A
A

Qui est Christine Lagarde ?

lun 08 Août 2022 ▪ 9h00 ▪ 5 min de lecture - par Nicolas

Christine Lagarde est avant tout une personnalité politique de nationalité française connue pour avoir été plusieurs fois ministre, puis directrice générale du Fond Monétaire International (FMI) et finalement présidente de la Banque Centrale Européenne (BCE). Elle a occupé ces deux dernières fonctions au moment où les cryptomonnaies ont commencé sérieusement à faire parler d’elles. Elles sont depuis devenues incontournables. Dans cette article, nous allons vous en apprendre plus sur Christine Lagarde, et tenter de découvrir si elle souhaite aider ou non le développement de l’industrie blockchain.

Christine Lagarde

Parcours professionnel et éducation

Après avoir obtenu son baccalauréat en 1974, elle a obtenu une bourse qui lui a permis de partir pour un an aux Etats-Unis. Elle y a décroché un diplôme puis a obtenu un stage au Capitole. De retour en France, elle a été diplômée de l’institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. Elle a raté le concours d’admission à l’ENA, mais obtiendra deux masters (en droit et en anglais).

Elle a commencé sa carrière en tant qu’avocate au barreau de Paris où elle a décidé de rejoindre le département du droit social dans le cabinet d’affaires international Baker McKenzie. En une vingtaine d’années, elle a réussi à gravir tous les échelons pour en devenir finalement présidente de 1999 à 2005.

De 2005 à 2007, elle a été nommée ministre déléguée au Commerce extérieur par Jacques Chirac. Nicolas Sarkozy l’a désignée comme ministre de l’Agriculture et de la Pêche pendant un mois avant de la nommer ministre de l’Economie, où elle a dû affronter la crise financière de 2008, celle qui a donné naissance au bitcoin.

Directrice générale du Fond Monétaire International (FMI)

En 2011, suite du scandale Dominique Strauss-Kahn, on lui a proposé le poste de directrice générale du Fond Monétaire Internationale (FMI). Elle a alors quitté son poste au gouvernement français pour cette fonction prestigieuse.

C’est durant ce mandat que de nombreux programmes d’aides ont été proposés afin d’aider les pays à sortir de la crise de 2008, dont la Grèce. En contrepartie des réformes, elle a décidé d’octroyer des prêts à des pays qui avaient des difficultés à payer leurs dettes afin de leur éviter de faire faillite.

C’est également durant cette période que le bitcoin, et les cryptomonnaies dans leur ensemble, ont commencé à faire parler d’elles un peu partout autour du monde. Le FMI, comme d’autres organismes financiers internationaux, ont été contre l’adoption des cryptomonnaies, prétendant qu’elles n’avaient aucune utilité et qu’il s’agissait d’un danger pour l’économie mondiale.

Présidente de la Banque Centrale Européenne (BCE)

En cours de son deuxième mandat au FMI, elle a décidé de quitter ses fonctions pour devenir présidente de la Banque Centrale Européenne (BCE). Après avoir aidé de nombreux pays en difficulté à travers le monde, elle a jugé plus utile d’aider son continent d’origine en mettant ses compétences au service de la population européenne.

Ayant constaté que les cryptomonnaies commençaient tout doucement à devenir une nouvelle classe d’actifs, elle a rapidement compris qu’il serait en pratique impossible de pouvoir arrêter leur essor. Elle a alors décidé qu’il fallait composer avec et à proposer d’utiliser la blockchain au sein même de la BCE.

L’idée d’émettre une monnaie numérique de la Banque Centrale Européenne (CBDC) a alors fait son chemin. Cependant, à cause de la crise du Covid-19, les choses ont pris du retard. Au moment où nous rédigeons ces lignes, la volonté de sortir un stablecoin en euro garanti par la BCE est toujours sur la table, mais son développement semble être ralenti.

Conclusion

Christine Lagarde a un parcours éducatif et professionnel exemplaire. A chaque fois qu’elle a entrepris quelque chose, elle l’a brillamment réussi. Que ce soit au sein de son cabinet d’avocat ou dans ses fonctions de ministre, elle a toujours été très appréciée de ses collègues.

Désormais à la tête de la Banque Centrale Européenne, elle analyse la possibilité d’émettre un stablecoin basé sur l’euro, ce qui serait une première pour une institution de cette envergure. Même si Christine Lagarde n’est pas forcément une fan pure et dure des cryptos, elle a compris qu’il fallait composer avec cette nouvelle technologie et que la blockchain pouvait présenter certains avantages intéressants pour la BCE.

Retour à la liste des personnalités crypto

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Nicolas avatar
Nicolas

J'ai découvert le monde des cryptomonnaies en janvier 2018. Arrivé au pire moment pour investir, je n'ai depuis lors jamais cessé de me former et partage désormais mes connaissances afin de faciliter l'adoption des cryptos.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !