A
A

Des NFT sur Bitcoin (BTC) ?

sam 29 Jan 2022 ▪ 9h30 ▪ 11 min de lecture - par Yanis A

La frénésie observée dans l’industrie des NFT a aujourd’hui pour épicentre le réseau Ethereum. Moins connus, certains projets préfèrent pourtant se lancer sur Bitcoin comme la nouvelle solution open source Raretoshi. La plateforme propose d’accéder à une marketplace sur la sidechain Liquid. Les NFT finiront-ils par rejoindre l’écosystème le plus résilient du monde crypto ?

Raretoshi, nouvel acteur dans le crypto art

Alors que la mise à niveau d’Ethereum reste encore très incertaine, le réseau pâtit de son manque de scalabilité. Les frais de transaction ne sont plus abordables pour de nombreux utilisateurs. Face à cette problématique, Raretoshi fait une promesse ambitieuse et très séduisante : s’installer sur la blockchain la plus sécurisée et décentralisée du monde, tout en s’assurant de minimiser les frais. Pour ce faire, le projet est construit sur la sidechain Liquid

Des artistes comme Cryptograffiti ont déjà rejoint l’aventure Raretoshi. Sans surprise, les créateurs sont très proches de l’univers artistique de Bitcoin. L’influence cypherpunk est palpable. 

Pour commencer à acquérir des NFT sur Raretoshi, il suffit d’avoir un wallet Liquid ainsi que quelques LBTC pour couvrir les frais de transaction. Sur Raretoshi, les NFT peuvent être stockés dans n’importe quel wallet compatible avec Liquid. Les wallets les plus connus sur la sidechain sont Aqua, Blockstream Green et Sideswap. Pour obtenir des LBTC, on peut recourir à des plateformes comme Sideshift.ai ou encore flyp.me. Il est également possible d’acquérir des œuvres avec des stablecoins émis sur Liquid, comme l’USDt ou le LCAD.

Comment ça marche ?

Lorsqu’un artiste crée une œuvre d’art tokenisée, l’image est enregistrée sur le réseau IPFS et se caractérise dès lors par son hash. Pour rappel, IPFS est un réseau distribué construit pour partager des fichiers. Les fichiers correspondants au jeton sont accessibles et vérifiables de manière transparente. 

L’œuvre d’art devient alors identifiable de manière unique. Le wallet de l’artiste crée une transaction d’émission sur Liquid composée du titre du NFT et de son hash, qu’il diffuse sur la sidechain afin de l’ancrer de manière immuable dans le temps.

Raretoshi se caractérise également par un niveau de confidentialité que l’on ne retrouve pas sur d’autres plateformes comme Rarible. En effet, il est possible de chiffrer le montant qu’un utilisateur a dépensé sur la place de marché.  De nombreux acquéreurs de NFT souhaitent rester anonymes et le modèle basé sur Ethereum est souvent moins confidentiel. Ce gain en privacy se renforcera à mesure que la sidechain Liquid sera davantage exploitée, car une analyse de chaîne demeure à ce jour possible. 

Les utilisateurs peuvent également recourir aux atomic swaps sur Liquid. Cette fonctionnalité offre la possibilité d’échanger des actifs entre deux parties prenantes, sans passer par un tiers de confiance comme un exchange.

Liquid, une solution déjà opérationnelle

Lancée en 2018, Liquid est une sidechain de Bitcoin qui améliore la scalabilité et la privacy de la chaîne principale. Par défaut, la nature des actifs échangés et les montants des transactions sont confidentiels, ce qui apporte aux utilisateurs une sécurité supplémentaire. Cette solution est développée par Blockstream.

Les transferts de Bitcoin sur Liquid sont confirmés en seulement deux minutes et ouvrent de nouvelles perspectives. Il devient possible d’échanger des LBTC, c’est-à-dire une représentation de BTC sur Liquid pour acquérir des NFT ou même des stablecoins.

Tous les utilisateurs peuvent verrouiller des bitcoins sur Liquid grâce à  un nœud spécifique. En revanche, la libération des bitcoins bloqués (peg-out) ne peut être faite que par un membre de la fédération (fonctionnaire). Contrairement au mécanisme de Proof Of Work, le nombre de validateurs sur Liquid est fixe.

On pourrait penser à première vue, qu’il s’agit d’une centralisation insupportable. Dans les faits, ces membres sont des sociétés privées concurrentes, ce qui suffit pour assurer un niveau de confiance satisfaisant. Par exemple, Paymium et Ledger assurent la sécurité de la chaîne.

Si jusqu’à présent, Liquid a surtout été utilisé par les professionnels pour échanger des volumes importants d’actifs de manière rapide, le réseau pourrait se transformer avec des initiatives comme Raretoshi.

Une opportunité pour Bitcoin ?

Le développement de l’industrie des NFT sur Liquid favorisera la croissance de la sidechain Bitcoin. Les utilisateurs verrouilleront davantage de bitcoins en échange de LBTC, ce qui incitera d’autres projets à s’installer sur cette chaîne complémentaire. De nombreux blocs sont encore vides et c’est pourquoi l’initiative de Raretoshi est séduisante en comblant cet espace par des NFT.

Raretoshi contribuera incontestablement à la croissance du réseau. Si Bitcoin pouvait capter une partie de l’euphorie liée aux NFT grâce à cette marketplace, ce serait une avancée considérable.

Les NFT sont nés sur Bitcoin

Peu de gens le savent, mais les NFT préexistaient à Ethereum et ont été établis sur Bitcoin à l’origine.  Progressivement, ils sont tombés en désuétude avant de connaître un nouvel âge d’or sur Ethereum.

Dès 2013 la fonctionnalité Alias a été lancée. Cette technologie offrait la possibilité d’enregistrer une chaîne de caractères et de rediriger l’utilisateur vers un autre objet. Les premiers utilisateurs de NXT ont rapidement décelé l’opportunité commerciale d’une telle solution et il devenait possible d’échanger des objets artistiques grâce à la blockchain Bitcoin.

Plus qu’un système monétaire, Bitcoin se caractérise aussi par sa fonction d’horodatage qui permet d’enregistrer de manière immuable une donnée et de prouver son existence. Namecoin a développé l’une des premières applications. Le projet soutenu par Satoshi permet de tenir un registre de noms de domaine. Il était également possible d’ajouter des données dans une transaction sur Namecoin, ce qui a amené des créateurs à produire les premiers NFT artistiques. 

Plus tard, les développeurs Bitcoin ont intégré une nouvelle fonctionnalité pour ajouter des métadonnées dans une transaction. Il s’agit du célèbre opcode OP_RETURN. 

Des Colored Coins à Counterparty

Les Colored Coins représentent sans doute une forme primitive de NFT. Cette technologie permet aux utilisateurs d’enregistrer et d’échanger des actifs qui ne sont pas stockés directement sur la blockchain. En « coloriant » une certaine somme de bitcoins, on peut peut lui donner des attributs supplémentaires. Ils ont pu être utilisés pour tracer l’historique d’actifs numériques ou physiques. L’implémentation OP_RETURN a justement accéléré ce développement.

Colored Coins – Bitcoin, Blockchain Protocols, Wallets – BitcoinWiki

De même, Counterparty est une autre solution construite au-dessus de Bitcoin qui permet d’échanger des actifs de manière décentralisée. Des données sont intégrées aux transactions grâce à OP_RETURN ou encore à des adresses multisignatures où la data remplace les clefs publiques. Counterparty existe toujours et des utilisateurs l’exploitent, même s’il faut reconnaître que les développements sont stagnants.   

Quelques projets utilisant cette technologie sont alors nés à l’instar de Tokenly qui permettait aux artistes d’émettre des jetons représentant une forme de propriété, jetons qui étaient échangeables pour acquérir du contenu. D’autres services ont été construits sur Counterparty comme les cartes de jeux vidéo de Spell of Genesis développées en 2015.

CARDS - Spells of Genesis - Collect Ethereum and Counterparty cards!

Toutefois, le projet le plus emblématique reste Rarepepes lancé 2016.  Les utilisateurs commençaient à collectionner des mèmes rares de la grenouille la plus célèbre du net, Pepe the Frog. Face au succès étonnant de Rarepepes, de plus en plus d’artistes ont perçu l’opportunité pour eux de se lancer dans l’art numérique. Ce n’est qu’à partir de cet instant qu’Ethereum a représenté une alternative séduisante pour les créateurs.

Rare Pepes NFT Tools & Community

On voit donc que l’histoire des NFT est intimement liée à celle de Bitcoin, contrairement à ce qu’on pourrait croire.  Pas de NFT sans Bitcoin. 

RGB ou le retour des NFT sur Bitcoin ?

Les travaux de recherche portant sur RGB visent à aller encore plus loin que la solution proposée par Raretoshi sur Liquid. Il deviendrait possible d’échanger des données de grande taille avec un niveau de décentralisation et de résistance à la censure bien supérieur. IPFS qui est actuellement utilisé par Raretoshi ne serait plus requis puisque le réseau Lightning deviendrait le canal de distribution principal grâce au protocole Bifrost.

Même si les développements sont encore en cours, on peut tout de même esquisser quelques pistes. Il semblerait que grâce à RGB, les NFT soient ancrées à un UTXO, qui hériterait donc également de la valeur sous-jacente du support. Un actif numérique pourrait donc contenir un smart contract, une œuvre d’art et une somme de bitcoins.

Les développeurs Bitcoin sont également connus pour leur attachement à la vie privée et à la confidentialité. C’est pourquoi il sera possible sous RGB de cacher sa collection de NFT. De même, dès qu’un utilisateur enverra un NFT, il deviendra très difficile pour lui de suivre son évolution dans le réseau. Privacy garantie !

L’utilisation de Lightning permettra également de gagner en scalabilité et d’émettre des NFT pour un coût défiant toute concurrence. RGB pourrait également redéfinir en profondeur la nature des NFT en opérant une distinction entre le droit de propriété de l’œuvre et son droit d’utilisation. Bref, les perspectives sont infinies.

C’est ainsi que ces derniers mois, des projets comme Diba ont compris l’intérêt de s’installer sur le réseau le plus résilient de l’univers crypto et de s’intéresser à RGB. Progressivement, la chaîne principale deviendrait une couche fondamentale pour les règlements finaux et éviter les doubles dépenses. Lightning et RGB serviraient entre autres à émettre des NFT de manière rapide et confidentielle.

Le boom des NFT atteindra tôt ou tard l’écosystème Bitcoin. Après tout, cette innovation est d’abord née sur cette blockchain avant d’entrer dans une nouvelle dimension grâce à Ethereum. Raretoshi montre le chemin en rejoignant Liquid. À terme, l’intégration des NFT sur Bitcoin reposera sur un approfondissement des travaux sur les Colored Coins grâce à Lightning Network et à RGB.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Yanis A avatar
Yanis A

Le bitcoin change tout ! Issu d’une formation financière, tout me passionne dans cette technologie. Chaque jour, j’essaie d’enrichir mes connaissances sur cette révolution qui permettra à l’humanité d’avancer dans sa conquête de liberté.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !