A
A

CBDC vs bitcoin (BTC) : le prince Philippe de Serbie a choisi son camp !

sam 07 Jan 2023 ▪ 21h00 ▪ 4 min de lecture - par Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

Mis à part la régulation, nos gouvernements n’ont trouvé de mieux que l’émission des CBDC pour endiguer la prolifération des cryptomonnaies. D’après Philip Karageorgevitch, prince héréditaire de Serbie et d’Yougoslavie, ces monnaies numériques de banques centrales promettent plus de mal que de bien. Dans cette jungle de nouveaux actifs financiers, seul le bitcoin est à même d’apporter l’abondance et la liberté dans le monde, estime-t-il.

prince-philip-serbie-bitcoin-vs-cbdc

Bitcoin, garant de la liberté et de l’abondance

Le bear market et les séries d’effondrement de grands exchanges crypto comme Terra et FTX ont mis du vent dans les voiles des crypto-sceptiques et les banques centrales. La PCC qui s’affichait depuis des lustres comme non favorable aux cryptomonnaies mise sur la CBDC pour garder sa mainmise sur les Chinois. L’UE et d’autres pays comme Israël et Hong Kong sont en train de tester leur monnaie numérique respective. La liste risque d’être longue.

Pour le Prince Philip de Serbie, les CBDC ne pourront pas briser le joug des institutions financières telles les banques. Leur long asservissement n’a apporté que des successions d’inflation, de vol d’avoirs de clients et aussi des répressions.

Bitcoin = liberté, richesse et abondance

« Prince Philippe de Serbie : ‘Les CBDC amènent plus d’inflation, de crises, de répression et de violence’.

‘#Bitcoin est un chemin vers plus de liberté, de richesse et d’abondance’ ».

Dans une interview accordée à Cointelegraph, le prince héritier de Serbie et de Yougoslavie n’a pas caché son intérêt croissant pour le bitcoin. D’après ce souverain, la reine des cryptomonnaies est garant de l’inclusion financière dans le monde. Et aussi de la confidentialité et de l’autonomie des nations. Les Ukrainiens, victimes d’une invasion russe, ne nous diront pas le contraire en effet. Idem pour les Russes, affligés par une kyrielle de sanctions occidentales, .

« Le bitcoin, spécifiquement, a le potentiel de promouvoir l’inclusion financière en raison de sa nature décentralisée, qui rend résistant à la censure et à la manipulation », a-t-il précisé.

À lui d’ajouter que :

« Cela peut être particulièrement utile dans les pays ayant un gouvernement autoritaire ou une histoire de conflit, où les individus peuvent craindre de révéler leurs informations financières ou d’être soumis à la censure ou à la saisie de leurs biens. »

Le Prince Philip renie les autres cryptomonnaies

Ce grand fan de bitcoin ne voit dans les altcoins que des tentatives de copies de la cryptomonnaie phare.

« Les gens veulent faire du fiat. Ils veulent produire de l’argent. Et donc, ils vont utiliser la technologie du Bitcoin, les idées du Bitcoin et essayer de se les approprier et de surfer sur cet engouement », dixit le Prince Philip Karageorgevitch.

Bear market oblige, plusieurs altcoins, composés en grande partie de shitcoins, vont encore tomber, prédisent certains analystes. À la fin, il ne restera plus que le bitcoin.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA avatar
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

La révolution blockchain et crypto est en marche ! Et le jour où les impacts se feront ressentir sur l’économie la plus vulnérable de ce Monde, contre toute espérance, je dirai que j’y étais pour quelque chose

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !