la crypto pour tous
A
A

Bitcoin - Le Dollar vacille

sam 15 Juin 2024 ▪ 6 min de lecture ▪ par Nicolas T.
S'informer Paiement

Le FMI a publié sa mise à jour trimestrielle des réserves de change détenues par les banques centrales. Le dollar est en chute libre. Le bitcoin en alternative ?

bitcoin

Le dollar tombe en désuétude

Le FMI note dans son papier que le dollar américain continue de céder du terrain dans les réserves de change mondiales, mais qu’il demeure la principale monnaie de réserve.

L’institution héritée des accords de Bretton Woods prévient que les fragmentations économiques et financières pourraient encourager certains pays à diversifier leurs réserves de change.

Le FMI parle d’un déclin « progressif » du dollar, ce qui est un euphémisme. La part du dollar est passée de 70 % à 58 % en deux décennies seulement. En sachant que le véritable chiffre est plutôt 55 % si on le corrige de la récente appréciation du dollar :

Nous tombons même à 48 % si nous prenons en compte les réserves d’or !

Le FMI note à ce sujet :

« Nous constatons que les sanctions financières incitent les banques centrales à modifier légèrement leurs portefeuilles de réserves en délaissant les devises, qui risquent d’être gelées, au profit de l’or. »

L’Inde a par exemple tout récemment rapatrié 100 tonnes d’or de Londres. L’or semble faire partie intégrante du nouveau système monétaire international que les BRICS souhaitent mettre en place.

D’après le Ministre iranien des affaires étrangères, « les ministres de l’économie des pays BRICS sont sur le point d’achever le programme de dédollarisation ». Quel sera la monnaie pivot qui le remplacera ? Silence radio pour l’instant.

Des prétendants au trône ?

Le FMI note qu’il « est frappant de constater que la réduction du rôle du dollar américain au cours des deux dernières décennies ne s’est pas accompagnée d’une augmentation de la part des autres grandes monnaies, que sont l’euro, le yen et la livre ».

Ce sont plutôt les monnaies de réserve non traditionnelles comme le dollar australien, le dollar canadien, le yuan chinois, le won sud-coréen, le dollar singapourien et les monnaies nordiques qui tirent leur épingle du jeu.

Le yuan chinois est une autre monnaie de réserve non traditionnelle, mais son internationalisation « montre des signes d’essoufflement », peut-on lire dans le papier. La part du yuan dans les réserves de change aurait même baissé depuis 2022.

Cela étant dit, la croissance de la monnaie chinoise en tant que moyen de paiement international est forte. Le système CIPS (Cross-Border Interbank Payment System) a facilité des échanges s’élevant à 123 000 milliards de yuans (17 000 milliards $) en 2023 .

Enfin, et contrairement à ce que l’on peut lire ici et là, le dollar ne souffre pas que de la défiance d’une poignée de pays. La Russie a bien évidemment de bonnes raisons de se débarrasser du dollar, mais il s’agit d’une tendance de fond :

« Nous avons identifié en 2022 au moins 46 pays qui diversifient leurs réserves (pays dont la part des réserves de change en monnaies non traditionnelles était d’au moins 5 % à la fin de 2020). Il s’agit des principales économies avancées et des marchés émergents, y compris la plupart des économies du G20. »

L’axe sino-russe et le Bitcoin

La banque centrale russe a déclaré cette semaine que yuan chinois deviendra la principale devise étrangère de la Russie. Le taux de change yuan/rouble déterminera désormais la trajectoire de toutes les autres paires de devises, y compris l’euro et le dollar.

« Le yuan est déjà devenu la principale devise dans les opérations de change », a déclaré la Banque de Russie. « Le taux de change yuan/rouble sera désormais le taux de référence pour les acteurs du marché. »

« La part du yuan dans les transactions de la Bourse de Moscou en mai était de 54 % », a-t-elle ajouté. Un chiffre appelé à augmenter puisque l’euro et le dollar viennent d’être complètement interdits suite à une nouvelle salve de sanctions occidentales.

Tout cela est à mettre en parallèle avec l’arrivée de l’Arabie Saoudite, des Émirats arabes unis et de l’Iran au sein des BRICS. La fin du pétrodollar approche à grands pas, d’où les tentatives d’entretenir le chaos avec Taïwan en ligne de mire. D’après le FT, Xi Jinping a prévenu Ursula Von Der Leyen en avril 2023 que les États-Unis « essayaient de piéger la Chine pour qu’elle envahisse Taïwan, mais qu’il ne mordrait pas à l’hameçon »

Le fait que toutes les banques centrales gardent des dollars (des bons du Trésor en réalité) est un privilège exorbitant que Washington ne veut pas abandonner. Voici ses principaux avantages :

-Balance commerciale chroniquement déficitaire sans dévaluation du dollar.
-Taux d’emprunt bas.
-Possibilité de faire chanter les nations par la menace de sanctions (déconnexion du réseau SWIFT).

« Plutôt la guerre que de laisser la Chine nous ravir notre hégémonie monétaire », se dit-on probablement aux États-Unis…

La solution serait que toutes les nations soient sur un pied d’égalité en utilisant une monnaie neutre : Bitcoin. A ce titre, la plus grande banque du monde (Industrial and Commercial Bank of China) vient de déclarer que le bitcoin « arbore une rareté similaire à l’or, via un consensus mathématique, tout en résolvant les problèmes de divisibilité, d’authenticité et de portabilité ».

On avance vers le nouveau Bretton Woods : Bitcoin.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


Cliquez ici pour rejoindre 'Read to Earn' et transformez votre passion pour la crypto en récompenses !
A
A
Nicolas T. avatar
Nicolas T.

Reporting on Bitcoin, "the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy".

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.