A
A

Crypto : Les escrocs du Merge d'Ethereum (ETH)

dim 06 Nov 2022 ▪ 19h00 ▪ 4 min de lecture - par Sami AYADI

The Merge est l’opération à l’origine du passage de la preuve de travail (PoW) à la preuve d’enjeu (PoS) pour le réseau Ethereum. Appelé également la Fusion, cette opération date du 15 septembre 2022. Dans la période qui a précédé, il ne faisait déjà aucun doute que la fusion pourrait affecter l’écosystème des cryptomonnaies. Plus précisément, la blockchain Ethereum risquait de perdre une partie de la confiance des investisseurs en cas d’échec. Le risque que des escrocs cherchent à profiter de la confusion entourant la fusion Ethereum était à prévoir. Or, les escroqueries liées à la fusion ont permis de récolter 1,2 million de dollars d’Ether peu avant, pendant et après la fusion du 15 septembre. Ces escroqueries sont brièvement devenues le type d’escroquerie dominant dans l’écosystème Ethereum. Examinons cette tendance plus en détail.

blocksec ethpow ethereum

L’explication de l’arnaque à la Fusion

La plupart des escroqueries à la Fusion fonctionnent de la même manière que l’escroquerie classique de l’échange de confiance. Le fraudeur demande à ses victimes de leur envoyer une certaine quantité de cryptomonnaies pour recevoir davantage en retour (généralement le double du paiement initial de la victime). Pour gagner la confiance de la victime, l’escroc se fait souvent passer pour une célébrité. Dans notre cas, les escrocs ont expliqué aux victimes qu’elles devaient envoyer des cryptomonnaies pour passer à la nouvelle blockchain Ethereum et recevoir des fonds en retour.

Le mois de septembre a été marqué par des pics massifs des revenus des escroqueries le jour de la fusion, dont la grande majorité est allée aux escroqueries de fusion. Concrètement, les arnaques à la fusion ont supplanté pratiquement toutes les autres activités d’arnaque à l’Ethereum le jour de la fusion. La collecte s’élève à plus de 905 000 $ d’ETH le 15 septembre, contre un peu moins de 74 000 $ pour toutes les autres arnaques liées à ETH. Cependant, cette activité s’est dissipée aussi vite qu’elle est apparue. En effet, l’activité d’escroquerie revenant à des niveaux normaux en quelques jours, et les escroqueries liées à la fusion ayant pratiquement disparu à la fin du mois de septembre.

Les récurrences dans ce type d’arnaque

D’abord, avec les gros piratages de DeFi qui ont fait les gros titres ces derniers temps, il peut être facile d’oublier que l’escroquerie reste et restera probablement la plus grande forme de criminalité liée aux cryptomonnaies. Ce type d’arnaque est de toute évidence particulièrement préjudiciable à l’adoption des cryptomonnaies en raison de la façon dont les escrocs s’attaquent à la confiance des utilisateurs. Les périodes de changement majeur pour le secteur blockchain telle que la fusion sont une aubaine pour les fraudeurs. En effet, la confusion et le manque de connaissances liés à un évènement particulier peuvent être exploités par certains acteurs.

Le pic d’escroquerie le jour de la Fusion Ethereum – Source : Chainalysis

D’abord, il est intéressant de noter que les escroqueries concernant la fusion sont plus susceptibles que les autres de cibler les utilisateurs des pays dans lesquels le PIB est important. Il est possible que les cibles des escrocs du Merge soient délibérément des utilisateurs dans des pays plus riches en supposant qu’ils seraient plus susceptibles d’investir davantage dans l’escroquerie.

Fait étonnant, les escroqueries liées à la fusion ont enregistré un taux de réussite de 83 % le 15 septembre, jour de la fusion, et un taux de réussite de 100 % plusieurs autres jours avant et après la fusion. Le pic d’escroquerie lié à la fusion montre clairement que le secteur doit s’efforcer d’éduquer les utilisateurs sur ce que certains événements comme the Merge signifient pour eux, ainsi que sur les types d’escroquerie courants à éviter en général.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Sami AYADI avatar
Sami AYADI

À l'angélisme des intercesseurs du système monétaire actuel, j'oppose la DeFi, les actifs numériques et le metaverse. Juriste au Luxembourg, je m'intéresse aux fonds d'investissement en cryptomonnaies.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !