la crypto pour tous
A
A

Si le Japon fait faillite, le monde tremblera

lun 06 Mai 2024 ▪ 14 min de lecture ▪ par Satosh
Investissement

La 3eme puissance mondiale en termes de PIB est au bord de la faillite avec une dette colossale (274%) et une monnaie en chute libre. Si la tendance se confirme, les problèmes seront terribles pour le monde entier...

Japon au bord de la faillite

Le yen en chute libre

La monnaie japonaise n’est pas encore en chute libre, mais elle pourrait bien s’en approcher. Le yen s’affaiblit depuis 2021, mais la chute s’est accélérée le mois dernier.

Les Japonais sont naturellement très contrariés par cette situation, et ce à juste titre. Le Japon est l’un des pays du monde les plus dépendants des importations, puisqu’il importe plus de 90 % de son énergie et plus de 60 % de ses denrées alimentaires. L’affaiblissement du yen fait que les Japonais se sentent soudain plus pauvres, car leurs factures d’électricité augmentent.

Quelques rappels d’économie

Rappelons qu’un taux de change « faible » n’est pas toujours une mauvaise chose. Une monnaie moins chère rend les exportations d’un pays plus abordables, ce qui signifie qu’il peut vendre davantage à l’étranger.

En fait, la « force » permanente du dollar américain, qui découle de son statut de première monnaie de réserve mondiale, est l’une des principales raisons pour lesquelles l’industrie manufacturière et les exportations américaines ont souffert au fil des ans. C’est pourquoi, il y a 20 ans, le Japon intervenait pour maintenir le yen à un bas niveau.

En fait, le Japon peut espérer profiter de la faiblesse du yen pour rétablir sa position dans les chaînes d’approvisionnement mondiales de l’électronique et de l’automobile.

Mais il y a une limite à l’aide qu’une monnaie faible peut apporter à un pays. Si le yen s’affaiblit à tel point que le pays ne peut plus payer sa nourriture et son carburant, il tombera rapidement dans une grande pauvreté, malgré des exportations bon marché.

C’est ce qui arrive aux marchés émergents qui subissent des crises monétaires.

Et le Japon n’est pas un marché émergent : c’est l’une des plus grandes économies du monde. Un effondrement de l’économie japonaise n’appauvrirait pas seulement le peuple japonais ; il ébranlerait l’un des piliers de l’économie mondiale, provoquant des répercussions négatives sur le système financier occidental et des maux de tête importants pour les entreprises occidentales.

La faiblesse soudaine du Japon modifierait également l’équilibre géopolitique des pouvoirs en Asie, ce qui pourrait nous rapprocher d’une guerre majeure.

Pourquoi le yen devient-il si faible ?

La première question à se poser est de savoir pourquoi le yen devient si faible. Pour nous aider à comprendre pourquoi, faisons un petit rappel sur le fonctionnement des taux de change.

Lorsqu’un pays fait flotter sa monnaie, comme le fait le Japon, la valeur de la monnaie sur le marché des changes est déterminée par l’offre et la demande. Dans le cas du Japon, l’offre de yens ne change pas beaucoup, nous assistons donc à une baisse de la demande.

Pourquoi les gens voudraient-ils des yens ? Il y a deux choses que l’on peut acheter avec des yens : les produits japonais et les actifs japonais (principalement des obligations).

Par conséquent, lorsque la demande de yens diminue soudainement, c’est soit parce que les gens veulent acheter moins de produits japonais, soit moins d’obligations japonaises.

Il n’y a pas eu d’effondrement apparent de la demande de biens et de services japonais ; nous assistons donc à une baisse de la demande d’obligations japonaises. En d’autres termes, les gens vendent des obligations japonaises et sortent leur argent du pays.

Pourquoi font-ils cela ? Il y a une raison évidente : Ils peuvent obtenir un meilleur taux de rendement ailleurs.

Actuellement, les taux d’intérêt japonais (c’est-à-dire le taux des obligations d’État à court terme) sont très, très inférieurs à ceux des autres pays riches.

Le pays des taux zéro

Le taux d’intérêt nominal du Japon est proche de zéro depuis le milieu des années 1990, alors que d’autres pays ont souvent eu des taux nominaux plus élevés. Mais comme le Japon a connu la déflation alors que d’autres pays ont eu une inflation positive, les taux d’intérêt réels ont été assez similaires.

