Pourquoi la répression de la Chine a été la meilleure chose pour le bitcoin (BTC) en 2021

sam 08 Jan 2022 ▪ 17h30 ▪ 7 min de lecture - par Clément Dubois

L’interdiction de la plus grande cryptomonnaie par capitalisation en Chine a généré des gros titres négatifs en 2021, mais c’était la meilleure chose qui aurait pu arriver l’année dernière.

La proscription a servi à mettre en évidence la résilience de l’industrie

Lorsque l’inhibition du bitcoin en Chine est entrée en vigueur, nombreux étaient ceux qui pensaient que l’industrie ne se relèverait jamais. Mais étonnamment, la prohibition a servi à mettre en évidence la résilience du secteur et l’esprit d’entreprise des mineurs qui font tourner les roues de la blockchain.

Bien que la Banque populaire de Chine (BPC) ait jugé illégales les activités liées aux cryptomonnaies en septembre, le bitcoin a connu une année record en 2021, pulvérisant son précédent sommet historique. Loin de sonner le glas, l’interdiction tant médiatisée a à peine eu un impact dans l’ensemble des choses.

Dissection de la guerre de la Chine contre les cryptomonnaies

Tous ceux qui ont prêté attention savent que la Chine n’a jamais été favorable au bitcoin. Comme l’a noté avec effronterie Meltem Demirors, directeur de la stratégie de CoinShares, en septembre, « ce doit être la 20e fois que la Chine interdit le bitcoin ».

Alors, pourquoi cette répression particulière était-elle différente ? En grande partie, parce que toutes les cartes étaient sur la table et que tous les pouvoirs de l’État ont été mis à contribution pour faire respecter l’interdiction. Alors que, dans le passé, il était interdit aux institutions financières chinoises de fournir des services liés aux cryptomonnaies, désormais toutes les activités liées à la crypto, y compris le trading et le mining, sont proscrites.

Dans ce qui a été surnommé la « grande migration de mining », les mineurs basés dans des provinces telles que le Xinjiang, la Mongolie intérieure, le Sichuan et le Yunnan ont rapidement éteint leurs appareils et se sont enfuis vers de nouveaux pâturages : le Kazakhstan, la Russie et l’Amérique du Nord. Dans l’intervalle, le taux de hachage a chuté de 50 % avant de connaître un rebond impressionnant.

La proscription du bitcoin en Chine s’explique par de nombreuses raisons. Non seulement les législateurs ont été effrayés par la volatilité de cet actif, mais ils ont été, comme divers gouvernements dans le monde, perturbés par leur incapacité à l’influencer. En outre, la nature énergivore du mining de bitcoins, selon certaines estimations, environ 40 % des mines de bitcoins chinoises fonctionnent au charbon, menaçait de compromettre l’engagement de Pékin à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060.

Certes, il n’était pas nécessaire d’être un génie pour comprendre que le PCC (Parti commmuniste chinois) déplaçait subtilement les projecteurs vers sa propre monnaie numérique soutenue par l’État. Selon les experts, la BPC sera probablement la première à lancer une CBDC à part entière.

À la lumière des événements ultérieurs, le retrait de la Chine de la scène ne peut être considéré que de manière positive. Après tout, il suffit de considérer ce qui s’est passé depuis l’annonce de la prohibition : le bitcoin a atteint un nouveau sommet historique de plus de 68 000 dollars ; le premier fonds négocié en bourse (ETF) à terme BTC a été lancé aux États-Unis, permettant aux investisseurs d’acheter et de vendre une exposition à l’actif en dehors des exchanges ; et les États-Unis sont devenus le principal centre de mining du monde.

Ce dernier point mérite d’être souligné : le site de mining dominant n’est plus un pays autoritaire mais un pays démocratique. De plus, alors que les politiciens chinois ont suivi la ligne et ont dénigré la première cryptomonnaie à chaque occasion, plusieurs responsables politiques américains ont adopté la classe d’actifs, établissant des plans pour accepter les paiements d’impôts et permettant même aux employés de recevoir leur salaire en bitcoin.

Il est probable, également, que les investisseurs américains soient rassurés par la diminution de l’influence de la Chine sur le paysage minier. D’autant plus que des entreprises comme Lancium investissent massivement dans des mines de bitcoins texanes qui fonctionnent par le biais de l’énergie renouvelable.

Pousses vertes des progrès 

Dire qu’il y a eu une révolution verte dans le mining du bitcoin pourrait être de la poudre aux yeux, mais il y a certainement eu un regain d’intérêt pour la durabilité cette année. En mai dernier, Elon Musk et Michael Saylor ont annoncé la création du Bitcoin Mining Council, une initiative visant à promouvoir l’adoption d’initiatives de mining plus écologiques.

Composé de plusieurs des plus grands mineurs de bitcoins d’Amérique du Nord, dont Argo Blockchain, Blockcap, Core Scientific, Galaxy Digital, HIVE Blockchain, Marathon Digital Holdings, Riot Blockchain et Hut 8 Mining, le conseil s’est engagé à normaliser les exigences en matière de rapports énergétiques et à préparer l’avenir du secteur.

Les efforts déployés dans des endroits comme le Texas devraient également contribuer à cette mission : environ 16 gigawatts de nouveaux projets éoliens et solaires devraient être construits dans l’ouest du Texas au cours de l’année prochaine.

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que le bitcoin continue de prospérer, notamment auprès des investisseurs institutionnels. Selon le dernier rapport de CoinShares sur les flux entrants, le bitcoin a enregistré plus de 114 millions de dollars de flux entrants institutionnels à la fin du mois de novembre, malgré une chute des prix de 12 %. Le récent ETF, quant à lui, a généré 1 milliard de dollars d’actifs sous gestion au cours de ses deux premiers jours, devenant ainsi le fonds le plus rapide à atteindre cette étape.

Après une année tumultueuse, les bitcoiners se tournent maintenant vers 2022 et spéculent sur la prochaine entreprise cotée en bourse qui ajoutera des BTC à son bilan. Dans les années à venir, l’interdiction du bitcoin en Chine pourrait être considérée comme un tournant positif pour le secteur.

Source : bitcoinmagazine.com

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Clément Dubois

J’aime bien la cryptomonnaie. Ça fait déjà plusieurs années que je l’étudie, mais aussi que j’y investis et que je travaille dans ce domaine. De plus, je fais des articles sur le sujet où j’essaie d’être clair et net !

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.