A
A

L'UE limite les transactions en espèces et en cryptomonnaies

dim 11 Déc 2022 ▪ 18h00 ▪ 3 min de lecture - par Krull

L’Union européenne a décidé de limiter les achats en espèces à 10 000 €. L’UE espère assurer un examen plus approfondi des transactions en cryptomonnaie au-delà de 1 000 €. Les membres du bloc l’ont annoncé le 7 décembre, déclarant que cela faisait partie des efforts pour prévenir le blanchiment d’argent.

crypto,Europe

Nouvelle règle destinée à combler les lacunes en matière de cryptomonnaie

Le ministre tchèque des finances, Zbyněk Stanjura, a déclaré que l’intention est : « de combler des lacunes et d’appliquer des règles encore plus strictes dans tous les États membres de l’UE« . Les gros paiements en espèces de plus de 10 000 euros deviendront en conséquences impossibles. Essayer de rester anonyme lors de l’achat ou de la vente de crypto actifs deviendra beaucoup plus difficile.

Les nouvelles règles de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme imposent aux fournisseurs de services de crypto actifs (CASP). Pour ce faire, l’idée est notamment d’exercer une diligence raisonnable à l’égard des clients effectuant des transactions supérieures à 1 000 €. Les portefeuilles auto-hébergés devraient renforcer leurs mesures d’atténuation des risques en raison de l’arrivée des CASP. L’UE utilise également le système de classification des pays basé sur les recommandations du Groupe d’action financière (GAFI). L’objectif est de déterminer le risque de blanchiment d’argent dans chaque pays membre.

Quel impact cela aura-t-il sur la DeFi ?

Les régulateurs pourraient probablement cibler les développeurs de plateformes DeFi. La manière dont les nouvelles exigences seront mises en œuvre n’est pas claire, car l’anonymat fait partie intégrante de l’existence de l’espace DeFi. Cependant, cela peut n’avoir aucun impact si l’entité n’est pas basée en Europe et choisit de ne pas se conformer. Cela pourrait même être plus difficile si une entité centrale ne contrôle pas le protocole DeFi.

Les risques du DeFi et la manière de réglementer le secteur font l’objet d’une réflexion des régulateurs en Europe. Il y a quelques mois, la Banque centrale européenne a commandé une étude. Cette étude recommande que la réglementation de la DeFi couvre les DAO, les développeurs de plateformes et les détenteurs de jetons de gouvernance.

Une telle mesure pourrait affecter la croissance du secteur DeFi en Europe. Mais les plateformes cryptographiques centralisées n’auront aucun problème à se conformes. EN effet, elles mettent déjà en œuvre des normes de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Les régulateurs européens se demandent également si la réglementation MiCA peut empêcher une répétition de l’effondrement de FTX.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Krull avatar
Krull

À l'angélisme des intercesseurs du système monétaire actuel, j'oppose la DeFi, les actifs numériques et le metaverse. Juriste au Luxembourg, je m'intéresse aux fonds d'investissement en cryptomonnaies.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !