A
A

Crypto : Bientôt un nouvel eldorado en Europe ?

jeu 01 Déc 2022 ▪ 20h00 ▪ 7 min de lecture - par Martin

En pleine Méditerranée, l’île de Chypre cherche à devenir un pôle crypto majeur dans l’écosystème européen. Porté par des politiques publiques accommodantes et un pôle universitaire dynamique, le pays aimerait développer ses infrastructures numériques pour renforcer son attractivité. Une future « blockchain island » à l’horizon ?

Crypto: un bateau navigue en direction de bitcoin

Aux frontières de l’Europe

Avec ses 1 200 000 habitants, Chypre compte profiter de sa petite taille et de son emplacement insulaire pour développer son industrie numérique. Membre de l’UE depuis 2004, il s’agit du pays le plus excentré d’Europe, à quelques encablures du Proche-Orient. Son histoire récente particulièrement agitée le place dans une position enclavée (la Turquie occupe le tiers de l’île depuis 1974). Faute de pouvoir rivaliser sur le plan militaire avec son hostile voisin, le pays souhaite néanmoins construire son indépendance numérique.

Le gouvernement ambitionne d’émanciper l’île en développant son attractivité, sans forcément passer par le tourisme. Chypre prend un ainsi un cap numérique, avec la diversification comme horizon, et la blockchain et les cryptomonnaies comme boussole. Le petit état souhaite aussi pouvoir relocaliser une partie de ses datacenters en misant sur la manne énergétique que représente le solaire. La ressource est en effet particulièrement abondante dans cette région, géographiquement plus proche de l’Afrique que du continent européen.

Une communauté crypto dynamique

L’intérêt chypriote pour la technologie blockchain et ses promesses d’applications ne vient pas de nulle part. Il existe en effet une importante communauté crypto. Elle rassemble utopistes, entrepreneurs et autres sympathisants du bitcoin. Environ 11 % de la population chypriote serait intéressée par les cryptomonnaies. La capitale, Nicosie, accueille des événements et des ateliers organisés de manière indépendante et régulière. Ils couvrent un large éventail de domaines d’intérêt liés à la blockchain et aux cryptomonnaies. Cette carte interactive donne un aperçu de l’intérêt des communautés locales pour les cryptos.

Le paradis pour les entreprises et les investisseurs ?

Pour parvenir à ses objectifs, l’État chypriote cherche depuis longtemps à attirer les investissements de l’étranger. Chypre n’est pas tout à fait un paradis fiscal au sens strict du terme (membre de l’UE, soumis à une réglementation stricte). Dans les faits, le pays reste tout de même très attractif au niveau fiscal. Entretenant des relations historiques avec la diaspora russe, de nombreux oligarques alimentent l’économie de l’île. Cependant, la guerre en Ukraine a mis à mal ce lien : l’état chypriote cherche donc de nouveaux fonds pour alimenter ses ambitions et son économie.

Dans un secteur où tout reste à prouver, le gouvernement prend ainsi quelques risques en investissant dans la blockchain et les cryptomonnaies. Car même si l’île connaît aujourd’hui un certain essor, le souvenir de la crise bancaire de 2012 reste intact dans l’esprit des investisseurs. Par ailleurs, l’économie chypriote est toujours fortement dépendante du tourisme. Elle peut en revanche compter sur son impressionnante flotte marchande (11ᵉ puissance maritime en termes de nombre de bateaux, la 3ᵉ en Europe).

Une stratégie étatique en faveur des cryptos

Bien que la loi ne donne aucun cadre spécifique aux cryptos et à la blockchain, l’intérêt de l’État pour ces technologies est croissant. Plusieurs domaines stratégiques ont été identifiés. Cadastre, douanes, certification pédagogique/certification numérique, KYC, chaîne d’approvisionnement… Autant de domaines que le gouvernement souhaite associer aux nouvelles technologies émergentes : la blockchain et les NFT auront leurs cas d’usages. C’est déjà le cas avec l’entreprise Vechain, spécialisée dans la traçabilité via la blockchain. Depuis 2020, elle contribue à améliorer l’accessibilité et le stockage des informations auprès des infrastructures de santé du pays. Au niveau financier, l’État a également donné son feu vert pour l‘implantation de la néo-banque Revolut. Les crypto-actifs sont désormais disponibles pour les clients chypriotes.

Étudier la blockchain à l’université : un pôle historique à Chypre

L’université de Nicosie est un centre de recherche important qui étudie les phénomènes technologiques liés à la blockchain depuis 2014. L’UNIC s’est imposée comme un facilitateur majeur de l’éducation à la blockchain et au web 3.0, non seulement à Chypre, mais aussi dans le monde entier. Pour l’île, miser sur l’offre de formation est une autre façon de se construire un soft power numérique. Le département est d’ailleurs régulièrement consulté par la commission européenne pour produire des analyses des écosystèmes crypto du continent. Le département universitaire propose notamment cours en ligne accessibles à tous et dans le monde entier. Le cursus de l’UNIC (« Introduction aux monnaies numériques ») a été suivi par près de 40 000 étudiants depuis 2014. Pour joindre le discours aux actes, elle délivre ses diplômes et certificats sous forme de NFT, en plus du traditionnel diplôme papier.

La technologie NFT permet en effet l’authentification de documents, grâce à ses propriétés de non-fongibilité numérique. En 2022, l’UNIC a d’ailleurs annoncé un nouveau cours ouvert à propos des NFT et du métavers. Il s’ajoute au MOOC (massive open online course) sur la finance décentralisée (DeFi). L’université de Nicosie souhaite ainsi enrichir son offre de formation en s’entourant d’une équipe de chercheurs pluridisciplinaire. Ce fort développement s’inscrit encore une fois dans une stratégie à long terme. En misant sur la formation, le pays souhaite attirer les cerveaux qui construiront l’économie numérique de demain.

Conclusion

Certes, Chypre est une petite nation. Pourtant, elle rêve d’innovation. Peut-elle devenir un modèle pour les autres nations cryptos dans le monde ? Ambitieux, le pays insulaire souhaite développer son industrie numérique grâce notamment à la blockchain. Cette stratégie vise à faire valoir le pays auprès de la communauté internationale, tandis que les relations avec le voisin turc ne peuvent pas s’apaiser. Ce petit État assez méconnu pourrait bien faire parler de lui dans l’écosystème des cryptos et de la blockchain. Une nouvelle « blockchain island » en Europe ?

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Martin avatar
Martin

Fasciné par l'histoire du Bitcoin et le mouvement cypherpunk, je pense que les citoyens doivent réinvestir le champ de la monnaie. Mon but ? Démocratiser et rendre visible le potentiel de la blockchain et des cryptomonnaies.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !