la crypto pour tous
A
A

Christine Lagarde en dit plus sur la CBDC

jeu 13 Avr 2023 ▪ 6 min de lecture ▪ par Nicolas T.
Paiement

Christine Lagarde affirme que les banques centrales ne veulent pas programmer les CBDC. Elles laisseront les banques privées s’en charger…

Portrait de Christine Lagarde lors d'une interview.

Votre salaire, avec ou sans date d’expiration ?

S’exprimant lors du Sommet de l’innovation de la Banque des règlements internationaux fin mars, Christine Lagarde a justifié les CBDC par le recul de l’utilisation du cash.

« Nous constatons une diminution de l’utilisation du cash. C’est la tendance générale. Elle a baissé de 72 % à 59 %. […] Les gens expriment clairement leur préférence pour le paiement numérique », a-t-elle déclaré.

Certes, mais peut-être que cette « préférence » s’explique par la raréfaction des distributeurs de billets et les frais de retrait exorbitants…

Concernant la CBDC, la présidente de la BCE a tenté de rassurer en affirmant qu’il n’appartenait pas aux banques centrales de programmer la CBDC :

« Une CBDC émise par une banque centrale ne serait pas programmable. Elle ne serait pas associée à une limitation particulière, que ce soit dans le temps ou dans le type d’utilisation. Ce ne serait à mon sens plus une CBDC, mais un coupon. »

En revanche, les banques privées auront tout le loisir de bidouiller notre argent. « Ceux qui peuvent programmer la CBDC sont les intermédiaires, c’est-à-dire les banques privées », a-t-elle confié.

« C’est leur métier. Elles savent comment le faire, mais si nous devons dire qu’un euro est un euro, qu’il soit liquide ou numérique, alors pour nous, il ne peut pas être programmable. Il peut être associé à une conditionnalité, ce qui est différent, mais il ne peut pas être programmable ».

« L’émission d’une monnaie numérique qui serait la monnaie de la banque centrale ne serait pas programmable […] Ceux qui peuvent associer l’utilisation de la monnaie numérique à la programmabilité seraient les banques privées » : Christine Lagarde, @BIS_org Innovation Summit, mars 2023″

Au bout du bout, les puissants s’apprêtent bel et bien à conditionner l’accès à NOTRE argent. Avec la bénédiction des banques centrales.

Programme-moi

Si C. Lagarde ne veut pas se salir les mains, d’autres ne s’en inquiètent pas. Notamment Bo Li, le directeur général adjoint du FMI et ancien gouverneur adjoint de la Banque populaire de Chine.

Ce dernier déclarait en octobre 2022 lors d’une table ronge organisée à Washington à propos de la programmabilité des CBDC :

« La CBDC peut permettre aux agences gouvernementales et aux acteurs du secteur privé de programmer – de créer des smart contracts – pour permettre des fonctions politiques ciblées. Par exemple, le paiement de l’aide sociale, des coupons de consommation, des bons d’alimentation. En programmant la CBDC, l’argent peut être précisément programmé pour choisir à qui le distribuer et à quelles fins. »

Ainsi, alors que Mme Lagarde affirme que les banques centrales n’ont aucun intérêt à programmer les CBDC, certaines s’y intéressent de près, même si la programmation est déléguée à d’autres.

Par exemple, la Reserve Bank of India étudie la possibilité de créer une CBDC programmable avec des dates d’expiration.

En Thaïlande, le parti Pheu Thai propose d’offrir l’équivalent de 217 dollars à tous les citoyens en cas de victoire aux prochaines élections. Et, surprise, cette CBDC devra être dépensée dans un rayon de 4 km dans une limite de six mois (hors cigarettes et alcool).

Dit autrement, les Thaïlandais mettraient le pied à l’étrier d’un système de contrôle total sur ce qu’ils peuvent consommer, où et quand.

Tel est l’objectif ultime : faire disparaître le cash et s’octroyer le pouvoir de limiter et/ou d’orienter la consommation. Un tel système permettrait par exemple de réduire le déficit de la balance commerciale du pays. Où de couper les vivres à un journaliste trop curieux…

Levée de boucliers aux États-Unis

Plusieurs politiciens américains présidentiables sont vent debout contre la CBDC. Le gouverneur de Floride Ron DeSantis veut même l’interdire à titre préventif :

« Nous considérons que la CBDC est une menace pour la liberté. L’idée d’une CBDC est l‘une des choses que nous allons interdire en Floride cette année. […] Ils nous diront que la CBDC ne fera pas l’objet d’abus, mais nous ne sommes pas nés de la dernière pluie. »

Même avis du côté de Robert F. Kennedy (neveu de JFK) :

« Nous devrions nous méfier. Les CBDC sont les mécanismes ultimes de surveillance et de contrôle social. Les cryptomonnaies comme le bitcoin offrent au public un moyen d’échapper à l’éclatement de la bulle. La Maison Blanche est de connivence avec les banksters pour nous maintenir piégés dans cette bulle. »

Ou comme dirait Christine Lagarde à propos du Bitcoin, « s’il y a une échappatoire, elle sera utilisée »…

Heureusement que nous avons un système monétaire parallèle tel que le Bitcoin. Il sera indispensable face à une monnaie orwellienne reliée à un crédit social. Ce système est déjà en gestation en Chine :

« Le système de crédit social de la Chine est une combinaison de surveillance gouvernementale et commerciale qui donne aux citoyens une note pouvant restreindre leur liberté – telles que l’achat de billets d’avion ou de train, l’acquisition de biens immobiliers ou l’obtention de prêts – à cause de leurs façons de vivre. »

Voulons-nous d’un monde dans lequel une intelligence artificielle fouille nos historiques d’achats, de recherche internet, nos fréquentations ou nos déclarations pour juger si nous sommes dignes de dépenser notre argent comme bon nous semble ?

Un monde dans lequel nous n’aurions d’autre choix que de voir notre épargne massacrée par l’inflation résultante des mauvais choix d’une élite d’incapables ?

Face à cette dystopie, le bitcoin sera toujours là.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


Cliquez ici pour rejoindre 'Read to Earn' et transformez votre passion pour la crypto en récompenses !
A
A
Nicolas T. avatar
Nicolas T.

Reporting on Bitcoin, "the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy".

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.