A
A

Bitcoin (BTC) : La banque du Japon annonce des achats de dettes illimités

jeu 31 Mar 2022 ▪ 13h00 ▪ 5 min de lecture - par Nicolas Teterel

Alors que la Fed et la BCE font mine d’imprimer moins d’argent, la banque centrale du Japon a pris le relais en annonçant des achats de dettes illimités, pour le plus grand bonheur du bitcoin.

Bigcoin in Japan

La Banque du Japon achète depuis deux jours des quantités illimitées d’obligations d’État à 10 ans afin de maintenir les taux d’emprunt à 0 %, là où ils sont restés depuis la crise des subprimes de 2008.

« Nous nous réservons le droit de changer le calendrier et les montants des achats de dette si nécessaire », a déclaré la BoJ pour bien signaler qu’elle se tient prête à contrer toute tentative de spéculation. Ces achats massifs sont intervenus pour empêcher le taux à 10 ans de franchir la barre des 0,25 %.

« Le message de la BOJ est qu’elle ne laissera pas les taux s’installer au-dessus de ce niveau », a déclaré Kyohei Morita, économiste en chef pour le Japon chez le Crédit Agricole.

Néanmoins, Takahiro Sekido, stratège en chef pour le Japon à la MUFG Bank et ancien fonctionnaire de la BOJ n’est pas certain que la BoJ pourra se le permettre. « Nous commençons probablement à voir la limite du contrôle de la courbe des taux », nous rapporte Bloomberg. Pour M. Sekido, ces gigotements « suggèrent qu’il n’est plus possible de maintenir les taux au plancher ».

En effet, étant donné la hausse des prix de l’énergie et des matières premières, l’inflation va bien finir par frapper le pays du soleil levant qui affiche de manière assez extraordinaire une inflation (officielle…) très faible depuis trente ans :

Japan : very low inflation
« Le Japon n’a pas enregistré de forte inflation depuis 30 ans »

Et cela en dépit d’une large dette (266 % du PIB !) frénétiquement rachetée par la banque centrale qui représente 134 % du PIB. À comparer avec la BCE (82 %) ou la FED (37 %).

Le mystère derrière cette faible inflation est probablement en grande partie le vieillissement (et la baisse) de la population japonaise qui diminue forcément la demande.

Cela étant dit, le Japon importe beaucoup. Son déficit commercial du mois de janvier fut le pire depuis 2014. La conséquence directe est que le taux de change du Yen baisse. Le yen est au plus bas depuis 2015 et tout proche d’un plus bas de 2002. Vingt ans…

Cette baisse du yen signifie que les importations vont coûter plus cher et que l’inflation va finir par se faire sentir. La BoJ se retrouve donc devant le même dilemme que les autres banques centrales :

  • – Continuer d’imprimer pour maintenir les taux au plancher et ainsi éviter une fuite en avant de la dette. Dans ce scénario, l’inflation va augmenter, ce qui incitera les Japonais à acheter du bitcoin (BTC).

Ou bien

  • – Laisser les taux monter, ce qui risque de provoquer une récession (chômage).

Pour le moment, la BoJ préfère maintenir les taux bas via des rachats de dette. Ces rachats viennent noyer les banques sous les liquidités, permettant en retour de gonfler la dette et donc d’augmenter la masse monétaire, le tout dans une folle fuite en avant inflationniste.

Dit autrement, nous arrivons au bout du système fiat. De plus en plus de pays exportateurs vont demander à se faire payer dans des monnaies dont la valeur ne fond pas comme neige au soleil. C’est ce que la Russie est en train de faire en demandant des paiements en or, voire en bitcoin.

À ce titre, il est intéressant de voir que le Japon a refusé de geler les réserves de change russes, histoire de pouvoir utiliser le yen encore un peu. Il est également intéressant de noter que l’Arabie saoudite est en pourparlers avec la Chine pour vendre son pétrole en yuan, librement convertible en or.

L’époque est charnière. Nous sommes en train de franchir le pic pétrolier qui place les pays producteurs en position de force. L’époque des monnaies de singe est révolue. Nous sommes à l’aube d’un nouveau système monétaire international basé sur la vraie monnaie, comme le bitcoin…

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Nicolas Teterel avatar
Nicolas Teterel

Journaliste rapportant sur la révolution Bitcoin. Mes papiers traitent du bitcoin à travers les prismes géopolitiques, économiques et libertaires.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !