous 24 heures.