A
A

Le Bitcoin doit remplacer le dollar

sam 10 Fév 2024 ▪ 10 min de lecture ▪ par Nicolas T.
Investissement

Les nations émergentes les plus importantes délaissent le dollar, lentement, mais surement. Le monde a besoin d’une nouvelle monnaie de réserve internationale. Le monde a besoin du bitcoin.

bitcoin

Greenback

Le dollar est le principal moyen d’échange dans le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il est la monnaie de réserve internationale par excellence.

Une monnaie de réserve est une devise étrangère qu’une banque centrale détient dans le cadre des réserves de change officielles de son pays. Le dollar en représente la majorité puisque prédominant dans le commerce international.

Les banques centrales détiennent généralement leurs réserves sous la forme d’obligations d’État. Les bons du Trésor américain dans le cas du dollar. La dette américaine est de loin le marché obligataire le plus important et le plus liquide au monde. Sa taille assure aux nations qu’elles pourront accéder à leur argent à tout moment.

Le Fonds monétaire international reconnait huit grandes monnaies de réserve. Les dollars américain canadien et australien, la livre sterling, le yuan chinois, l’euro, le yen japonais et le franc suisse. Le dollar américain représente 59 % des réserves de change mondiales.

La Chine possède les plus larges réserves avec l’équivalent de plus de 3 000 milliards de dollars. La composition exacte de ces réserves est une information confidentielle. Nous savons néanmoins que l’Empire du Milieu détient pour environ 800 milliards de dollars de dette publique américaine.

Nous savons aussi que Pékin réduit progressivement ses réserves en dollars. Ces dernières sont passées de 59 % du total en 2016, à 25 % en 2023. Elles représentent 10 % du total des réserves en dollars détenues par les banques centrales du monde entier.

La Chine est au deuxième rang des détenteurs de dette publique américaine après le Japon. L’Inde, la Russie, l’Arabie saoudite, la Suisse et Taïwan en possèdent également une bonne part, comme tous les grands pays exportateurs.

(Ces réserves sont affichées en dollars mais peuvent être composées d’autres monnaies comme l’euro, la Livre Sterling, etc)

Comment le dollar est-il devenu la monnaie de réserve mondiale ?

Le dollar s’imposa au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. L’évènement clé fut la conférence de Bretton Woods de 1944 au cours de laquelle quarante-quatre pays créèrent le FMI et de la Banque mondiale.

On choisit un système de taux de change fixes. Chaque pays devait amarrer la valeur de sa monnaie au dollar qui était convertible en or au taux de 35 dollars l’once. Il s’agissait d’un garde-fou afin que les États-Unis n’en profitent pas pour financer leurs importations avec la planche à billets.

La menace fut mise à exécution dans les années 1960 lorsque les pays européens décidèrent de convertir leurs billets verts en or. Pour deux raisons. La première est que l’or de Fort Knox ne suffit déjà plus à couvrir les dollars en circulation à l’étranger.

La seconde est moins racontée. Le vieux continent savait que le pic pétrolier des États-Unis était imminent. Il fut prédit dès 1956 par le géophysicien Marion King Hubbert pour 1970 et se manifesta effectivement en 1971.

Il était donc écrit d’avance que les États-Unis se mettraient à importer de grandes quantités de pétrole qui aggraveraient le déficit commercial.

Ce n’est pas un hasard si le président Richard Nixon suspendit la convertibilité du dollar en or l’année du pic pétrolier américain. L’ordre des choses aurait alors voulu que l’or redevienne la monnaie de réserve internationale. Ce ne fut évidemment pas le cas.

Une autre histoire peu racontée est que Washington s’est sorti de l’ornière en forçant l’Arabie saoudite (et l’ensemble de l’OPEP) à vendre son pétrole exclusivement en dollar. Une sale histoire…

Le pétrole étant le sang de l’économie de toute nation industrialisée, les pays européens n’eurent d’autre choix que de continuer à utiliser la monnaie impériale. Et voilà..

D’autres facteurs ont fait de la dette américaine la monnaie de réserve internationale. La taille de l’économie américaine, le poids géopolitique de Washington, sa puissance nucléaire, etc.

« Les bons du Trésor américain peuvent être considérés comme le premier actif de réserve au monde », explique Brad W. Setser dans un récent papier du think tank américain Council of Foreign relations (CFR). « Il est difficile de concurrencer le dollar si l’on ne dispose pas d’un marché analogue à celui des bons du Trésor (22 500 milliards de dollars). »

Quels sont les avantages du « privilège exorbitant » ?

