A
A

Musk annonce indirectement le triomphe de Bitcoin (BTC)

lun 12 Sep 2022 ▪ 20h00 ▪ 15 min de lecture - par Satosh

Quand on s’intéresse aux tweets d’Elon Musk, on comprend son intérêt pour la thermodynamique et la théorie de l’information. Ces enseignements dépassent très largement le cadre de la physique et des sciences dures et peuvent nous aider à comprendre des phénomènes sociaux, comme la monnaie. Sa conception monétaire basée sur l’information fait du bitcoin la meilleure alternative au système fiat.

Elon Musk, inflation, bitcoin

Elon Musk et la thermodynamique

Elon Musk s’intéresse depuis des années à la théorie monétaire. Il a tout de même cherché à créer une alternative au dollar avec PayPal il y a deux décennies. Il s’intéresse notamment aux applications de la physique pour comprendre les phénomènes monétaires.

Elon considère qu’une bonne monnaie doit transporter efficacement l’information. Par « information », Musk fait sans doute référence à la quantité d’incertitude à laquelle elle met fin. La monnaie doit donc réduire le bruit pour allouer efficacement les ressources économiques qui sont rares (hors du jardin d’Eden).

1
2
3

Marché libre, théorie de l’information et Bitcoin

Le marché est une machine fantastique pour délivrer de l’information et ainsi coordonner les actions humaines, sans usage de la violence. Les sociétés humaines se sont toujours dotées de supports d’information extrêmement efficaces : ARN messager, ADN, …, monnaie.

Le marché révèle de l’information à travers le système de prix. Le prix est le fruit de la rencontre entre une offre et une demande. Il s’agit d’un signal qui renseigne sur le rapport entre des quantités de deux marchandises qui sont échangées. Le prix donne notamment des informations sur l’utilité ressentie par les producteurs et les consommateurs pour chaque marchandise et donc sur leur système de valeur subjectif. Le prix n’est qu’une synthèse des désirs de milliards d’individus confrontés à la rareté des ressources.

« En ce sens, on peut dire qu’en maximisant son profit, le producteur maximise son taux de production d’entropie. Ce faisant, il importe effectivement de l’information sur son environnement, ici sa clientèle. Il adapte sa production à sa clientèle. », François Roddier.

Dans ce cadre, la monnaie, entendue comme intermédiaire général des échanges, simplifie considérablement le système de prix. Plutôt que d’exprimer le prix pour chaque bien en fonction de tous les autres biens existants (le troc), il suffit de choisir une norme monétaire et de calculer le rapport entre la quantité de monnaie et la quantité d’unités du bien. La monnaie simplifie radicalement le système de comptabilité.

« L’économie suit les lois de la thermodynamique. Les flux monétaires sont des flux d’information. Ils représentent, au signe près, des flux d’entropie dans une société. », François Roddier

Hayek et l’information

Hayek a été l’un des premiers à démontrer que le socialisme ne permet de réaliser des calculs rationnels parce qu’il ne dispose pas d’un système de prix. En effet, le marché est une institution qui a le pouvoir de transmettre les informations produites localement par chaque individu vers tous les autres agents économiques. L’économiste parlait d’un ordre spontané.

Face à un prix de marché, nous faisons tous des arbitrages. Ces arbitrages témoignent de nos désirs, de nos besoins, de nos ambitions, de nos projets d’investissement, et de notre conception du temps. Ils donnent également des informations sur notre écosystème et notamment sur la rareté des facteurs de production. 

Le marché est donc une machine à synthétiser des milliards d’informations dispersées. Il s’agit d’une invention qui permet donc à la fois d’échanger des biens, mais aussi des informations. Puisqu’il est impossible de récolter de manière centralisée tous ces fragments d’informations (dont nous n’avons parfois même pas conscience), alors il est efficace de libérer les échanges.

« Dans les sociétés actuelles, la recherche scientifique permet de mémoriser dans les livres ou dans des ordinateurs une quantité croissante d’informations sur les propriétés de l’Univers qui nous entoure. L’entropie de la société diminue. Cette diminution d’entropie lui permet, grâce au progrès technique, de produire de plus en plus d’énergie libre. Celle-ci peut être délivrée sous forme d’électricité. Elle est alors soit dissipée sous forme de chaleur, soit convertie en travail mécanique et dissipée ensuite. », François Rodier

La bonne monnaie diffuse efficacement l’information

La « meilleure » monnaie est celle qui transmet le mieux cette information de prix. En facilitant le transport d’informations, la monnaie permet alors d’allouer efficacement les ressources économiques qui sont rares. La ressource la plus rare et la plus fondamentale étant le temps de travail humain.

Les entrepreneurs sont alors en mesure de réaliser des calculs économiques rationnels. Plus la monnaie transmet l’information de manière efficiente, plus la division du travail et le commerce seront étendus. Et c’est ainsi que se construit une grande civilisation. 

En plus de diffuser la structure de préférence des individus, la monnaie transfère l’incertitude aux individus prêts à assumer le risque. La monnaie est une mesure de la volatilité dans le temps. C’est un instrument crucial pour évaluer le succès et l’échec d’une entreprise entrepreneuriale. Dans un marché libre, la monnaie a tendance à se déplacer vers ceux qui prennent les bonnes décisions et favorise ainsi l’accumulation d’un stock de capital productif. La monnaie saine nous informe de nos progrès. À l’inverse, la mauvaise monnaie nous aveugle et nous conduit au désastre.

Progrès, information, Bitcoin

Le progrès social, technologique et civilisationnel repose donc sur une transmission efficace de l’information. C’est pourquoi la monnaie est un outil extrêmement important. Si l’homme est parvenu à dominer les autres espèces, c’est grâce à sa capacité de coopération. D’un point de vue thermodynamique, la coopération permet d’optimiser la dissipation d’énergie. Or pour coopérer, il faut nécessairement échanger des informations. Et plus nous coopérons, plus nous devons stocker de l’information. 

La monnaie en tant que véhicule informationnel est donc le système nerveux de l’économie. C’est aussi pourquoi si l’État est capable de contrôler l’offre monétaire, il brouille l’information et ralentit le progrès économique. 

« Une augmentation d’entropie peut être considérée comme une perte d’information. Cela donnait un nouveau sens au mot entropie. Lorsque le mouvement des molécules est parfaitement ordonné, l’état microscopique du système est complètement déterminé. La vitesse de chaque molécule est connue : c’est celle du fluide. Lorsque le mouvement devient désordonné, les vitesses des molécules prennent des valeurs différentes. On ne les connaît plus. L’état microscopique du système devient indéterminé. Clairement notre information sur le système a diminué. Inversement lorsque, grâce à un apport d’énergie extérieure, le mouvement des molécules devient ordonné, alors de l’information apparaît. L’entropie du système diminue. Avec Shannon, l’entropie d’un système devenait une mesure de notre méconnaissance de son état microscopique. Cela entraîne un certain nombre de conséquences qui ne sont pas toujours pleinement appréciées. », François Roddier

Entropie et Bitcoin

La thermodynamique nous enseigne que l’Univers a tendance à maximiser la production d’entropie. Dans cette course à la mort thermique, notre « fonction » en tant que société humaine est d’accélérer cette production de désordre. C’est ainsi que l’humanité tend à augmenter l’entropie de la planète grâce au travail mécanique. La vie s’auto-organise pour engendrer des structures de plus en plus complexes, capables d’absorber de plus en plus d’informations de sorte à dissiper davantage d’énergie.

Il est par ailleurs possible d’appliquer les enseignements de la thermodynamique pour comprendre des phénomènes sociaux et économiques. Ce que fait Elon Musk.

L’inflation c’est-à-dire l’augmentation de l’offre monétaire est une forme d’entropie monétaire. Elle oblige les épargnants à fournir toujours plus de travail pour espérer maintenir leur pouvoir d’achat dilué par les décisions arbitraires des banques centrales. Le système inflationniste a donc tendance à nécessiter une croissance exponentielle dans un monde aux ressources finies. Les agents économiques ont une incitation à financer la croissance d’aujourd’hui en ponctionnant du capital futur à travers le mécanisme de la dette. 

Leigh van Valen a appelé ce mécanisme l’effet de la reine rouge : « Ici, il faut courir le plus vite possible pour rester sur place. »

Entropie et Etat

« Une certaine quantité d’énergie reste toujours la même. On dit qu’elle se conserve. Elle tend cependant à se dissiper, c’est-à-dire à se transformer en chaleur. La chaleur diffère des autres formes d’énergie en ce qu’elle ne peut pas être intégralement convertie en une autre forme. Dans un système dit fermé, c’est-à-dire isolé du reste du monde, l’énergie se transforme irréversiblement en chaleur. Les différences s’estompent, les mouvements cessent. Le système atteint peu à peu un état dit d’équilibre thermodynamique. », François Rodier

Plus généralement, toutes les interventions gouvernementales dans l’économie allant du contrôle du taux de change au contrôle des taux d’intérêt contribuent à une augmentation de l’entropie des économies fiat. Tout ce qui empêche la destruction créatrice inhérente au système capitaliste et entrave la libre formation des prix, réduit la capacité d’apprentissage de notre système économique et favorise le désordre.

En effet, l’économie de marché n’est qu’un chaos, une « jungle » apparente. En réalité, il s’agit d’un système harmonieusement auto-régulateur, là où les interventions gouvernementales sont contre-productives, inutiles, voire délétères. Ces interventions brouillent l’information, créent des distorsions, réduisent l’efficacité des mécanismes d’allocation des ressources et sont un frein à la productivité. 

