A
A

Le bitcoin bientôt beaucoup plus rare que l'or

sam 09 Sep 2023 ▪ 6 min de lecture ▪ par Nicolas T.
S'informer Investissement

Halving oblige, le bitcoin sera bientôt beaucoup plus difficile à trouver que son ancêtre aurifère. Un choix cornélien s’impose aux banques centrales.

Bitcoin

La dernière ruée vers l’or

La Banque Populaire de Chine a été une fois de plus le plus grand acheteur au mois de juillet (23 tonnes). Ses réserves s’élèvent à 2 136 tonnes (officiellement). La Banque nationale de Pologne a suivi de près, augmentant ses réserves d’or de 22 tonnes. Soit 299 tonnes en tout.

Dans l’ensemble, ce sont surtout les BRICS qui en amassent. Cette boulimie d’or s’est enclenchée après la guerre d’Irak. Elle s’est encore renforcée après la crise des subprimes et le premier « Quantitative Easing » de la Fed (planche à billets).

1) Achats d’or depuis 2005 (en millions d’onces avec l’échelle de gauche pour les BRICS et l’échelle de droite pour le G7) / 2) Pourcentage d’or dans les réserves de change totales

Aujourd’hui, la volonté de se débarrasser du système des pétrodollars est clairement assumée. Les BRICS ne veulent plus financer la dette américaine et l’or profite logiquement de cette rébellion monétaire contre l’empire.

Même le secrétaire général des Nations unies met désormais en garde contre la « fragmentation et la fracture du système financier mondial ».

António Guterres a fait cette déclaration lors d’un sommet en Indonésie avec l’ASEAN, la Chine et les États-Unis. En sachant que les pays de l’ASEAN ne cachent pas non plus leur volonté de se passer du dollar.

Un retour du Gold Standard paraît inévitable si le but est de retirer aux États-Unis leur privilège d’afficher un déficit commercial chronique sans que la valeur du dollar ne s’effondre (pétrodollar).

L’Asie ne s’y trompe pas. Le prix de détail de l’or au Japon est au plus haut historique, de même qu’en Chine. C’est-à-dire les deuxième et troisième plus grandes économies du monde…

Enter Bitcoin

Il ne faudrait pas oublier qu’un trouble-fête s’est invité dans ce scénario bien ficelé. In fine, ce n’est pas la relique barbare, mais le bitcoin qui remplacera le dollar en tant que monnaie de réserve internationale.

Certains s’accrochent au fait que l’or a passé l’épreuve du temps. D’autres affirment que le Bitcoin s’écroulera lorsque l’incitation à miner des bitcoins (sécuriser le réseau) aura disparu.

Mais si la vieille garde est paralysée par le déni, les nouvelles générations ne s’y trompent pas. Elles choisissent le bitcoin pour trois raisons principales.

La première tient à son existence numérique. Alors que l’or voyage lentement (par avion), le BTC se téléporte quasiment instantanément d’un bout à l’autre du monde.

Autre avantage : le passage des frontières sans soucis. Il suffit de se souvenir d’une douzaine de mots ! Faire tenir un lingot d’or entre ses deux oreilles paraît plus difficile.

Le prix du transport est également rédhibitoire. A contrario, envoyer n’importe quel montant en BTC ne coûte que quelques dizaines de centimes. Que la transaction soit de 0.01 BTC ou 10 000 BTC, c’est le même tarif.

N’oublions pas non plus l’avantage immense de pouvoir réaliser des paiements en ligne. Ou bien devrions-nous envoyer de la poussière d’or par la poste ?

Enfin et surtout, le bitcoin est infiniment plus rare que l’or ! Plus l’or s’apprécie et plus il sera rentable de creuser pour en déterrer davantage. Rien à voir avec le bitcoin et sa masse monétaire absolument fixe de 21 millions de d’unités.

Le bitcoin est plus rare que l’or

La limite des 21 millions de bitcoins est assurée par la division par deux du rythme de création des bitcoins qui intervient tous les quatre ans (halving).

En mai prochain, l’inflation monétaire du bitcoin sera de 3,125 BTC par bloc de transactions (toutes les 10 minutes). Il sera alors officiellement beaucoup plus rare que l’or.

La méthode la plus populaire pour calculer cette rareté s’appelle S2F (Stock to Flow) qui représente le nombre d’années nécessaires pour doubler un stock en fonction de sa production annuelle. On l’obtient en divisant le stock total par la production annuelle.

D’après le World Gold Council, 187 200 tonnes d’or ont été sorties de terre depuis le début de la civilisation. Divisez ce nombre par le nombre de tonnes d’or minées chaque année (3 100 t en 2022) et vous obtenez un ratio de 60. Il faut 60 ans pour doubler le stock d’or au rythme d’extraction actuel.

Le ratio du bitcoin est similaire (59), mais plus pour longtemps. Il passera à 119 en mai prochain et 247 quatre ans plus tard. L’or et le bitcoin ne boxeront plus du tout dans la même catégorie.

Pour rappel, le bitcoin a multiplié sa capitalisation boursière par 1200 entre 2013 et 2021. Celle de l’or n’a été multipliée que de 1,5 dans le même temps.

La capitalisation boursière de l’or est actuellement 25 fois plus élevée que celle du bitcoin. Dit autrement, un seul bitcoin pèsera plus de 630 000 dollars lorsqu’il aura absorbé la valeur de son concurrent. Le Bull Run approche.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Nicolas T. avatar
Nicolas T.

Reporting on Bitcoin, "the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy".

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.