A
A

Ethereum : Un an post-Merge, la menace de la centralisation persiste !

ven 15 Sep 2023 ▪ 6 min de lecture ▪ par Fenelon L.
S'informer Event

Un an après le passage historique d’Ethereum vers le mécanisme de consensus Proof-of-Stake (PoS), la deuxième plus grande crypto au monde continue d’évoluer. Toutefois, le chemin reste jonché de défis techniques et de préoccupations concernant une éventuelle centralisation.

Un an apres le Merge, Ethereum est entre ecologie et decentralisation

Ethereum post-Merge : Cap sur l’Éco-transition

La fusion d’Ethereum avec la Beacon Chain, réalisée il y a exactement un an, a provoqué une nette réduction de sa consommation énergétique.

Initialement basé sur un modèle de preuve de travail (PoW) très énergivore, Ethereum est passé à un système de preuve d’enjeu (PoS), nettement plus respectueux de l’environnement.

Selon les données de Cambridge Center for Alternative Finance, cette transition a diminué sa consommation d’énergie de près de 99,9 %, passant de 21 Térawattheures à quasiment rien.

Outre les aspects énergétiques, cette mutation a conduit à une réduction de l’offre d’ETH. Selon les données d’Ultrason.Money, plus de 300 000 ETH ont été brûlés depuis le Merge. Bien que, théoriquement, cette réduction de l’offre aurait pu provoquer une augmentation des prix, des facteurs macroéconomiques, comme la crise bancaire, ont contrecarré cette tendance.

Jalonnement crypto : une nouvelle ère pour Ethereum, mais à quel prix ?

L’adoption de la preuve d’enjeu a introduit une nouvelle figure centrale dans l’écosystème Ethereum : les validateurs. Contrairement aux mineurs de l’époque PoW, les opérateurs de staking liquide se sont imposés sur la scène Ethereum, avec 19,5 milliards de dollars d’ETH stakés par leurs intermédiaires. 

La mise à jour de Shapella en avril 2023 a largement favorisé le staking d’ETH. Les fournisseurs de jalonnement liquide tels que Lido et Rocket Pool sont les grands bénéficiaires de cette évolution. Lido, à lui seul, détient actuellement une impressionnante part de 72% de tous les ETH en staking, soulevant des préoccupations sur la centralisation potentielle du système.

Feeny, PDG de Labry, tout en valorisant les avantages du Liquid Staking, a alerté sur le risque de centralisation, notamment en ce qui concerne des fournisseurs tels que Lido Finance.

 « Lido gère à ce jour 32,26 % de tous les Ether en staking sur le réseau, représentant plus de 14 milliards de dollars. Sur le long terme, je suis persuadé qu’Ethereum est mieux positionné avec le jalonnement liquide qu’en son absence. Cependant, de nombreux obstacles restent à surmonter, » a déclaré Feeny à Cointelegraph.

Tandis que certains fournisseurs envisagent d’instaurer une limite de 22 % pour le staking afin de préserver la décentralisation, Lido a décidé de ne pas adhérer à cette initiative. Il possède à ce jour 32,26 % de l’ensemble des ETH stakés, une concentration qui pourrait présenter des risques pour le réseau à l’avenir.

Lido à lui seul détient 72% de tous les ETH en staking.
Lido détient actuellement 72 % de tous les ETH mis en jeu sur Ethereum. Source : DeFiLlama

La vision crypto de Vitalik Buterin pour un avenir décentralisé

En dehors du staking, la diversité des clients reste également un enjeu central. Lors de la Korea Blockchain Week, Vitalik Buterin a pointé du doigt la centralisation comme étant l’une des principales préoccupations d’Ethereum à adresser. Il a évoqué six défis à surmonter pour résoudre cette problématique, y compris la nécessité de diversifier les nœuds d’Ethereum.

Rappelons qu’à l’heure actuelle, la majorité des 5 901 nœuds Ethereum actifs sont administrés par des fournisseurs web centralisés tels qu’Amazon Web Services. Selon plusieurs experts, cette configuration met la blockchain Ethereum en position vulnérable face à un potentiel point unique de défaillance. Cette centralisation pose des risques considérables pour Ethereum. 

La majorité des 5 901 nœuds Ethereum actifs sont administrés par des fournisseurs web centralisés tels qu'Amazon Web Services
Distribution des nœuds Ethereum selon les fournisseurs de services Web. Source : Ethernode.

Pour Buterin, il est crutial d’encourager l’opération des nœuds par des particuliers en diminuant les coûts et les exigences matérielles, ceci afin d’assurer une décentralisation pérenne.

« À l’heure actuelle, un nœud nécessite des centaines de Gigaoctets de données pour fonctionner. Avec des clients sans état, il est possible d’exécuter un nœud avec quasiment aucune donnée. »

Buterin envisage de combattre la centralisation en optant pour une exploitation des nœuds quasi dépourvue de données, une idée qu’il nomme « apatridie ». Cependant, il admet que même si ces challenges sont primordiaux, ils pourraient prendre une décennie, voire plus, pour être complètement surmontés.

Ethereum a accompli d’importants progrès en termes d’efficacité énergétique grâce à sa transition vers la preuve d’enjeu. Toutefois, de nombreux obstacles demeurent. Les enjeux de centralisation et les ajustements techniques nécessitent une vigilance et une innovation permanentes afin d’assurer un futur solide et décentralisé.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Fenelon L. avatar
Fenelon L.

Passionné par le Bitcoin, j'aime explorer les méandres de la blockchain et des cryptos et je partage mes découvertes avec la communauté. Mon rêve est de vivre dans un monde où la vie privée et la liberté financière sont garanties pour tous, et je crois fermement que Bitcoin est l'outil qui peut rendre cela possible.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.