Le problème est que ce formidable système de prix est vicié par le contrôle monopolistique de la production monétaire par l’État. La politique du cours légal limite la concurrence et donc la production de signaux qui permettent aux agents d’adapter leurs décisions à celles des autres.

Bitcoin, à l’inverse, en tant que norme monétaire caractérisée par une entropie monétaire nulle peut accélérer considérablement le progrès technologique.  

Abolir l’inflation pour diffuser une meilleure information

Les systèmes inflationnistes ne rendent pas compte de la valeur créée par la productivité de la société. Depuis des décennies, nous considérons l’inflation comme un phénomène « normal », voire sain. C’est pourquoi ils cherchent à maintenir l’inflation aux environs des 2 %. Pourquoi ? Personne ne sait.

Pourtant, il ne s’agit certainement pas d’un état naturel, car le progrès technique devrait conduire à une déflation naturelle. Nous gagnons tous les jours en productivité, ce qui permet de réduire le coût de production des biens et finalement leur prix. Les prix devraient naturellement avoir tendance à baisser. Encore faut-il que la quantité de monnaie en circulation soit fixe…

Bitcoin a la capacité de transmettre davantage d’informations grâce à sa propriété de monnaie « dure », 21 millions d’unités et pas une de plus. Il s’agit d’un instrument constant pour mesurer simplement la valeur de tous les biens et services produits sur la planète. Lorsque le dénominateur est fixe à travers le temps, nos calculs sont plus rationnels.

Notre société humaine a besoin de fondations stables (une monnaie dure) mais aussi d’une dose de volatilité et de stress pour devenir antifragile. Cette seconde caractéristique est assurée par des marchés libérés du contrôle étatique. 

« L’antifragile aime le hasard et l’incertitude, ce qui signifie aussi, foncièrement, qu’il aime les erreurs, une certaine catégorie d’erreurs. L’antifragilité a la rare vertu de nous permettre d’affronter l’inconnu, de faire des choses sans les comprendre, et de bien les faire… Nous remarquons sans peine autour de nous que certaines choses apprécient une dose de stress et de volatilité : les systèmes économiques, notre corps, notre alimentation » Nassim Nicholas Taleb, « Antifragile »

Bitcoin pour dissiper plus d’énergie

Nous basculerions alors dans une économie déflationnistenous saisisserions efficacement la création de valeur. L’entropie informationnelle diminuerait, nous aurions moins d’erreurs d’allocations et les conséquences du progrès technique seraient bien plus visibles au niveau du système de prix. Nous disposerions alors d’une meilleure boussole pour allouer les ressources économiques.

Une explosion informationnelle pour optimiser notre dissipation d’énergie dans l’Univers !

Nous vivons à une époque formidable. Notre capacité à absorber toujours plus d’informations sur notre environnement nous a permis de réduire notre entropie interne et d’embrasser des courbes de croissance exponentielles. À l’ère de la loi de Moore, la production d’informations a un coût historiquement faible.

La monnaie fiduciaire, manipulée par des organes centralisés qui sont incapables de synthétiser toute l’information de notre écosystème, limite le potentiel de progrès de l’espèce humaine. Le fiat nous prive d’une telle abondance.

Bitcoin accélérera l’évolution de la civilisation humaine. En nous permettant d’accumuler davantage d’informations sur notre environnement, nous dissiperons plus vite l’énergie. Bitcoin est la machine monétaire idéale pour construire de l’information. Nous modifierons alors plus vite notre environnement, ce qui nécessitera une réadaptation plus rapide de nos systèmes. On parle de rétroaction positive. Bref, l’évolution s’accélérera et tout ira plus vite avec bitcoin.

« Un organisme vivant mémorise de l’information, créant une diminution d’entropie. Cette diminution d’entropie lui permet de produire de l’énergie libre qu’il convertit en travail mécanique. La dissipation de ce travail mécanique produit de l’entropie qui est évacuée sous forme de chaleur. », François Roddier

Les banques centrales sont des entraves à la dissipation de l’énergie. La monnaie fiat, compte tenu de sa propension à dégénérer en orgie inflationniste, réduit le niveau d’information et génère une augmentation nette de l’entropie conduisant alors à la destruction totale du système économique. Bitcoin, à l’inverse, favorise la circulation de l’information grâce à son consensus décentralisé et à sa rareté absolue. Il renforce l’efficience des marchés en rétablissement un mécanisme sain de formation des prix et permet d’allouer efficacement le temps de travail humain.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Satosh avatar
Satosh

Chaque jour, j’essaie d’enrichir mes connaissances sur cette révolution qui permettra à l’humanité d’avancer dans sa conquête de liberté.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !