A
A

Bitcoin (BTC) : Un véritable succès pour l'ex PDG de Google

dim 07 Août 2022 ▪ 9h00 ▪ 3 min de lecture - par Sami AYADI

Lors d’une conférence en date de 2014, l’ex PDG de Google Erik Schimidt participa à une conférence au Computer History Museum. Il y affirma que l’architecture du bitcoin est un bijou technologique. Cette vidéo refait aujourd’hui surface sur les réseaux sociaux. A cette occasion, il revenait en effet sur la capacité du bitcoin à ne pas être dupliqué. Sur l’espace digital, cette spécificité a selon lui une immense valeur. Sa structure est en ce sens un outil informatique qui peut être le moteur de start-ups. Pour éviter d’être dupliqué, le réseau Bitcoin a résolu le bien connu problème de la double-dépense.

La double-dépense : Qu’est-ce que c’est ?

La double-dépense est le problème informatique qu’à résolu Bitcoin. Cette prouesse est la source de la valeur de bitcoin. Sans ce critère, quiconque pourrait dupliquer une transaction dans laquelle une unité aurait été dépensée. De la même manière qu’une monnaie fiduciaire dont le billet est unique, le Bitcoin se devait de singulariser chacune de ses unités.

Ainsi, la double-dépense peut être défini comme le fait que la même unité d’une devise fiduciaire ou cryptographique peut être dépensée deux fois. Celle-ci aurait pour conséquence d’émousser la confiance dans la monnaie. Or, la confiance est le ciment de tout système monétaire. Pour éviter les double-dépenses, les cryptomonnaies utilisent une blockchain associant un registre public à des algorithmes cryptographiques. Concrètement, une blockchain est une base de données infalsifiable tout en archivant toutes les transactions effectuées au sein du réseau. Pour cette raison, le risque d’effectuer une double-dépense peut être analysé comme un risque systémique.

La double-dépense : La résolution par la décentralisation

Dans un système décentralisé, il est plus compliqué de s’assurer que les fonds ne sont pas dépensés à deux reprises dès lors qu’il n’existe pas de superviseur. Des participants de même pouvoir doivent se coordonner autour d’un ensemble de règles qui empêchent la fraude et incitent tous les utilisateurs à agir honnêtement. Ce problème a été résolu par la grande innovation du bitcoin. Celui-ci est accompagné du livre blanc dans lequel la solution algorithmique y est présentée avec la structure de données aujourd’hui nommée blockchain.

La blockchain est accessible au public. De ce fait, il est aisé de constater puis d’entraver les activités frauduleuses. Parmi ces activités, il existe notamment les transactions qui ont pour but d’effectuer une double dépense.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Sami AYADI avatar
Sami AYADI

À l'angélisme des intercesseurs du système monétaire actuel, j'oppose la DeFi, les actifs numériques et le metaverse. Juriste au Luxembourg, je m'intéresse aux fonds d'investissement en cryptomonnaies.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !