A
A

Bitcoin et la fin du cash

ven 06 Oct 2023 ▪ 6 min de lecture ▪ par Nicolas T.
S'informer Paiement

Le Bitcoin est une île de liberté face à la marchandisation de nos historiques d’achat. Il est notre échappatoire face à la fin du cash.

Bitcoin data privacy

Surveillance de masse

De plus en plus d’entreprises n’hésitent plus à vendre les données de leurs clients à différents dealers de données privées (Amazon, Adobe, Microsoft avec Xandr, Oracle avec BlueKai, LiveRamp, etc…).

Ces données servent aux annonceurs, aux sociétés technologiques (pour entraîner leurs IA), aux fonds d’investissement ou encore aux partis politiques. Les historiques d’achat des sociétés de carte de crédit comme Visa et Mastercard sont notamment très recherchés.

Savoir combien les gens dépensent, où, quel jour, en dit long sur leur situation financière, leurs habitudes et, surtout, les décisions qu’ils pourraient prendre à l’avenir. Il est alors possible de prédire les comportements. Tant sur le plan de la consommation que sur le plan politique.

Par exemple, il y a plus de chance qu’un Américain ayant acheté une arme à feu vote républicain plutôt que démocrate. Il est probable qu’une personne ayant acheté une bague de mariage contracte bientôt un emprunt immobilier. Les croisements de données sont infinis.

Mastercard catalogue les gents sur la base des historiques d’achats. Ces groupes sont appelés des « audiences » pouvant être ciblées au niveau micro-géographique.

Outre la vente de données sur des plateformes tierces, Mastercard possède également sa propre division Data & Services. Son service Dynamic Yield permet notamment de « capturer des données au niveau individuel ». Il s’agit de « prédire algorithmiquement le prochain achat d’une personne grâce à l’IA » (grâce à des statistiques probabilistes).

Un tel système de surveillance qui profile tout le monde est extrêmement dangereux pour une démocratie digne de ce nom. Nous avons déjà eu la démonstration avec le scandale Cambridge Analytica, une lugubre entreprise spécialisée dans le profilage psychologique.

De Cambridge Analytica aux CBDC

En tout, Cambridge Analytica utilisait jusqu’à 5 000 informations différentes glanés chez Facebook pour affiner son ciblage des électeurs. La firme a poussé le vice jusqu’à les classer selon 32 types de personnalité.

Lorsque l’on combine des centaines, voire des milliers de likes, il est aisé de réaliser des profils psychologiques. Ces derniers permettent de savoir exactement quoi nous montrer pour nous influencer contre ou en faveur de telle ou telle chose.

La même chose est possible en croisant les données des historiques d’achat, de navigation internet, de géolocalisation, de fréquentations.

Cela dit, il est encore possible de protéger sa vie privée sur internet grâce aux VPN. Il est aussi possible de se déplacer en activant le mode avion pour éviter toute géolocalisation.

Cela dit, pour être totalement anonyme sur un réseau social en 2023, cela suppose d’utiliser un VPN, une carte SIM jetable, une boîte mail fantôme et une carte bancaire anonyme.

Rester anonyme devient un jeu d’équilibriste. Et l’avenir s’assombrit encore avec les CBDC qui font partie du plan visant à supprimer le cash. Absolument tout ce que nous achetons et tous nos lieux de fréquentation seront alors révélés.

Pire, le chairman de la banque des règlements internationaux Agustin Carstens a déploré la semaine passée le fait que « près de 80 % des banques centrales ne sont pas autorisées à émettre une monnaie numérique en vertu de leurs lois existantes ».

Le banquier a même osé lancer que « les gens veulent que leur argent soit numérique et programmable ». En sachant que de l’argent « programmable » n’est rien d’autre que de l’argent conditionné.

La fin du cash et l’éventuel lancement des CBDC signifieront une nouvelle forme de totalitarisme par le rationnement. Le cauchemar ultime étant que les CBDC soient reliées à un crédit social se nourrissant de nos données privées.

« Nous pourrions avoir un monde potentiellement […] plus sombre où le gouvernement décide que [la CBDC] peut être utilisée pour acheter certaines choses, mais pas d’autres qu’il juge moins souhaitables, comme par exemple des munitions, de la drogue, de la pornographie, ou quelque chose de ce genre ».

Enter bitcoin

Si les données que Mastercard monétise sont anonymisées, cette marchandisation de la vie privée reste une dérive civilisationnelle inquiétante.

D’autant plus que nos données servent en bonne partie pour pousser à la consommation… Il y a là une contradiction avec les ambitions climatiques du World Economic Forum et consorts.

Rappelons certains passage du Manifeste d’un Cypherpunk écrit par Eric Hugues en 1993 :

« Révéler notre identité personnelle n’est pas essentiel pour la plupart des transactions. Quand j’achète un magazine avec du cash, le kiosquier n’a pas à savoir qui je suis. Lorsque je demande à mon fournisseur d’e-mail d’envoyer et de recevoir des messages, il n’a pas à savoir à qui je parle, ce que je raconte, ou ce que d’autres ont à me dire. […] Lorsque mon identité est révélée par le mécanisme inhérent à ces échanges, je n’ai pas de vie privée. Je ne suis plus en mesure de choisir ce que je révèle aux autres. […] Qu’en conclure ? Que la vie privée dans une société libre et ouverte nécessite des systèmes de transactions anonymes. […] Nous devons nous rassembler et créer des systèmes qui permettent des transactions anonymes. […] Nous savons que le code est indestructible et qu’un système largement décentralisé ne peut pas être arrêté. »

En 2009, Satoshi Nakamoto réalisait l’espérance d’Eric Hugues avec le Bitcoin…

Certes, le Bitcoin n’empêchera pas les multinationales de passer nos données à la moulinette de l’IA. Il est toutefois une alternative aux multinationales du paiement en plus d’offrir un rempart à l’inflation.

Encore faut-il savoir anonymiser ses bitcoins une fois retirés des exchanges. Notre article : Quel wallet choisir pour obscurcir ses bitcoins ?

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Nicolas T. avatar
Nicolas T.

Reporting on Bitcoin, "the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy".

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.