A
A

Bitcoin (BTC) et ses projets développent l’Afrique

dim 07 Août 2022 ▪ 17h00 ▪ 3 min de lecture - par Rédaction CT

Depuis quelques années, les cryptomonnaies, et surtout le bitcoin, sont partout. Si certains pays ont déjà adopté ces actifs numériques, d’autres ont déjà affirmé avoir l’intention de le faire et mettent en œuvre diverses actions pour y parvenir. Des pays africains sont, eux aussi, en plein dans la course pour l’adoption des cryptomonnaies. Mais les solutions déployées sur le continent africain vont-elles porter leurs fruits ? Oui, mais pas toutes ! Voyons pourquoi !

bitcoin, afrique

Ce que recherchent les Africains

Diverses solutions sont mises en œuvre sur le continent africain afin de faire en sorte que les cryptos entrent pour de bon dans les habitudes des uns et des autres, certaines sont destinées à l’échec. Pourquoi ? Parce que malheureusement, certaines solutions ne sont pas adaptées au contexte du continent. En fait, les Africains recherchent des solutions qui pourront résoudre leurs problèmes en temps réel.

Pour que les Africains acceptent réellement les cryptos, il faudrait que plusieurs paramètres soient pris en compte. Entre autres, il est indispensable que les méthodes de paiement soient moins complexes. Aussi, ces méthodes devraient être moins technologiques et plus facilement accessibles. L’inclusion financière ne pourra se réaliser que dans ces conditions bien précises.

Le parcours du bitcoin au Kenya

Des solutions adaptées au continent

Dans le lot de solutions qui existent déjà sur le continent, certaines sont parvenues à s’adapter aux réalités. Prenons le cas de Machankura. L’équipe qui l’a mise en place a veillé à ce que cette solution de paiement axée sur le bitcoin (BTC) prenne en compte l’infrastructure de télécommunication qu’il y a déjà en Afrique.

Étant donné qu’une grande partie des Africains utilise des téléphones portables, afin de favoriser l’inclusion financière, il est indispensable de mettre en place des solutions qui impliquent ces outils de communication. C’est ce qu’ont compris les développeurs africains de Bitcoin (BTC). Ils ont réalisé que la technologie USSD fonctionne de manière efficace sur les téléphones fixes et les smartphones. Et c’est ainsi qu’ils ont lancé Machankura.

À l’heure où nous rédigeons ces lignes, Machankura semble avoir un bon fonctionnement. De plus, sur son site internet, on apprend qu’il couvre au moins 6 pays d’Afrique : Ghana, Kenya, Malawi, Nigeria, Afrique du Sud et Ouganda. Cela démontre à quel point cette solution s’est bien intégrée au continent.

En Afrique, l’inclusion financière avec le bitcoin et les autres cryptomonnaies ne marchera qu’à une condition : l’utilisation de l’infrastructure existante. Autrement, toutes les solutions qui seraient mises en place pourraient être destinées à l’échec.

Source : Bitcoin Magazine

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Rédaction CT avatar
Rédaction CT

Derrière la signature générique « Rédaction CT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !