A
A

Les investisseurs crypto n’ont perdu que 1,7 milliard $ en 2023

ven 26 Jan 2024 ▪ 4 min de lecture ▪ par Eddy S.
Scam

Selon le rapport annuel sur la cybercriminalité de Chainalysis, les fonds crypto dérobés par des hackers en 2023 s’élèvent à 1,7 milliard $, en baisse de 54% par rapport au record de 3,7 milliards de 2022. Cette diminution est attribuée principalement à la chute des piratages visant les plateformes DeFi, qui sont passés de plus de 3 milliards à 1,1 milliard.

attaque crypto

Des piratages crypto moins juteux mais plus fréquents

Selon Chainalysis, la baisse des montants volés s’explique principalement par le recul des attaques ciblant les protocoles décentralisés. Les hackers crypto y avaient dérobé pour plus de 3,1 milliards de dollars en 2022, contre « seulement » 1,1 milliard en 2023, soit une chute de près de 64%. 

Cette relative accalmie récompense les efforts considérables consentis par les développeurs pour combler les brèches de sécurité et durcir les smart contracts, après une hémorragie massive en 2021 et 2022. Pour autant, le milliard de dollars siphonné l’an dernier rappelle cruellement que les plateformes DeFi demeurent hautement vulnérables aux assauts des cybercriminels.

Et si le montant total des crypto volés a diminué, le nombre de piratages réussis, lui, a poursuivi sa progression. Chainalysis en a recensé 231 en 2023, contre 219 en 2022. Autrement dit, même si chaque attaque a été moins fructueuse, leur fréquence continue d’augmenter, révélant l’acharnement des hackers à dénicher la moindre faille à exploiter.

La Corée du Nord, une menace persistante 

Parmi les groupes de pirates informatiques les plus actifs et redoutés du moment figurent les organisations cybercriminelles liées à la Corée du Nord, comme Lazarus Group et Kimusky. Selon Chainalysis, elles sont responsables d’au moins 20 piratages crypto réussis en 2023, soit plus que tout autre pays. 

Leurs prises de guerre sont estimées à un peu plus d’un milliard de dollars sur l’année, certes en baisse par rapport aux 1,7 milliard dérobés en 2022, mais démontrant que la Corée du Nord demeure un acteur majeur de la cybercriminalité internationale. Le régime nord-coréen est soupçonné de financer illégalement son programme nucléaire grâce aux crypto piratées.

Malgré la relative baisse de certains gains, la motivation et les capacités redoutables des hackers crypto au service de la dictature restent intactes, guettant la moindre faille dans les smart contracts pour frapper.

Bien que ralentie, l’hémorragie des fonds crypto due aux piratages se poursuit. La Corée du Nord demeure un acteur majeur de la cybercriminalité. Et les plateformes DeFi, poumon de l’innovation blockchain, doivent impérativement renforcer leur sécurité pour résister aux assauts incessants des hackers.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Eddy S. avatar
Eddy S.

Le monde évolue et l'adaptation est la meilleure arme pour survivre dans cet univers ondoyant. Community manager crypto à la base, je m'intéresse à tout ce qui touche de près ou de loin à la blockchain et ses dérivés. Dans l'optique de partager mon expérience et de faire connaître un domaine qui me passionne, rien de mieux que de rédiger des articles informatifs et décontractés à la fois.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.