A
A

Bitcoin (BTC) et éducation : Un renouveau possible ?

dim 03 Juil 2022 ▪ 21h30 ▪ 5 min de lecture - par Emile Stantina

Les incitations financières sont les raisons pour lesquelles les établissements d’enseignements modernes ne sont plus comme les centres d’apprentissage d’autrefois. Devenus des coquilles vides, ce n’est pas de l’éducation que les universités vendent, mais un style de vie de classe supérieure étalé sur quatre ans. Intégrés dans l’économie fiduciaire, ils favorisent la consommation à travers des prêts aux étudiants. L’adoption du bitcoin dans l’éducation a un impact considérable sur tout le système.

Impact de l’adoption du bitcoin dans le système éducatif

Le système mensonger des universités

Autrefois, étudier quatre années dans une université se considérait comme étant un investissement. La dégradation du système lui vaut d’être devenu un bien de consommation. En faisant partie de l’économie fiduciaire, les universités offrent des prêts que les étudiants vont rembourser en quatre échéances. En d’autres termes, ils obtiennent quatre années d’indulgence hédoniste qu’ils doivent rembourser par la suite. Via les offres des universités, les étudiants peuvent se retrouver dans le rouage d’une machine d’entreprise. Ils peuvent même devenir esclaves de leurs dettes, créant de terribles incitations politiques pour se libérer de leur fardeau économique.

On a toujours imaginé que l’université est le moyen de se trouver, de mûrir et de devenir un citoyen productif. Pourtant, les universités exploitent les pauvres ainsi que la classe moyenne au profit des privilégiés. Elles les escroquent d’une centaine de milliers de dollars et répandent le mensonge en indiquant que l’université représente la clé de la richesse. Le système commence depuis les collèges qui vendent l’accès à une vie meilleure, celle de la classe supérieure. Ils ressemblent aux altcoiners qui vendent de l’espoir à des personnes qui recherchent une rente.

Impact d’une norme Bitcoin sur l’éducation

Les prêts étudiants n’ont fait que gonfler les coûts de l’université à cause de l’argent injecté en excès. Ce système est relativement récent, l’université n’étant pas, autrefois, un objectif pour la majorité des gens. En effet, l’éducation auparavant représentait une affaire privée. Les familles envoyaient leurs enfants dans des écoles privées ou engageaient tout simplement des tuteurs. L’adoption d’un standard Bitcoin permettrait de retourner à un système similaire. Associé à plus de concurrence et à plusieurs manières d’éduquer, le bitcoin ferait non seulement émerger des gagnants, mais favoriserait aussi la prolifération de systèmes d’éducation plus efficaces. Les étudiants pourraient prétendre à un meilleur retour sur investissement.

Une norme Bitcoin laisserait le marché choisir plutôt que le gouvernement. En effet, le statut ne dépendrait plus uniquement de l’éducation, mais serait découplé entre les emplois et leur prestige. Les collèges existeraient toujours, mais leur influence diminuerait. Les écoles seraient classées en fonction du retour sur investissement qu’elles offriraient. L’exploitation des pauvres et de la classe moyenne serait difficile puisque les prêts étudiants n’existeraient pas. Grâce au bitcoin, il y aurait moins d’étudiants fortement endettés. Les familles qui désirent envoyer leurs enfants à l’université pourraient économiser des bitcoins pour les payer. Elles seraient beaucoup plus concernées comme l’argent aurait été gagné et économisé. Bitcoin mettrait fin à l’exploitation des universités en corrigeant les incitations économiques.

Conclusion

Le système de l’éducation fiduciaire est profitable aux personnes au pouvoir via les monnaies fiat. Ces personnes favorisent, en effet, la recherche de la rente, l’esclavage par la dette et l’acceptation de la propagande. Le bitcoin changerait le système éducatif. Il ne serait pas un impératif moral du gouvernement, mais adopterait des valeurs du marché libre. En minimisant les valeurs d’un gouvernement centralisé, il est envisageable de voir plus de responsabilité personnelle, plus d’auto-souveraineté et plus d’esprit d’entreprise. Cela permettrait de construire une civilisation au lieu de la détruire.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Emile Stantina avatar
Emile Stantina

Passionné par la technologie blockchain et les cryptomonnaies, nous contribuons à vulgariser et à démocratiser ce nouveau monde. « Chancellor on brink of second bailout for banks »

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !