A
A

Bitcoin, une révolution morale de la monnaie

mer 16 Août 2023 ▪ 6 min de lecture ▪ par Martin
S'informer

À la croisée du champ monétaire et technologique, Bitcoin propose de faire un pas de côté et d’interroger la nature de nos propres monnaies. C’est en cela qu’il est d’ailleurs peut-être le plus révolutionnaire, alors que la monnaie reste depuis le début de l’ère industrielle reléguée à un simple outil neutre, en dehors de tout champ politique, presque “magique”, sujet à des mécanismes autant invisibles que mystérieux.

Billets de banques de différents pays, avec bitcoin au centre.

Visibiliser le rôle de la monnaie

Bitcoin force à braquer les projecteurs sur notre système monétaire actuel. Un système complexe, qui est toutefois loin d’être inaccessible, mais gardé éloigné du champ démocratique. En détournant le pouvoir normalement réservé aux monnaies traditionnelles, Bitcoin met en lumière un système de domination particulièrement injuste. La monnaie, cet outil du quotidien quasiment invisible et pourtant omniprésent dans nos vies, est en effet loin d’être un objet neutre ou inerte.

Une loupe posée sur une pièce de 1 euro.
Bitcoin met en lumière la nature des monnaies fiduciaires traditionnelles.

Bitcoin vs monnaies locales, même combat ?

Le BTC n’est d’ailleurs pas le seul à questionner notre usage monétaire : les monnaies locales, par exemple, en sont une forme de contestation. Bien implantées en France, on en compte pas moins de 80 dans l’hexagone. Elles permettent aux populations de rediriger la monnaie vers des secteurs vertueux, en prenant conscience de la nature de l’euro, qui tend à favoriser la spéculation. Néanmoins, les monnaies locales restent pour l’instant très marginales dans les volumes de transactions.

Elles essayent néanmoins de redonner du sens à la manière de payer, tandis que la monnaie échappe encore à tout contrôle démocratique des citoyens. Elles restent cependant adossées à l’euro, et doivent faire l’objet d’une autorisation de la part de l’État. Paradoxalement (et même si tout les sépare), le BTC pourrait être complémentaire avec les monnaies locales. En effet, il partage avec elles un projet commun : repenser la monnaie.

Le bitcoin est taillé pour Internet

Mais Bitcoin est bien plus radical dans sa proposition. Il se passe de toute approbation, de toute permission étatique ou bancaire : il est permissionless. Totalement ouvert. Surtout, il est une monnaie digital native, créée et pensée spécifiquement pour être le cash d’internet. Le dollar a été créé en 1791 dans un monde profondément différent. Même le jeune euro créé en 1999 n’a pas pu anticiper les changements technologiques des années 2000. Ces monnaies ont donc dû s’adapter en “forçant” leur nature pour exister en version numérique. Ce n’est pas le cas de Bitcoin, qui ambitionne dès le départ d’être la couche monétaire du protocole Internet : ouvert à tous, sans frontières, décentralisé.

Une autre monnaie est possible

En tant qu’outil expérimental, et en investissant le champ de la monnaie, Bitcoin renvoie à notre propre connaissance du système fiduciaire. Qui créer la monnaie ? Pourquoi les banques privées ont-elles cette prérogative ? Pourquoi l’inflation doit être maintenue à 2% à tout prix (même au risque d’augmenter le chômage) ? Qui décide de cette valeur arbitraire ? Pourquoi pas un taux à 2,4% ou 1,7% ? La banque de France se risque à justifier cette valeur dans une vidéo très… « pédagogique ».

L’inflation pour les nuls : « La déflation, c’est la conséquence de trop de timidité, tandis que l’inflation, c’est la conséquence de trop d’exubérance ».

En réalité, ces 2% d’inflation font l’objet d’un consensus, inspiré notamment des travaux de Milton Friedman, ardent défenseur de la croissance décomplexée. « La seule responsabilité sociale d’une entreprise est de maximiser ses profits«  écrivait-il ainsi dans un article du New York Time paru en 1970. Depuis, c’est cette doctrine qui guide encore aujourd’hui les politiques monétaires de la Banque Centrale Européenne (BCE). Elle est depuis reprise en chœur par les banques centrales nationales comme la Banque de France.

Le capitalisme se nourrit allégrement du manque de participation et d’implication dans les décisions, notamment monétaires. Et malheureusement, les monnaies actuelles sont paramétrées pour une croissance infinie. De plus, le système actuel favorise les milieux bancaires. Ces derniers, proches des “robinets” monétaires des banques centrales, jouissent de privilèges extravagants et accumulent les milliards. En prendre conscience et s’en indigner est une chose. Le bitcoin, lui, va plus loin. Car même s’il n’est pas parfait, le protocole bitcoin s’emploie à fournir une autre proposition. Limité à 21 millions d’unités, il n’est pas bâti par essence pour une croissance infinie. Il fonctionne ainsi comme un gigantesque système parallèle open source, autogéré à l’échelle mondiale à travers une gouvernance collaborative et décentralisée.

"Bitcoin because fucks banks", sticker sur un poteau dans la rue.
Dès 2009, bitcoin naît d’une contestation du renflouage des banques avec des fonds publics.

Et si Bitcoin appelait un changement plus grand ?

N’en déplaise aux plus maximalistes et aux fantasmes d’hyperbitcoinisation, le BTC n’a pas non plus vocation à devenir une monnaie globale. Bitcoin pourrait tout au plus être une monnaie exclusive dans des contextes très particuliers : oasis, île, villes flottantes. Il est en tout cas porteur d’une utopie. Il expérimente et prouve, en utilisant un système parallèle d’une monnaie privée, la possibilité d’un système plus juste.

Car la plus grande valeur du bitcoin réside peut-être dans sa capacité à faire un pas de côté, à repenser l’usage que nous faisons collectivement de la monnaie. Reprendre le pouvoir sur la monnaie, c’est sans doute bien la plus grande proposition du bitcoin qui va bien au-delà de la seule puissance technologique de la blockchain.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Martin avatar
Martin

Fasciné par l'histoire du Bitcoin et le mouvement cypherpunk, je pense que les citoyens doivent réinvestir le champ de la monnaie. Mon but ? Démocratiser et rendre visible le potentiel de la blockchain et des cryptomonnaies.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.