A
A

L’ancien député Pierre Person nous parle de son dernier rapport 

ven 08 Juil 2022 ▪ 17h00 ▪ 7 min de lecture - par Alexis Patin

Cointribune a eu l’opportunité de couvrir une discussion organisée dans les bureaux de Ledger avec l’ancien député Pierre Person et le cabinet d’affaires Kramer Levin, portant sur le fameux rapport crypto. 

Un rapport qui couvre de nombreux aspects du Web 3.0

C’est un rapport que l’on ne présente plus, « Monnaies, banques et finance : vers une nouvelle ère crypto» est un rapport personnel faisant suite au rapport relatif aux monnaies virtuelles. 

Vous pouvez tout d’abord étudier notre résumé de ce rapport dans notre article dédié à la nouvelle ère des cryptoactifs

L’objectif de cette discussion était d’aborder une partie des sujets clés du rapport en compagnie d’acteurs du domaine Web 3.0, de la finance traditionnelle et de la régulation française et européenne. 

Tout d’abord, l’ancien député est revenu sur ses trois ans de bataille autour du sujet compliqué de la régulation des cryptomonnaies, il prône une logique de « tâtonnement » dans ce domaine et non d’idée arrêtée. En effet, dans ces domaines qui évoluent vite, les problématiques de 2017/2018 ne sont plus du tout les mêmes maintenant, il est plus utile de rester conscient du caractère évolutif du Web 3.0 que de vouloir encadrer une économie qui refuse d’attendre les régulateurs. 

M. Person a ensuite souligné les difficultés entre les nouveaux acteurs PSAN et certains représentants de la finance traditionnelle, qui auparavant pouvait bloquer des échanges de monnaies fiat vers ces organismes et qui maintenant continue de trouver ces compagnies trop dangereuses malgré l’enregistrement PSAN. 

Person défend une vision entre innovation et protection de l’intérêt général et des risques, tout en considérant que certains outils comme la DeFi et les swaps ne sont pas un danger pour l’investisseur lambda, mais que de nombreuses barrières « naturelles » empêchent des gens de tomber dans ce type d’application Web 3.0. Cela n’empêche pas une régulation de la DeFi, mais il est bon de nuancer le discours. Il faudrait donc laisser les gens prendre des risques tout en les accompagnant au maximum, mais sans tomber dans un contrôle permanent. 

Euro sign with dark clouds at European Central Bank headquarters in Frankfurt, Germany
Photo by pandionhiatus3 on Deposit Photos

Le régulation MiCA

MiCA était évidemment au cœur des discussions, si rien n’est changé dans les textes, des compagnies comme Ledger pourrait se retrouver avec de sérieux problèmes, car leurs wallets sont considéré comme « unhosted » et donc imposerait à chaque transfert entre un CEX et un wallet de prouver l’identité du détenteur du wallet unhosted. Une mesure très longue et répétitive qui pourrait pousser les CEX a simplement interdire les transferts vers ces wallets. 

MiCA pourrait représenter une forme de danger pour la souveraineté européenne. En effet, alors que les Américains attendent et collaborent avec les parties prenantes du secteur, les législateurs européens ont majoritairement travaillé entre eux, sans grande consultation avec les États membres ou les compagnies européennes Web 3.0. 

L’ancien député invoque ici le principe de compétitivité européenne et pense que MiCA pourrait rendre très difficile pour un acteur européen d’émettre un stablecoin, créant ainsi un marché pour les acteurs hors-UE dans le stablecoin euro. On ne protège donc pas les citoyens et on perd un marché vital, celui de la monnaie numérique. C’est d’ailleurs ce qui se passe actuellement avec Circle qui lance l’Euro Coin (EUROC), un stablecoin adossé à l’Euro, entièrement régulé aux États-Unis. 

Les représentants de Kramer Levin ont ensuite interrogé Pierre Person sur la domination du dollar parmi les stablecoins. Une fois de plus, dans ce domaine les Américains gagnent à voir des stablecoins comme l’USDT ou l’USDC avaler le marché sud-américain qui subit une inflation grandissante, c’est une victoire géopolitique par la monnaie numérique. 

On voit la même situation avec le yuan numérique qui est utilisé d’abord en chine et qui pourrait devenir une arme géopolitique pour la chine une fois lancée dans des pays africains ou asiatiques par exemple. Pour en comprendre plus sur les CBDC et le dollar numérique

Finalement, Pierre Person prône un retour à une confiance entre l’État et ses citoyens, MiCA veut que chaque transfert de plus de 1 000 euros créer immédiatement une alerte au Fisc du pays, c’est une mesure très critiquée qui montre une régulation qui préfère surveiller tout le monde plutôt que d’engager une démarche juridique encadrée en cas de doute. 

Un Proof-of-Work européen ? 

La discussion s’est terminée sur un constat portant sur le très faible mining de bitcoin en Europe, alors que le Proof-of-Work fut presque banni sur le territoire européen pour des raisons écologiques. 

Comme pour toute source d’énergie, il est vital de travailler à l’augmentation des énergies vertes et à la réduction des énergies fossiles. Le bitcoin n’est pas différent et son mining doit provenir d’une énergie verte si l’on souhaite que ce modèle reste durable. Pierre Person a félicité les travaux portant sur des modèles de production rentable en consommant les surplus inutilisables provenant d’énergie fossile comme avec les fractions de méthane non utilisées. 

À propos de Kramer Levin : 

Kramer Levin est un cabinet d’affaires présent à Paris, New York, Washington et la Silicon Valley.

L’équipe Fintech du cabinet dispose d’une forte notoriété en France et à l’international depuis de nombreuses années. Ses avocats conseillent des start-ups, plateformes et entreprises technologiques dans leur développement et la structuration de leurs projets dans les secteurs de la fintech et de la blockchain, se plaçant ainsi comme de véritables partenaires du développement numérique de leurs clients.

L’équipe est dirigée par Hubert de Vauplane, avocat associé et Président du Comité Fintech de Paris Europlace avec l’AMF et le Trésor, et Président du groupe Fintech du Haut Comité Juridique de Place avec l’AMF, la Banque de France, l’ACPR et le Trésor.

Le Web 3.0 évolue très vite et on ne peut que constater que les pays qui décident de traiter cette économie comme une autre, sans changer de paradigme ou de mentalité, auront du mal à devenir des leaders du secteur. Pierre Person, Ledger et Kramer Levin travaillent afin de propager cette prise de conscience et permettre à l’Europe de garder un statut de puissance d’innovation. 

Cet article est une analyse et une interprétation rapportées par son auteur, aucune phrase ne peut être considérée comme une citation ou affirmation d’un point de vue des acteurs présents. 

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Alexis Patin avatar
Alexis Patin

Observateur de la révolution monétaire, économique et sociale.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !