A
A

Comment l'industrie des NFT peut-elle regagner la confiance des utilisateurs ? La réponse du fondateur de NFT Paris

mer 08 Fév 2023 ▪ 7 min de lecture ▪ par Luc Jose A.

En 2022, le marché des actifs numériques a souffert du bear market, mais également des nombreux retentissements dans la sphère crypto. Une situation qui a conduit à de nombreuses faillites et qui place encore aujourd’hui plusieurs acteurs de la chaîne de valeurs dans une situation financière difficile. Le domaine des NFT n’a pas été épargné par cette vague de froid qui s’abat sur l’ensemble de l’industrie. Dans cette interview exclusive, Alexandre Tsydenkov, fondateur de NFT Paris, le plus grand événement NFT de France, revient sur les réalités du marché en 2022.

Logo NFT Paris

L’industrie des NFT a été lourdement affectée par l’instabilité qui frappe les actifs numériques. Pensez-vous que l’art NFT et l’industrie dans sa globalité survivront à ce marché baissier ? Pourquoi ?

Gartner Hype Cycle
Gartner Hype Cycle

Lorsque vous regardez la courbe du Gartner Hype Cycle, vous remarquez rapidement le niveau où nous sommes en termes d’adoption de la technologie NFT. Actuellement, nous sommes dans une sorte de désillusion après la grande euphorie qu’il y a eu sur ce marché, que nous pouvons appeler une hype, et qui était notamment liée au gonflement des prix et à un intérêt croissant. Plus clairement, un groupe d’enthousiastes NFT, dont moi, a très vite compris le potentiel de cette technologie et a, par la suite, trop anticipé son adoption massive.

La vérité est que le niveau de prix des NFT n’est pas l’indicateur qu’il faut prendre en compte pour savoir si le marché se relèvera de la crise. Derrière cet indicateur se cache une réalité importante : le taux d’adoption des NFT n’a pas cessé d’augmenter. Ainsi, il devient clair que les NFT ne disparaissent pas du paysage. Ils évoluent.

Utilisation des NFT sur Polygon
Utilisation des NFT sur Polygon

D’après vous, comment l’art NFT a-t-il évolué au cours des dernières années ? En termes de progrès, qu’est-ce qui a été fait et que reste-t-il encore à faire ? Vous avez parlé de l’évolution du marché. Quels sont les éléments illustratifs de cette mutation ?

En fait, il n’y a pas à proprement parler d’art NFT. On peut parler d’art numérique commercialisé par le biais de la technologie NFT. Il y a ensuite des œuvres artistiques plus complexes, qui s’accommodent aux mécanismes de la blockchain et des tokens, afin de créer une nouvelle forme d’art.

L’évolution dont je parle est liée à la possibilité pour les artistes d’avoir une base de rémunération différente. Ils peuvent en effet toucher des royalties, être indépendant des plateformes existantes telles que Manifold. Ils ont surtout la possibilité de minter sur leur propre smart contract. Il faut savoir que les signes de mutation de l’industrie des NFT sont la volonté de cacher le mot NFT et de dissimuler la blockchain. Ainsi, on ne parlera plus de NFT, mais de « digital collectibles ». Au regard de tout ce qui précède, on peut dire que tout le monde se prépare pour l’adoption de masse.

Aujourd’hui, il existe un véritable problème de confiance dans l’industrie des actifs numériques, notamment le domaine des cryptos où les récents événements ont contraint les investisseurs à être sur qui-vive. De quelle façon pensez-vous que l’industrie NFT pourrait regagner la confiance des utilisateurs ordinaires après tous ces évènements ?

Il existe plusieurs éléments clés pour regagner la confiance des utilisateurs. Il y a la régulation, qui permettra une meilleure protection des acteurs du secteur. Ensuite, il y a les mots et expressions utilisées. Je pense que le mot NFT doit disparaître des usages. Il faut également une facilité d’utilisation. En effet, il y a de grands progrès à faire en ce qui concerne l’UX/UI. Il est important de régler les problèmes liés à la sécurité, car personne ne devrait risquer de perdre ses avoirs suite à un piratage ou toute autre infraction ou erreur des plateformes du secteur.

Pour finir, la problématique de la décentralisation doit revenir au centre des préoccupations. Les biais humains devraient être contrés par la technologie.

Quelles sont les mesures mises en place pour lutter efficacement contre les fraudes ? Comment peut-on évaluer la transparence du secteur ?

L’avantage de la blockchain est que l’ensemble des transactions sont traçables. Cette information, à elle seule, fait de cette technologie un domaine très transparent. Un domaine bien plus transparent que l’économie traditionnelle. De nombreux acteurs de la blockchain sont capables de vous donner des informations sur les fraudes, les vols, etc. Il y a par exemple des personnes comme ZachXBT qui analysent l’ensemble des fraudes, les traquent, et souvent permettent de retrouver les coupables.

Les événements dramatiques auxquels nous avons assisté concernant les plateformes
centralisées auraient pu être évités dans une certaine mesure. Ce sont des biais humains importants. Il faut se servir de la technologie blockchain et NFT pour prévenir ces comportements humains.

2022 a été une année difficile pour le secteur. Quelles leçons en avez-vous tirées ? Quelles sont vos recommandations pour la nouvelle année ?

La principale leçon que j’ai retenue de 2022 est qu’il faut de la patience pour qu’une technologie révolutionnaire comme les NFT atteigne le grand public.

Que faut-il surveiller comme tendances en 2023 ?

NFT Paris croit beaucoup aux SBT, ou « soul bound tokens ». Ouvrez les yeux et surveillez les projets que nous préparons à cet effet.

Quelles perspectives d’avenir pour le secteur des NFT d’ici une dizaine d’années ?

J’ai la conviction que le secteur des NFT aura impulsé une grande révolution dans un ensemble de domaines, tels que le gaming, l’art et la mode, la manière de créer des communautés en ligne, les problématiques d’identification, etc.

Je pense que ce sera une transformation quasi invisible, mais progressive et efficace. À terme, nous ne parlerons plus de NFT. Nous serons plutôt plongés dans un monde où la « rareté numérique » et les transactions de valeurs sécurisées, de fichiers numériques, deviendront la norme.

Pour le fondateur de NFT Paris, 2022 a été certes une année riche en défis divers pour le secteur des NFT, mais contrairement à ce qui se dit, le secteur a encore de beaux jours devant lui. La preuve la plus immédiate étant qu’outre les prix bas des tokens, l’adoption se généralise. Il reste convaincu que les NFT transformeront l’économie mondiale au cours des 10 prochaines années.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Luc Jose A. avatar
Luc Jose A.

Diplômé de Sciences Po Toulouse et titulaire d'une certification consultant blockchain délivrée par Alyra, j'ai rejoint l'aventure Cointribune en 2019. Convaincu du potentiel de la blockchain pour transformer de nombreux secteurs de l'économie, j'ai pris l'engagement de sensibiliser et d'informer le grand public sur cet écosystème en constante évolution. Mon objectif est de permettre à chacun de mieux comprendre la blockchain et de saisir les opportunités qu'elle offre. Je m'efforce chaque jour de fournir une analyse objective de l'actualité, de décrypter les tendances du marché, de relayer les dernières innovations technologiques et de mettre en perspective les enjeux économiques et sociétaux de cette révolution en marche.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.