Les choses ont changé récemment. Le Japon a connu une poussée d’inflation à partir de 2021, à l’instar d’autres pays (bien que celle-ci ait été moins importante au Japon). Mais alors que d’autres pays ont réagi par des hausses de taux agressives, le Japon a maintenu ses taux à un niveau extrêmement bas, ne procédant qu’àune seule petite hausse de taux très récemment.

Cela s’explique peut-être par le fait que la déflation a été préjudiciable à l’économie japonaise au cours des dernières décennies et que la Banque du Japon n’a donc pas considéré une inflation de 3 % comme une perspective effrayante.

Ainsi, les taux d’intérêt réels des autres pays sont restés inchangés ou ont augmenté, tandis que ceux du Japon ont baissé, de sorte que le taux réel du Japon est aujourd’hui inférieur à celui des autres pays riches.

La Banque du Japon augmentera-t-elle les taux ?

La prochaine question clé est la suivante : pourquoi la Banque du Japon n’augmente-t-elle pas tout simplement les taux d’intérêt et n’empêche-t-elle pas la monnaie de se déprécier davantage en attirant les investisseurs au Japon ?

Si ce sont les taux réels qui comptent, la Banque du Japon n’aurait pas besoin d’augmenter beaucoup les taux d’intérêt pour aligner le Japon sur les autres pays – peut-être seulement 2 % environ.

La raison évidente de cette réticence – et peut-être la seule explication dont nous ayons besoin – est que la BOJ craint toujours davantage une récession qu’une crise monétaire.

Une hausse des taux d’intérêt nuirait probablement à l’économie japonaise. Le pays a connu une inflation quasi nulle pendant des décennies, malgré des taux d’intérêt nuls, ce qui indique une pénurie chronique et structurelle de la demande globale – une « stagnation séculaire », comme l’appelleraient les macroéconomistes.

En fin de compte, c’est cette stagnation séculaire – dont les causes ne sont pas claires, mais qui sont probablement liées à la diminution de la population et à la lenteur de la croissance de la productivité – qui est à l’origine de tous les arbitrages difficiles de la politique macroéconomique du Japon.

Dans ce type d’environnement, une hausse des taux, même légèrement supérieure à zéro, peut réellement pénaliser l’économie. De plus, un ralentissement de l’économie réduirait encore plus la demande d’actifs japonais, ce qui rendrait le problème de la monnaie d’autant plus difficile à résoudre.

Il est donc compréhensible que la Banque du Japon soit un peu effrayée à l’idée de prendre ce risque en raison de la faiblesse du yen. Il faudra peut-être que la monnaie devienne beaucoup moins chère pour obliger la Banque du Japon à sortir de la logique de taux bas dans laquelle elle se trouve depuis la fin des années 90.

La vraie raison derrière cette crise

Mais certaines personnes ont évoqué une autre raison possible pour laquelle la Banque du Japon n’augmente pas ses taux, et cette raison serait beaucoup plus effrayante.

Le Japon a une dette publique très importante. Officiellement, elle représente plus de 261 % du PIB japonais, ce qui est de loin le taux le plus élevé au monde. En réalité, les chiffres sont moins terribles : près de la moitié de cette dette est détenue par la Banque du Japon.

Cette dette n’a pas tant d’importance, car lorsque le gouvernement paie des intérêts à la Banque du Japon, cette dernière lui rend l’argent. Il n’en reste pas moins que le gouvernement japonais paie des intérêts sur une dette représentant plus de 130 % du PIB, ce qui est exceptionnellement élevé.

Ce qui compte vraiment, c’est le montant de la dette par rapport à la capacité du Japon à taxer son économie. Lorsque les taux d’intérêt augmentent, le gouvernement doit payer des frais d’intérêt plus élevés. Lorsque la dette dépasse 130 % du PIB, cela représente une lourde charge budgétaire. Si le Japon ne peut pas augmenter les impôts pour payer ces coûts, il devra emprunter encore plus pour continuer à payer les intérêts – et si c’est le cas, les choses peuvent très vite se gâter.

Pourquoi le Japon ne pourrait-il pas simplement augmenter les impôts pour payer les coûts d’intérêt plus élevés ? Des impôts plus élevés, tout comme des taux d’intérêt plus élevés, nuisent à la demande globale et ont un impact sur l’économie réelle.

Vers une politique d’austérité ?

L’autre solution, bien sûr, serait que le Japon réduise les dépenses publiques. En fait, de nombreux postes budgétaires, comme le soutien aux entreprises en difficulté, pourraient être réduits.

À l’instar des hausses d’impôts, cette mesure nuirait à la demande globale et ralentirait l’économie, même si elle n’aurait probablement pas les mêmes effets négatifs sur l’offre.

Mais si vous regardez le budget du Japon, vous verrez qu’il ne suffira pas de réduire les programmes de relance ; le pays devra probablement aussi réduire les prestations pour les personnes âgées. Et cela est extrêmement toxique d’un point de vue politique.

Le Japon peut donc se trouver dans une situation politique où la BOJ craint des hausses de taux parce que la dette nationale est trop importante.

C’est ce qu’on appelle la « dominance fiscale », car cela signifie que les considérations fiscales dominent la réflexion de la banque centrale sur la politique monétaire. Il est à noter que la dominance fiscale représente un inconvénient réel de la dette publique que de nombreux socialistes ont tendance à ignorer.

Le Japon bientôt en faillite ?

Si le Japon se trouve réellement dans une situation de domination fiscale, il a de très gros problèmes. Tant que les taux d’intérêt resteront élevés dans le monde et bas au Japon, le yen continuera à s’affaiblir jusqu’à ce que le coût des importations de nourriture et de carburant atteigne des niveaux de crise.

Que peut encore faire le Japon face à la faiblesse du yen ? À court terme, le Japon peut intervenir pour soutenir la monnaie. La Banque du Japon dispose de plus de mille milliards de dollars de réserves de change qu’elle peut vendre pour acheter du yen et soutenir sa valeur.

Cela fonctionnera pendant un certain temps, mais si les facteurs fondamentaux de la dépréciation de la monnaie ne sont pas pris en compte, cela ne fera que retarder le jour du bilan.

Cela soulève la question de savoir ce que le Japon pourrait faire d’autre pour stabiliser sa monnaie. Malheureusement, si les réserves de change commencent à s’amenuiser et que les hausses de taux sont hors de question, il ne reste plus qu’une seule option : le contrôle des capitaux.

Vers un contrôle des capitaux à la chinoise ?

Le contrôle des capitaux signifie que le Japon interdirait aux gens de sortir leur argent du pays, au-delà d’un certain seuil.

Les pays ont souvent recours au contrôle des capitaux pour tenter d’enrayer les crises monétaires : la Chine y a eu recours en 2015 lorsque son marché boursier s’est effondré et que l’argent a fui le pays, et la Russie y a eu recours après 2014 lorsque les sanctions ont commencé à faire sentir leurs effets.

Le Japon n’a pas eu de contrôle des capitaux depuis les années 1970, et ce serait une mesure assez importante que de le réimposer. Mais si les hausses de taux ne sont pas à l’ordre du jour, il pourrait s’agir de la seule politique viable pour éviter un arrêt des importations de denrées alimentaires et de carburant.

Le plus gros problème est que les contrôles de capitaux sont très difficiles à mettre en pratique, surtout s’il n’existe pas de régime de contrôle préexistant (comme c’était le cas en Chine).

Les gens ont tendance à trouver des moyens de sortir de l’argent d’un pays lorsqu’ils le veulent vraiment. Il faut aux gouvernements beaucoup de temps et d’efforts pour boucher toutes les brèches.

Mais le Japon pourrait bientôt être confronté à ce choix désagréable. Si l’argent ne cesse pas bientôt de sortir du pays, ses dirigeants devront décider s’ils provoquent une récession par des hausses de taux et des mesures d’austérité, ou s’ils prennent la décision radicale d’interdire temporairement aux gens de vendre leurs yens. Les Japonais pourraient-ils alors se réfugier sur bitcoin pour protéger leurs capitaux ?

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


Cliquez ici pour rejoindre 'Read to Earn' et transformez votre passion pour la crypto en récompenses !
A
A
Satosh avatar
Satosh

Chaque jour, j’essaie d’enrichir mes connaissances sur cette révolution qui permettra à l’humanité d’avancer dans sa conquête de liberté.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.