A
A

Pourquoi Core Scientific est au bord de la faillite ?

mar 08 Nov 2022 ▪ 7h00 ▪ 5 min de lecture - par Nicolas Teterel

Core Scientific fera bientôt faillite si le bitcoin ne reprend pas rapidement de l’altitude. Ou bien sera-t-il racheté par un concurrent comme Marathon ?

core scientific

Un bitcoin bear market plus long qu’anticipé

Core Scientific est le plus gros mineur de bitcoins au monde. Ses installations s’étendent sur 74 000 mètres carrés partagés entre six États américains :

  • Texas (400 Mégawatts)
  • Oklahoma (500 MW)
  • Géorgie (200 MW)
  • Caroline du Nord (100 MW)
  • Kentucky (150 MW)
  • Dakota du Nord (100 MW).

Le mastodonte avait fière allure en 2021, lorsqu’une seule machine de mining S19 Pro permettait d’engranger 44 dollars par jour. Mais le bear market est passé par là, transformant le fleuron en colosse aux pieds d’argile.

Core Scientific a pêché par optimisme en s’endettant trop !

La dette de Core représentait près de 60 % de sa valeur boursière juste avant le bear market. Un chiffre en apparence raisonnable quand on compare avec d’autres industries. Sauf que les revenus dans le mining de bitcoin sont beaucoup plus volatils !

La crise énergétique, l’arrivée de nouvelles machines toujours plus efficientes et la baisse de 70 % du bitcoin ont plombé les marges de Core Scientific, désormais tout proche du défaut.

« La marge du mining de bitcoins s’est évaporée au cours de l’année passée.
En octobre 2021, la marge brute d’un Antminer S19 Pro était de 88 %. Elle n’est plus que de 38 %.
» (avec un prix de 6 centimes $ le kwatt)

Une chose en entraînant une autre, sa valorisation boursière de Core Scientific s’est effondrée. Si bien qu’au lieu de 60 %, la dette représentait 290 % de la valeur boursière un an plus tard. Or, un tel ratio de dette rend tout à fait impossible de nouveaux emprunts pour tenter de tenir le coup.

En somme, le géant du mining doit rembourser 17 millions de dollars par mois alors qu’il n’en génère que 7 millions. Soit grosso modo la marge glanée sur ses 1260 BTC minés chaque mois.

Alors que le mineur détenait près de 10 000 BTC valant chacun plus de 45 000 dollars juste avant le bear market (avril 2022), il ne lui en reste aujourd’hui plus qu’une poignée.

D’après Jaran Mellerud, « Core Scientific risque la faillite dès le mois de février 2023 ».

Une dette de 836 millions de dollars

La dette de Core Scientific se compose notamment de 524 millions de dollars de convertible notes. Il s’agit de dettes que la société peut rembourser sous forme d’actions si nécessaire.

Le faire reviendrait à diluer massivement les anciens actionnaires. D’où la baisse éclaire de 80 % de l’action depuis que nous savons que la firme n’arrive plus à joindre les deux bouts.

Sur les 836 millions de dollars, 75 autres millions sont sous forme de bridge note. C’est-à-dire de la dette de très court terme.

Reste 225 millions de dollars censés être couverts par le parc de machines de mining. Problème, le prix des machines de mining les plus efficientes est en baisse de 80 %…

Pour Jaran Mellerud, le parc de machines de Core Scientific vaut environ 255 millions de dollars. La valeur des infrastructures restantes (terrains, bâtiments, etc) étant par ailleurs estimée à 320 millions de dollars, il manque donc 261 millions de dollars à l’appel.

Si le bitcoin ne reprend pas rapidement de l’altitude, Core sera obligé de transformer sa dette en actions. C’est ce que suggère sa valorisation boursière en baisse de 99 %…

Autre solution : la faillite. Les actionnaires perdront tout et les détenteurs de dettes devront se débrouiller pour vendre à la découpe.

Un rachat par un concurrent est également possible. Tous les regards se tournent vers le numéro 2, Marathon Digital Holdings, qui détient toujours plus de 11 280 BTC.

« Les dix plus grands mineurs publics de bitcoins représentent 17,7 % du hashrate global, Core Scientific est le plus important avec 4,9 %. »
Au cours de l’année écoulée, le hashrate contrôlé par des mineurs publics a augmenté de 295 %, contre une croissance de 58 % pour le hashrate privé. Les mineurs privés sont toujours en tête, mais les mineurs publics les rattrapent.

Marathon mine actuellement 615 BTC par mois grâce à sa puissance de 7 EH/s installée (69 000 machines). Vu que son objectif est de tripler cette puissance d’ici à la fin de l’année prochaine, racheter Core Scientific pourrait avoir du sens.

D’autant plus que le fournisseur chinois Bitmain pourrait avoir du mal à livrer des antminers dernier cri (S19 XP). En effet, la Chine vient d’être placée sous embargo pour les puces électroniques de dernière génération…

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Nicolas Teterel avatar
Nicolas Teterel

Journaliste rapportant sur la révolution Bitcoin. Mes papiers traitent du bitcoin à travers les prismes géopolitiques, économiques et libertaires.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !