Comment la blockchain aide à lutter contre la pauvreté en Afrique ?

jeu 23 Sep 2021 ▪ 22h30 ▪ 11 min de lecture - par Thomas Poirier

Une entreprise crypto vise à lutter contre la pauvreté alimentaire en Afrique grâce à un système ambitieux de e-vouchers qui donnera un meilleur accès au financement de l’agriculture aux fermiers ruraux

« KamPay tirera d’abord des fonds d’un réseau de loteries exploitées via son portefeuille numérique qui sera bientôt lancé, avant de s’étendre à de plus larges pools de financement décentralisé », a déclaré le directeur général de l’entreprise Chris Cleverly dans une interview.

« Il y a toujours eu une culture en Afrique australe – certainement au Zimbabwe, en Zambie et au Malawi – autour de ce système de vouchers. Le gouvernement distribuait des vouchers aux agriculteurs individuels. Les agriculteurs apportaient ensuite le voucher dans un magasin pour obtenir un prix subventionné sur leur engrais. », a-t-il expliqué. 

Pendant un certain temps, ce système de vouchers physiques a eu beaucoup de succès mais il est devenu assez corrompu à la fin. En mettant ce genre de système sur la blockchain, l’élément de corruption est éliminé. 

Les blockchains utilisent la technologie peer-to-peer pour enregistrer et valider les transactions sur un registre partagé, éliminant ainsi la nécessité pour les particuliers ou les entreprises d’agir en tant que parties de confiance.

Le Bitcoin est devenu la première blockchain au monde lors de son lancement en 2009 dans le but de révolutionner les services financiers en établissant une nouvelle forme de monnaie numérique indépendante des banques commerciales et des gouvernements centraux. Des milliers d’autres cryptomonnaies ont été lancées, mais les blockchains n’ont pas nécessairement besoin de remplir une fonction monétaire.

Le groupe industriel du transport aérien IATA, par exemple, utilise la technologie blockchain pour valider les tests covid-19 et les statuts de vaccination dans son application pour les passagers Travel Pass.

Cleverly croit que ce type d’innovation peut appliquer l’utilisation des vouchers d’engrais au 21e siècle – non seulement en assurant une plus grande transparence, mais en ouvrant également la porte à un éventail de services de soutien plus larges pour les agriculteurs.

« Il s’agit essentiellement d’une solution de microfinancement dans laquelle nous avons un accord avec le fournisseur de produits, qui est généralement des semences », a-t-il déclaré, faisant référence au partenariat de KamPay avec Africa Grain & Seed

Ils choisissent les graines et les plantes. Les agriculteurs empruntent de l’argent via le système de vouchers qui ne doivent être remboursés qu’après la vente des produits cultivés. Ensuite, quand c’est remboursé, ils prennent leurs bénéfices et ils peuvent rester dans l’écosystème symbolique pour d’autres services comme l’éducation et les assurances. 

Cleverly a déclaré que les fonds empruntés sont soumis à une “période de verrouillage  » initiale pour minimiser le risque de crédit et s’assurer que le système de vouchers n’est pas abusé.

Cependant, une fois les bénéfices distribués, les agriculteurs sont libres d’utiliser les bénéfices comme ils veulent – sur ou hors de la plateforme. 

Le portefeuille KamPay permettra aux utilisateurs de stocker Kamari, la propre cryptomonnaie de l’entreprise, d’autres grandes cryptomonnaies telles que le Bitcoin, soldes de caisse fiduciaires locaux et,potentiellement, des stablecoins.

KamPay cherche également à coopérer avec Tingo, une entreprise agro-technologique qui loue des téléphones portables à des agriculteurs nigériens afin qu’ils puissent accéder à des biens et services à de meilleurs prix. Cleverly devenu président du groupe de Tingo le mois dernier.

Modèle de financement de loterie

Les prêts sur la plateforme KamPay seront initialement financés par une série de loteries gérées via le portail de jeux sur son portefeuille numérique.

Des licences de loterie ont été obtenues dans sept pays africains, ainsi que des licences de paris sportifs dans 12 pays et des licences de casino numérique dans neuf pays.

Pressé par la contradiction apparente de l’utilisation de services de jeu socialement nuisibles pour financer le développement socio-économique en Afrique, Cleverly a insisté sur le fait que les paris sportifs ne sont “certainement pas au premier plan” du modèle économique. Les licences de paris et de casino sont souvent associées à des licences de loterie sur le continent.

En même temps, il a défendu le plan de KamPay visant à inclure des services de divertissement tels que le streaming sportif en direct et les jeux mobiles sur la plateforme.

De plus, il a insisté sur le fait que le modèle de loterie, en particulier, a fait ses preuves en matière de création d’avantages sociaux.

«Beaucoup de ces questions ont été posées lorsque la loterie est arrivée pour la première fois au Royaume-Uni», se souvient Cleverly. « Si vous regardez en arrière au fil des décennies – les Jeux Olympiques n’auraient pas existé sans la loterie. Il y a tellement d’autres choses qui n’auraient pas existé sans loterie.»

« Le système de loterie est parfois appelé “une taxation » – car il vous permet en fait d’agréger des sommes d’argent pour faire du bien social. Il vous permet également de fournir les sommes que vous devez prêter. Cela crée donc un cycle, et c’est un cycle stable. Vous pouvez presque absolument définir les niveaux de profit dans une loterie correctement gérée.», a-t-il dit. 

Un autre bonus: le système de loterie reste le plus grand modèle d’acquisition de clients au monde.

À plus long terme, le «grand rêve» de KamPay est de financer ses prêts avec une partie des 80 milliards de dollars qui tournent actuellement autour des marchés de la finance décentralisée (DeFi).

Les prêteurs et les emprunteurs sur les marchés DeFi suivent les mêmes principes que les acteurs traditionnels du marché: les prêts sont garantis contre une garantie de l’emprunteur et émis à un taux d’intérêt convenu avec certaines conditions de remboursement.

Ce qui est révolutionnaire dans le système DeFi, cependant, c’est le mécanisme par lequel ces accords sont gérés. Plutôt que de s’appuyer sur des tiers pour effectuer des vérifications de crédit et garantir ou poursuivre les remboursements, DeFi utilise la technologie blockchain pour faire respecter et séquestrer les prêts – en déployant particulièrement des “Smart Contracts” qui lient les prêteurs et les emprunteurs.

Pourtant, la naissance de DeFi signifie que de grandes quantités de richesse en cryptomonnaie sont actuellement déployées pour un rendement uniquement spéculatif, satisfaisant des intérêts des traders qui utilisent les fonds pour réinvestir dans la cryptosphère.

«Ce n’est pas vraiment ce que devait être la contribution de la cryptomonnaie », a noté Cleverly. « Elle est censée aider à soutenir l’humanité avec une valeur – également distribuée, ou distribuée d’une manière qui peut être également utile. Cela n’a pas encore été réalisé. Le rêve doit être de créer une solution DeFi qui vous permettra d’obtenir un véritable rendement.», s’est exprimé Cleverly.

Après avoir lancé le modèle de loterie, KamPay espère finalement offrir des prêts peer-to-peer qui généreront des rendements à la fois pour les prêteurs et les emprunteurs – sans que les intermédiaires financiers ne prennent une coupe.

L’Afrique ouvre la voie

Bien que ce type de financement décentralisé puisse transformer d’innombrables industries, Cleverly croit que c’est l’agriculture africaine qui est en première ligne pour l’adoption.

«Les agriculteurs du continent ont le plus grand besoin d’autonomisation financière», a-t-il fait valoir, «ainsi que d’être libérés des infrastructures héritées qui ont trop souvent un effet dissuasif sur l’innovation. Cela leur donne une table rase sur laquelle ils peuvent expérimenter de nouveaux modèles financiers plus démocratiques.»

«La technologie fait effectivement un grand pas en avant», a insisté Cleverly. «En Occident, vous avez un système bancaire très centralisé et très agressif aux changements éventuels.

«En Afrique, il s’agit en fait de construire à partir de zéro. Alors, que choisiriez-vous? Voulez-vous mettre dans les systèmes qui existent actuellement pour nos services financiers? Pour nos avocats? Pour nos comptables? Non, vous ne le feriez pas. Mettrez-vous dans les services qui existent déjà en Europe – relatifs aux passerelles de paiement, aux paiements de salaire, aux paiements d’assurance? Je veux dire, vous ne le feriez pas, vous partiriez des premiers principes. Le premier principe est  “Comment soutenons-nous les agriculteurs pour qu’ils nourrissent le maximum de personnes?’. Alors, vous allez utiliser la technologie mobile qui leur permet de rester sur place, où ils sont, pour faire cette agriculture. Vous allez leur permettre de faire ce qu’ils font de mieux et de les soutenir.»

La pénétration des smartphones en Afrique est déjà relativement élevée grâce à la démographie jeune du continent et aux services de télécommunications fixes médiocres. Les applications bancaires mobiles et les portefeuilles numériques sont également extrêmement populaires étant donné qu’environ un tiers des Africains ne sont pas bancarisés.

Cela explique en partie pourquoi l’adoption du Bitcoin en Afrique est sans doute la plus élevée au monde.

Compte tenu de l’inflation à deux chiffres qui frappe de nombreuses économies africaines, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les citoyens du continent commencent à tourner le dos aux modèles financiers à gouvernance centrale.

«La centralisation n’a pas fonctionné en Afrique, en partie parce que le centre n’était pas en Afrique. C’était à New York, à Londres, à Paris ou à Pékin.Si vous voulez faire passer la faim et la misère, la façon de le faire est de placer l’agriculture et les agriculteurs au centre de tout cela – garder la richesse hors des mains de quelques-uns et la distribuer parmi les nombreux, donc avoir les processus de prise de décision inscrits dans le code dès le début.

«L’agriculteur peut être le héros de l’histoire si vous la construisez autour de l’agriculteur. Et c’est ce que nous essayons de faire. Nous cherchons des moyens de soutenir l’agriculteur, pas d’exploiter l’agriculteur.», a déclaré Cleverly.

A
A
Thomas Poirier

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 62 793,15 $ -4.83%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 4 098,16 $ -1.57%
DEFI (DEFIPERP) 12 633,10 $ 0.43%
MARKETS (ACWI) 104,90 $ 0.02%
GOLD (XAUUSD) 1 782,72 $ 0.06%
TECH (NDX) 15 489,60 $ 0.66%
CURRENCIES (EURUSD) 1,16 $ -0.2%
CURRENCIES (EURGBP) 0,842670 £ 0.05%
CRUDEOIL (USOIL) 82,58 $ -1.12%
IMM. US (REIT) 2 720,17 $ 0.17%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching d’une heure avec un expert. Remplissez le formulaire et notre expert vous contactera sous 24 heures.