Le statut de principale monnaie de réserve fut qualifié de « privilège exorbitant » par le président Valéry Giscard d’Estaing.

Ce privilège tient au fait que les États-Unis sont la seule nation au monde pouvant afficher un déficit commercial chronique et abyssal sans que sa monnaie s’effondre. Pourquoi ? Parce que plutôt que de convertir leurs dollars dans leur propre monnaie, les pays ayant des excédents commerciaux les placent dans la dette américaine.

Certains diront que chaque nation est libre de vendre la dette américaine qu’il détient. Mais allez dire ça aux Russes, aux Irakiens à l’Iran ou aux Afghans. Les États-Unis ont récemment « gelé » 300 milliards de dollars appartenant à la banque centrale russe.

Qui est le prochain sur la liste ? La Chine ? Les économies émergentes ont bien reçu le message et cherchent désormais à se débarrasser du dollar. La « dédollarisation » est clairement en marche.

Le yuan est par exemple devenu la monnaie la plus échangée en Russie. L’ensemble des pays des BRICS ont à présent pour stratégie de commercer dans leurs propres monnaies et il se murmure qu’un retour de l’étalon or est dans les cartons.

« The dollar is finished as the world’s reserve currency », a déclaré le vétéran des marchés financiers Dick Bove au NY Times cette semaine.

Le président Poutine, interviewé par Carlson Tucker, a lui déclaré :

« Le monde comprend très bien que quel que soit le nombre de dollars imprimés, ils sont rapidement dispersés dans le monde entier. [Il en résulte] une inflation minime aux États-Unis. […]

Mais regardez ce qui se passe dans le monde. Même les alliés des États-Unis réduisent leurs réserves en dollars. Le fait que les États-Unis sanctionnent certains pays via des restrictions sur les transactions, le gel des réserves de change, etc., suscite de vives inquiétudes et envoie un signal au monde entier. Tout le monde cherche des moyens de se protéger. […]

D’autres pays, y compris des producteurs de pétrole, envisagent et acceptent déjà de vendre leur pétrole en yuan. Vous comprenez ce qui est en train de se passer ? »

Retrouvez une transcription de l’ensemble de l’interview en Français ICI.

Bye Bye Dollar, Welcome Bitcoin

La Russie – qui préside le club des BRICS en 2024 – a réaffirmé son objectif de dédollarisation. En sachant que plus de 20 % du pétrole s’échange dans des monnaies autres que le dollar américain. Un chiffre appelé à grossir vu que les BRICS contrôlent 45 % des réserves pétrolières mondiales.

Cependant, les alternatives ne sont pas légions. L’euro est la deuxième monnaie de réserve la plus utilisée. Elle représente environ 20 % des réserves de change mondiales. L’Europe a tous les atouts pour rivaliser avec les États-Unis sur le plan monétaire.

Malheureusement, notre vassalisation est telle que nous avons refusé l’offre russe de payer nos factures de gaz en euros. Nous vendons même les Airbus en dollars…

Le yuan ? La Chine s’efforce de l’utiliser de plus en plus dans les échanges bilatéraux. Par ailleurs, « la Chine n’a ni l’intention ni la capacité de détrôner le dollar », d’après Zongyuan Zoe Liu, membre du CFR.

Reste l’or, que la Chine et la Russie accumulent sans compter depuis des années. Cette tendance est de très bon augure pour le bitcoin qui est de l’or, en mieux. Pour deux raisons principales :

-La quantité de bitcoin est capée à 21 millions d’unités. A contrario, la quantité d’or que l’on sort de terre ne cesse d’augmenter année après année. Ce distingo est crucial !

-L’or coûte très cher à déplacer. Le bitcoin est pour sa part une monnaie ainsi qu’un système de paiement international. Deux-en-un. Il est possible d’envoyer instantanément l’équivalent de dizaines de milliards de dollars pour quelques dizaines de centimes en frais de transaction aux quatre coins du monde.

Tôt ou tard, Russie, Chine, Arabie Saoudite et consorts réaliseront que le bitcoin est la monnaie apatride, non censurable et anti-inflationniste dont ils ont toujours rêvé. Pas la relique barbare.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Nicolas T. avatar
Nicolas T.

Le Bitcoin est une éruption d'énergie chiffrée incensurable se diffractant aux quatre coins d'un monde en ébullitions géopolitique et inflationniste. Je vous tiens au courant.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.