Se connecter S'abonner

Accident, Conflit ou Consensus, qu’est-ce qu’un Fork de la blockchain ?

Généralement considérés comme la résultante d’une divergence d’objectifs et de points de vue au sein de la communauté d’une cryptomonnaie, les forks font partie intégrante du développement des blockchains et des cryptomonnaies. « Fork » en français veut dire « embranchement » ou « division en plusieurs branches ». Et vous avez sans doute vu et revu ce terme dans nos articles et sur d’autres sites sans savoir ce qu’est réellement un fork de blockchain. Dans cet article, vous découvrirez tout sur les forks, pourquoi ils naissent, comment ils se produisent, mais aussi leurs conséquences.

C’est quoi un fork de blockchain ?

Pour commencer, rappelons qu’une blockchain est une chaîne de blocs liés les uns aux autres par un hash calculé par les mineurs. Dès que les mineurs parviennent à calculer un nouveau hash, un nouveau bloc est ajouté à la blockchain puis propagé dans le réseau. Le réseau valide le bloc créé et le processus se répète en continu.

On dira qu’une blockchain a subi un fork lorsqu’elle s’est dédoublée à partir d’un moment et a donné naissance à une blockchain secondaire. Techniquement, les forks sont soit des dérivations accidentelles ou des évolutions technologiques consensuelles.

Comment se produit un fork accidentel ?

Il se produit un fork accidentel lorsque deux mineursau moins – calculent un hash presqu’au même moment. Ces hash entraînent la création de deux blocs – au lieu d’un bloc par défaut – qui se propagent dans le réseau. Normalement, ce qui se passe par la suite dépend de ce qui a été prévu dans le livre blancle white paperde la cryptomonnaie.

Dans tous les cas, de façon classique, dès qu’il y a un fork, les nœuds du réseau n’acceptent que la blockchain ayant le plus grand nombre de blocs. Or, puisque juste après le fork, la blockchain principale et la blockchain secondaire ont le même nombre de blocs, le conflit ne sera résolu qu’après le minage du bloc suivant.

Les nœuds du réseau accepteront la blockchain qui trouvera le prochain bloc le premier. Dès que cette blockchain est confirmée, le dernier bloc de l’autre blockchain créée par le fork est abandonné et devient « un bloc orphelin ». Et le minage de cryptomonnaie se poursuit avec la blockchain principale.

Comment se produit un fork intentionnel ?

Contrairement aux forks accidentels, certains forks sont provoqués par les membres de la communauté dans le but de modifier les règles de la blockchain. Un fork intentionnel peut par exemple être provoqué :

  • Pour  permettre aux clans d’une communauté de blockchain qui ne parviennent pas à s’entendre sur des changements à effectuer sur la blockchain de mettre en œuvre leur plan, chacun de son côté ;
  • Pour  ajouter de nouvelles fonctionnalités afin d’améliorer le fonctionnement du réseau ;
  • En réponse à un hack du réseau de la cryptomonnaie.

On distingue deux types de fork intentionnels : les hard forks et les soft forks.

Les hard forks

Un hard fork est un fork intentionnel destiné à modifier de façon permanente le protocole de la cryptomonnaie. Il exige de tous les mineursdu réseau qu’ils mettent à jour leur logiciel de minage, car les anciennes règles de validation des blocs et des transactions ne sont plus considérées comme valides.

Les hard fork entraînent parfois la création d’une nouvelle blockchain – et donc d’une nouvelle cryptomonnaie –  ayant le même tronc que la blockchain principale, mais différente d’elle à partir du bloc sur lequel s’est réalisé le hard fork. C’était le cas avec le Bitcoin Cash et l’Ethereum Classic.

Il faut noter que les hard forks peuvent être :

  • Planifiés, donc inclus dans le code de la crypto dès sa création et ne résultant pas en la création d’une nouvelle cryptomonnaie ;
  • Contentieux, donc résultant d’une divergence de point de vue au sein de la communauté ;
  • Réalisés pour créer une nouvelle cryptomonnaie.

Les soft forks

Les soft forks sont des modifications « douces » du protocole de la cryptomonnaie, c’est-à-dire des modifications compatibles avec le protocole antérieur.

Après un soft fork, les anciens mineurs peuvent continuer à miner sans mettre à jour leur logiciel de minage, pour peu qu’ils n’enfreignent pas les règles du protocole mis à jour. Toutefois, ils ne seront pas aussi performants que les autres mineurs.

Voilà donc l’essentiel à connaître sur les forks. Ce sont des dédoublements accidentels ou provoquéset donc motivés – de la blockchain d’une cryptomonnaie.

Plus d’actions
Partagez

Derrière la signature générique « Rédaction TCT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo