Bitcoin (BTC) : comment le mining contribue à l’énergétique ?

dim 19 Sep 2021 ▪ 22h30 ▪ 10 min de lecture - par Thomas Poirier

On écrit beaucoup sur le Bitcoin (BTC) et son appétit vorace pour l’énergie. Cependant, même si la cryptomonnaie consomme presque autant d’électricité chaque année que les Pays-Bas, un certain nombre de personnes au sein de l’industrie du Bitcoin affirment que cela pourrait devenir un atout pour le secteur de l’énergie.

Récemment, Tuur Demeester,’analyste et fondateur d’Adamant Capital a affirmé (sur son compte Twitter privé) que le mining de Bitcoin peut augmenter la capacité totale de production d’électricité des pays, de sorte qu’en période de pointe de la demande intérieure, le marché dispose de plus d’électricité de rechange pour les ménages qui en ont besoin.

Bien que cette affirmation n’ait pas été étayée par beaucoup de données concrètes, Demeester a prédit qu’à mesure que le mining total continuerait de croître, davantage de centrales électriques seront construites, l’énergie excédentaire de ces centrales étant utilisée pour la consommation intérieure (en plus de celle, consumé par les mineurs).

Selon des chercheurs et des personnalités de l’industrie, de telles revendications ont un certain mérite pour eux, dans la mesure où le mining de Bitcoin a généralement entraîné une augmentation de la capacité et de la production énergétiques globales. Cependant, les avis sur la question de savoir si le Bitcoin contribuera aux réseaux électriques nationaux sont partagés. Certains chercheurs suggèrent que les usines construites afin de stimuler le mining seront exclusivement utilisées pour le mining (et rien d’autre).

Le mining de Bitcoin augmente-t-il la production nationale d’énergie?

Selon des personnes opérant dans l’industrie de mining des cryptomonnaies, il semble y avoir quelques exemples isolés d’usines minières connectées à des réseaux d’énergie domestiques. Cette information a été fournie par Zach Bradford, PDG et président de CleanSpark, une société de technologie énergétique et de mining, basée au Nevada. .

“Par exemple, pour une nouvelle installation minière que nous démarrons près d’Atlanta, en Géorgie, nous nous sommes associés à la société de services publics pour investir dans de nouvelles lignes de transport bénéficiant non seulement à notre propre installation, mais à tous ceux qui vivent le long de ces lignes améliorées”, a-t-il déclaré.

Selon le PDG, ils participeront également à un programme local parrainé par le service public qui leur permettra d’acheter des crédits d’énergie renouvelable pour compenser les combustibles fossiles dans le mix énergétique local.

Bradford ajoute que les fonds versés dans le programme seront utilisés pour augmenter les investissements dans la production d’énergie solaire dans la région, profitant ainsi aux autres consommateurs d’énergie. Il note également que d’autres entreprises de mining ont rénové des centrales à combustibles fossiles à base de charbon et les ont converties en centrales à gaz naturel, ce qui n’est pas particulièrement respectueux de l’environnement, mais augmente au moins la capacité globale.

Il s’agit d’une observation faite par d’autres personnes, tant au sein de l’industrie minière qu’en dehors de celle-ci.

« Le mining de Bitcoin permet un retour aux investissement plus rapide sur les projets d’énergie renouvelable tels que les projets solaires, éoliens ou hydroélectriques, ce qui signifie que davantage d’entre eux peuvent être construits plus rapidement dans des régions où cela ne serait pas économiquement attrayant dans le cas contraire ”, a expliqué Igor Runets, fondateur et PDG de BitRiver, un fournisseur de services de colocation pour l’extraction de cryptomonnaie verte.

Cela veut dire que d’autres notent que la majeure partie de cette nouvelle capacité est utilisée à peu près entièrement par l’industrie de mining de la cryptomonnaie elle-même, avec peu (ou pas) d’énergie excédentaire distribuée ailleurs.

« Je connais des exemples de mineurs qui ont levé des capitaux pour financer et construire leur propre centrale électrique. Cependant, en général. leur production est entièrement consommée par les machines minières et n’est pas redistribuée au réseau », a déclaré Marc Bevand, chercheur et investisseur en Bitcoin.

De même, Gene Hoffman, directeur de l’exploitation et président de Chia Network, affirme que les nouvelles capacités énergétiques ont souvent tendance à être isolées, en particulier aux États-Unis.

“Il est certain que le mining de Bitcoin aux États-Unis a conduit à la construction de nouvelles centrales électriques et à la réouverture de centrales au charbon. Cependant, cette nouvelle capacité de production est généralement très rurale et s’ajoute donc à la capacité électrique piégée dans les différentes régions comme le nord de l’État de New York et la vallée du fleuve Columbia”, a-t-il déclaré 

Hoffman ajoute que, dans les deux endroits susmentionnés, les installations de mining sont rivales avec d’autres consommateurs, tels que le centre de données d’Amazon dans l’Oregon.

Le mining servira-t-il à alimenter les réseaux électriques?

En supposant que la plupart des nouvelles centrales électriques construites pour le Bitcoin ne soient utilisées que pour le mining, est-il au moins possible que l’avenir apporte un scénario où les centrales construites à l’origine pour Bitcoin enverront également de l’énergie ailleurs?

” Ce n’est pas seulement possible, c’est en train de se produire maintenant », a déclaré Zach Bradford. « Les installations minières Bitcoin peuvent participer à des programmes de réponse à la demande pour améliorer la santé du réseau qui les entoure.”

Selon Bradford, les participants à de tels programmes peuvent s’arrêter lorsqu’ils sont sollicités, ce qui permet ensuite à l’entreprise d’envoyer la capacité énergétique excédentaire créée pour les opérations de mining de Bitcoin dans des zones ou des installations qui ont besoin d’énergie supplémentaire. 

« Cela se produit généralement en période de catastrophe naturelle ou de froid et de chaleur extrêmes”, a-t-il déclaré.

Christopher Bendiksen, responsable de la recherche sur le Bitcoin chez CoinShares, rapporte également que cela se produit déjà.

“Il existe des exemples concrets de mineurs travaillant déjà en tant qu’unités de réponse à la demande dans le système ERCOT du Texas. Ils concluent des contrats avec les opérateurs de réseau locaux pour retirer de l’électricité lorsque la demande est faible, assurant la rentabilité des générateurs, mais interrompant les opérations lorsque la demande est élevée, assurant ainsi la disponibilité de l’électricité pour les maisons, les entreprises et l’industrie lorsque elle est le plus nécessaire », a-t-il déclaré

Bendiksen prédit que le nombre de mineurs opérant de cette manière “explosera au cours de cette décennie”, activant une part beaucoup plus importante des énergies renouvelables intermittentes comme l’énergie solaire et éolienne dans notre mix de production. 

Tout le monde n’est cependant pas aussi optimiste. Pour le sceptique de Bitcoin Alex de Vries (également connu sous le pseudo de Digiconomist), il est peu probable que le mining de Bitcoin et les centrales utilisées pour le mining contribuent de manière significative aux réseaux énergétiques nationaux.

« Les mineurs ne peuvent que consommer de l’énergie, ils ne peuvent en stocker. Dans plusieurs cas, ils prennent déjà de l’énergie dont d’autres ont besoin ou pourraient utiliser », a-t-il protesté.

Ce genre de choses s’est produit, par exemple, en Abkhazie, entraînant des pannes d’électricité. 

De Vries note que le mining de Bitcoin draine également la station Navajo alors qu’environ 14 000 maisons locales n’ont toujours pas d’électricité.

“Les habitants semblent être en colère », dit-il, se référant aux commentaires laissés par les habitants en réponse à un message Facebook du président de la Nation navajo, Jonathan Nez.

Net positif à l’avenir?

Malgré ces critiques, l’industrie minière est optimiste quant au fait que le mining deviendra un avantage pour l’industrie de l’énergie dans un avenir assez proche.

« C’est un énorme point positif, à la fois pour les producteurs, les consommateurs et pour nos objectifs de renouvellement. Avec les mineurs agissant comme des unités de réponse à la demande, si le mining devient suffisamment important, nous pouvons augmenter considérablement la proportion d’énergies renouvelables intermittentes dans notre mix de production”, a déclaré Christopher Bendiksen.

Marc Bevand dit également que le mining sera un succès absolu, soulignant que l’industrie minière est unique dans le sens que 95% des frais d’exploitation d’une mine typique sont dépensés à l’électricité, et qu’il n’y a aucune autre industrie avec une part aussi élevée.

« Par conséquent, les mineurs qui ont leurs propres centrales mettent beaucoup d’efforts dans les avancées technologiques pour réduire les coûts, de sorte que les améliorations qu’ils développent vont inévitablement se répercuter et profiter aux autres industries. Je m’attends à voir certaines de ces avancées à court et moyen terme, en particulier avec l’énergie solaire, qui est désormais l’électricité la moins chère de l’histoire, selon le rapport World Energy Outlook 2020 de l’AIE”, a-t-il déclaré.

En tant que chercheur étudiant la rapidité avec laquelle les demandes énergétiques du Bitcoin ont explosé ces dernières années, Alex de Vries n’est pas aussi positif que ceux qui ont un intérêt financier pour le Bitcoin et/ou le mining.

Lorsqu’on lui a demandé si le mining serait un résultat absolument positif à l’avenir, il a répondu: “Cela dépend probablement de qui vous demandez. Les sociétés pétrolières et gazières semblent voir de nombreuses opportunités, mais les opérateurs de réseau ne sont pas aussi enthousiastes (compte tenu des complications causées par la stabilité du réseau).”

Thomas Poirier

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.