A
A

Varoufakis livre l’interview la plus originale de l’année : bitcoin (BTC), NFT, CBDC

lun 06 Juin 2022 ▪ 13h30 ▪ 14 min de lecture - par Yanis A

Yanis Varoufakis est un penseur original. Homme politique grec, économiste spécialisé dans la théorie des jeux et grand intellectuel, celui qui a traversé la crise grecque de 2010 a récemment livré sa vision alternative de la crypto en abordant le bitcoin (BTC), les NFT, les métaverses ou encore les CBDC, qu’il considère comme la vraie révolution. Interview.

Yanis Varoufakis in Brussels, Belgium.

Le « métaverse » existe depuis 10 ans

Il y a dix ans, le métaverse était déjà opérationnel dans l’univers du gaming. Certains actifs numériques qui avaient auparavant été distribués gratuitement ont commencé à se négocier pour des dizaines de milliers de dollars sur eBay.

Qu’est-ce que j’ai appris à l’époque ? Le troc ne remplace pas l’argent. Nous avons établi que divers biens/articles se disputent la domination en tant que numéraires, sans jamais dominer. L’altruisme est toujours présent à travers des dons anonymes.

À l’époque, les joueurs étaient attirés par le jeu, mais, une fois « à l’intérieur », ils restaient pour y vivre une grande partie de leur vie, se faire des amis, produire des biens à vendre, se divertir, débattre, etc. L’ambition de Zuckerberg est d’insérer ses milliards d’utilisateurs de Facebook dans une économie sociale numérique de type Steam, avec une monnaie de plateforme qu’il contrôle. Comment puis-je résister au parallélisme avec un fief numérique dans lequel Zuckerberg rêve d’être le seigneur de la techno ?

Les ancêtres des NFT

Les joueurs ont commencé à faire du troc dans le jeu (par ex. Je vous donnerai deux pistolets laser pour votre chapeau). Ensuite, lorsque la demande pour un chapeau a augmenté suffisamment, les joueurs sortaient du jeu, se rencontraient sur eBay, échangeaient le chapeau pour (parfois) des milliers de dollars, avant, finalement, de retourner au jeu où le vendeur remettait le chapeau à l’acheteur.

Notez les niveaux incroyables de confiance entre les étrangers que cette transaction impliquait : le vendeur aurait pu s’en aller à la fois avec l’argent et le chapeau. Valve a décidé de réduire le besoin de tant de confiance, de couper eBay et de faire du profit en créant un marché en jeu pour les objets numériques détenus et supervisés par Valve.

Les NFT diffèrent à deux égards : la blockchain supprime l’entreprise de l’équation et permet à l’actif numérique d’émigrer du jeu vers n’importe quel autre domaine numérique.

NFT et capitalisme

Est-ce que je pense que les NFT ont un potentiel subversif ?

Dans un environnement numérique, les NFT sont comme tous les autres produits. Ils reflètent le triomphe de la valeur d’échange. En ce sens, les NFT n’offrent rien de nouveau dans les mondes numériques, si ce n’est peut-être qu’ils poussent l’idéologie du capitalisme à l’extrême.

L’idée que les gens doivent maintenant jouer comme des robots pour gagner leur vie pour être un humain sur leur temps libre est l’apothéose de la misanthropie.

Play-to-earn, rien de nouveau ?

Lorsque j’ai travaillé avec Valve, il y a dix ans, il y avait des milliers de jeunes en Chine, au Kazakhstan et ailleurs qui échangeaient de la monnaie en fournissant des services aux membres des communautés de jeux de Valve. Les joueurs doués ont gagné de l’argent payé par d’autres joueurs désireux de débloquer certains skins. Il n’y a donc rien de nouveau à l’idée d’une économie parallèle qui permette aux gens des pays ou des régions les plus pauvres de gagner de l’argent au fur et à mesure qu’ils jouent.

Le métaverse va-t-il sauver les pays pauvres ?

Était-ce une bonne ou une mauvaise chose ?

Bien sûr, c’était bon pour un jeune de Shenzhen qui a réussi à gagner 60 000 $ par an en concevant des chapeaux numériques sur son PC, au lieu de détruire son corps dans un atelier de misère. La question, cependant, est la suivante : tous les travailleurs de Shenzhen pourraient-ils être secourus des ateliers clandestins en migrant vers un métaverse ?

La réponse est : pas avant que nous ayons des robots qui travaillent pour nous tous afin que nous puissions reproduire les conditions matérielles de nos vies. 

Bitcoin, rien de révolutionnaire ?

Lorsque les maximalistes du bitcoin célèbrent l’incapacité d’imprimer de l’argent, ils sont terriblement peu originaux.

Le capitalisme a failli mourir en 1929, et des dizaines de millions de personnes sont mortes dans la guerre qui a suivi, à cause de cette erreur toxique qui a soutenu le Gold Standard de l’époque et le bitcoin maintenant. 

Quelle erreur ? Le sophisme de la composition, comme l’appelait John Maynard Keynes. Il s’agit de dire que si quelque chose est bon pour moi, cela doit donc aussi être bon pour l’État, le gouvernement, l’humanité dans son ensemble.

Par exemple, l’épargne est une bonne chose pour moi, personnellement. Si je ne peux pas joindre les deux bouts, je dois me serrer la ceinture ; sinon, je m’endetterai de plus en plus. Cependant, c’est exactement le contraire qui est valable pour une macroéconomie : si, au milieu d’une récession, le gouvernement tente de se serrer la ceinture comme moyen d’éliminer son déficit budgétaire, alors les dépenses publiques diminueront et entraîneront les dépenses privées dans leur chute. Et puisque la somme des dépenses privées et publiques est égale au revenu global, le gouvernement va amplifier la récession et son propre déficit.

Bitcoin : La problématique limite des 21 millions ?

Si vous avez de l’or, il est bon pour vous si son offre est fixe. Même chose avec bitcoin. Mais il y a un prix pour cela : une masse monétaire fixe se traduit par une dynamique déflationniste qui, dans un système enclin au sous-emploi de son peuple et à sous-investir dans les choses dont la société a besoin (c’est-à-dire le capitalisme), est une catastrophe en devenir.

Le bitcoin disparaîtra comme l’étalon-or ?

Supposons que le bitcoin prenne le relais des monnaies fiduciaires. Que feraient les banques ?

Elles prêteraient en bitcoins. Cela signifie que des facilités de découvert émergeraient permettant aux prêteurs d’acheter des biens et des services avec des bitcoins qui n’existent pas encore.

Que feraient les gouvernements ? Dans les moments de stress, ils devraient émettre des unités de compte liées au bitcoin (comme ils l’ont fait en vertu du Gold Exchange Standard pendant l’entre-deux-guerres). Toutes ces liquidités privées et publiques provoqueraient une période de boom avant que, inévitablement, le krach ne se fasse.

Et puis, avec des millions de personnes détruites, les gouvernements et les banques devraient abandonner le bitcoin. Soit le bitcoin ne remplacera jamais l’argent fiduciaire ou, s’il le fait, il causera un énorme problème inutile (avant d’être abandonné).

Pour récapituler, le bitcoin n’est ni féodaliste ni capitaliste en soi. Il est simplement oligarchique.

L’algorithme peut-il remplacer le politique ?

Un processus purement politique ne peut jamais, jamais, être capturé par un algorithme.

Croire que vous pouvez réparer de l’argent, ou que vous pouvez réparer l’État, c’est démontrer une innocence dévastatrice en ce qui concerne le système d’exploitation plus large avec lequel ils sont intégrés.

Aucun smart contract ne peut, par exemple, subvertir les contrats de travail qui sous-tendent les schémas d’exploitation à plusieurs niveaux de la société. Aucun NFT ne peut changer un monde artistique où l’art est une marchandise au sein d’un univers de personnes et de choses marchandisées.

La blockchain ne nous libérera pas. Tout service numérique, toute monnaie ou tout bien qui est développé au sein du système actuel ne fera que reproduire la légitimité du système actuel.

Ethereum (ETH), DAO et internationalisme

Je considère la blockchain et les mécanismes de type Ethereum comme des technologies qui s’avéreront extrêmement utiles une fois que la propriété privée dans les moyens de production aura pris fin.

Je suis convaincu que les DAO seront des outils qui seront très utiles une fois qu’un vaste mouvement internationaliste renversera les droits de propriété de l’oligarchie sur les moyens de production.

Une future société anarcho-syndicaliste numérique utilisera bon nombre de ces outils de type DAO. Mais, des outils comme les DAO n’apporteront pas cette nouvelle société dans laquelle des outils de type DAO sont utiles.

Dans notre système mondial oligarchique, exploiteur, irrationnel et inhumain actuel, la montée des applications cryptographiques ne fera que rendre notre société plus oligarchique, plus exploitante, plus irrationnelle et plus inhumaine.

Aucun algorithme n’éliminera par conséquent la nécessité d’une véritable révolution.

Les CBDC, la vraie révolution ?

Le yuan numérique, constitue une révolution : il équipera tous les résidents de Chine, mais aussi tous ceux du monde entier qui veulent commercer avec la Chine, d’un wallet. Par conséquent, les banques commerciales perdront leur monopole sur le système de paiement. Il s’agit véritablement d’une rupture radicale avec la finance telle que nous l’avons connue. C’est une chose que nous devrions imiter en Europe et aux États-Unis.

Aujourd’hui, vous utilisez de l’argent numérique pour acheter une tasse de café dans votre Starbucks local. Mais pour ce faire, vous avez d’abord avoir un compte auprès d’une banque commerciale. En d’autres termes, pour vous donner accès à l’argent fiduciaire numérique, l’État vous force à tomber dans l’étreinte des banques commerciales.

Aujourd’hui, l’État garantit un monopole sur les paiements aux banques commerciales. Un deuxième cadeau, encore plus grand, est que seules les banques commerciales ont le droit d’avoir un compte auprès de la banque centrale. 

Ainsi, lorsqu’une récession frappe et que la banque centrale décide de stimuler l’économie, la banque centrale abaisse le taux d’intérêt du découvert qu’elle accorde aux banquiers commerciaux. Et lorsque la récession s’aggrave encore, la banque centrale imprime des dollars numériques ou des euros et les crédite directement sur les comptes que les banques commerciales ont auprès de la banque centrale. Telle est la définition du privilège exorbitant !

Wall Street ne veut pas de CBDC

Wall Street préfère voir le monde exploser plutôt que de permettre à la Fed d’aller de l’avant avec le dollar numérique.

Les gens ne seraient plus obligés d’ouvrir un compte bancaire avec eux (pensez à tous les frais perdus !). Deuxièmement, parce qu’il n’y aura plus de justification quant à la raison pour laquelle la Fed ou la BCE ne peuvent pas, quand elles pensent qu’elles doivent stimuler l’économie, laisser tomber de « l’argent hélicoptère » sur tout le monde.

Pourquoi créditer des dollars uniquement sur les comptes que les banques commerciales gardent à la Fed et ne pas créditer directement les wallets du peuple ? 

Marx embrasserait-il la crypto ?

Marx et Engels avaient la capacité, d’une part, d’admirer et de célébrer les merveilles technologiques et scientifiques de leur époque et, d’autre part, de comprendre que ces technologies potentiellement libératrices étaient vouées à asservir le plus grand nombre si elles étaient instrumentalisées par un petit groupe.

Les deux Allemands croyaient au potentiel émancipateur de la machine à vapeur et de l’électromagnétisme. Cependant, ils n’ont jamais cru que la machine à vapeur et/ou l’électromagnétisme libèrerait la société.

Finalement, la libération a nécessité un mouvement politique qui a d’abord renversé la bourgeoisie et qui a placé ces magnifiques inventions au service du plus grand nombre. 

Salvador et bitcoin : un mirage ?

Les seuls Salvadoriens pauvres qui peuvent gagner quelque chose sont les expatriés qui envoient de l’argent chez eux sous forme d’envois de fonds plutôt que par Western Union.

Par ailleurs, concernant les Volcano Bonds, il s’agit d’un développement dangereux. Un gouvernement invite les spéculateurs à acheter de la cryptomonnaie soutenue par un État appauvri. Les premiers passionnés de Bitcoin étaient motivés, en partie, par un dégoût des gouvernements qui ont contracté une dette insoutenable avant de se livrer à la répression financière et à l’austérité au niveau national.

L’inquiétude était qu’à un moment donné, Wall Street et d’autres financiers conventionnels commenceraient à construire des pyramides similaires sur… le bitcoin. Et la crainte ultime était que l’État se joigne à eux. Eh bien, les Volcano Bonds font de ce cauchemar une réalité, permettant aux spéculateurs de spéculer sur une cryptomonnaie en utilisant un État souverain appauvri comme sauvegarde.

Le fait que le FMI soit totalement opposé à l’octroi d’un cours légal du bitcoin au Salvador ne signifie pas que le FMI s’inquiète que son pouvoir de négociation vis-à-vis du gouvernement salvadorien soit affaibli. Au contraire : ils prédisent que l’expérience Bitcoin épuisera l’espace budgétaire du gouvernement salvadorien, renforcera le pouvoir du FMI sur le Salvador, mais, en même temps, exercera plus de pression sur le FMI pour qu’il engage plus de fonds de sauvetage dans un Salvador en faillite.

Conclusion

Varoufakis a une vision très originale de la crypto. Elle pourrait constituer un outil extrêmement utile dans un monde anarcho-syndicaliste, mais nécessite une révolution politique au préalable. Toutefois, si le bitcoin ne changerait en rien le paradigme actuel, les CBDC et les DAO seraient au contraire bien plus révolutionnaires.

Source : Interview

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Yanis A avatar
Yanis A

Le bitcoin change tout ! Issu d’une formation financière, tout me passionne dans cette technologie. Chaque jour, j’essaie d’enrichir mes connaissances sur cette révolution qui permettra à l’humanité d’avancer dans sa conquête de liberté.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 21 319,63 $ 1.07%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 1 224,86 $ 7.07%
DEFI (DEFIPERP) 3 002,80 $ 6.36%
MARKETS (ACWI) 86,31 $ 3.04%
GOLD (XAUUSD) 1 826,89 $ 0.24%
TECH (NDX) 12 105,86 $ 3.49%
CURRENCIES (EURUSD) 1,06 $ 0.38%
CURRENCIES (EURGBP) 0,859250 £ 0.17%
CRUDEOIL (USOIL) 107,53 $ 3.41%
IMM. US (REIT) 2 445,30 $ 2.12%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email et tentez de gagner 0.2 ETH en vous inscrivant aujourd'hui

Guides Crypto
Vous devez remplir le formulaire pour recevoir votre document