A
A

Selon la députée Aurore Lalucq, l’approbation de Binance par l’AMF est « incompréhensible »

mer 06 Juil 2022 ▪ 17h45 ▪ 4 min de lecture - par Rédaction CT

Dans une lettre du 13 juin, la députée française Aurore Lalucq a cité un rapport selon lequel l’exchange de cryptomonnaies Binance n’est « pas en mesure d’être supervisé efficacement ». En fonction de ce rapport et d’autres éléments, elle a demandé à l’AMF, l’Autorité française de régulation des marchés financiers, de donner les raisons justifiant l’approbation de l’exchange.

Paris, France - July 29, 2021: Detail of the building housing the Autorite des Marches Financiers (AMF), the French administrative authority in charge of the regulation of financial markets

Aurore Lalucq exhorte l’AMF à revoir sa position par rapport à Binance

Députée française, Aurore Lalucq est aussi membre de la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen. Le 13 juin, elle a envoyé une lettre à l’Autorité française de régulation des marchés financiers pour connaitre les critères sur lesquels le régulateur s’est fondé pour accepter d’enregistrer Binance, l’autorisant ainsi à fournir ses services sur le marché français.

Dans cette lettre qui s’adresse précisément au président de l’AMF, Mme Lalucq a demandé s’il y avait une possibilité pour que l’enregistrement de Binance soit retiré « en cas de manquements graves et avérés ». Elle a exhorté l’AMF à revoir sa décision, car l’exchange de cryptomonnaies Binance serait impliqué dans du blanchiment de capitaux selon un rapport.

En effet, Binance aurait permis de blanchir au moins 2,35 milliards de dollars de fonds illicites. Aurore Lalucq a pris soin de citer une autre déclaration, celle du régulateur financier britannique l’année dernière. D’après cette déclaration, Binance ne serait « pas en mesure d’être supervisé efficacement ».

Lorsque la députée française a été interrogée sur sa lettre, elle a souligné que le secteur de la crypto n’est pas suffisamment régulé et qu’il était nécessaire d’y remédier pour éviter qu’il facilite des « pratiques criminelles ». Elle a ajouté, sans donner plus de détails, que l’AMF avait rapidement répondu à sa lettre.

Plusieurs régulateurs financiers ont émis des avertissements sur Binance

Le géant de la crypto Binance est actuellement le plus grand exchange de cryptomonnaies au monde. Il possède 120 millions d’utilisateurs dans le monde et traite des centaines de milliards de dollars de transactions de cryptomonnaies chaque mois. L’exchange avait salué en mai l’approbation reçue par AMF en indiquant qu’il s’agit d’une « étape importante » et qu’il souhaitait ouvrir un siège régional en France.

Cela dit, à l’époque où le rapport sur son implication dans du blanchiment d’argent a été publié, Binance avait indiqué qu’il n’était pas exact. L’exchange avait ajouté qu’il construisait « l’équipe de cyberanalyse la plus sophistiquée de la planète ». Cependant, il faut savoir que plus d’une douzaine de régulateurs financiers ont émis des doutes concernant la conformité de Binance depuis que la plateforme a été lancée en 2017 à Shanghai.

Ces régulateurs financiers ont indiqué que l’exchange présentait des risques pour les consommateurs et l’ont soupçonné de faciliter le blanchiment d’argent. De plus, un article publié en janvier a signalé que l’exchange a dissimulé des informations aux régulateurs tout en prônant être favorable à la surveillance.

Alors que de nombreux autres régulateurs ont refusé d’agrémenter Binance, l’AMF a autorisé Binance à fournir ses services sur le marché français. Selon Aurore Lalucq qui est contre cette décision, l’AMF a donné « une garantie de respectabilité » à Binance en l’enregistrant. La députée française a souhaité que le régulateur revoie sa position.

Source : Reuters

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Rédaction CT avatar
Rédaction CT

Derrière la signature générique « Rédaction CT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !