A
A

Crypto : Partenariat historique entre La France et Singapour

mer 13 Juil 2022 ▪ 4 min de lecture ▪ par Luc Jose A.

Depuis quelque temps, les institutions bancaires partout dans le monde envisagent d’utiliser les actifs numériques pour proposer de nouveaux services. C’est le cas de la Banque de France et de l’Autorité monétaire de Singapour qui travaillent activement sur un système d’interopérabilité qui devra supporter les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) mondiales.

Simulation de transactions transfrontalières et inter-devises pour une monnaie numérique de banque centrale

Le jeudi, la Banque de France et l’Autorité monétaire de Singapour ont annoncé conjointement qu’elles avaient fait avec brio une expérience complète de paiement et de règlement transfrontaliers axés sur les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) en utilisant la technologie blockchain. Elles ont précisé que la division Onyx (spécialisée dans les devises numériques) de JPMorgan, la plus grande banque d’investissement aux États-Unis, leur a apporté son expertise et un grand soutien. Il faut savoir que la blockchain utilisée est basée sur le réseau Quorum de la banque d’investissement. Il s’agit d’une blockchain sécurisée et fiable. 

Dans le cadre de l’expérience menée, la Banque de France et l’Autorité monétaire de Singapour ont simulé des transactions transfrontalières et inter-devises pour une CBDC qui était liée au dollar de Singapour ainsi qu’à l’euro. Dans leur publication, les deux institutions ont indiqué : « Bien que l’expérience ait été limitée à deux banques centrales, la conception du réseau m-CBDC [multiple CBDC] a permis de mettre à l’échelle celui-ci en vue de soutenir la participation de plusieurs banques centrales et banques commerciales situées dans différentes juridictions. ».

Le projet des deux institutions a permis d’évaluer l’interopérabilité entre différents types d’infrastructures de cloud computing. En effet, l’expérience a permis d’explorer des infrastructures de cloud computing privées et publiques en France et à Singapour sur lesquelles étaient installés des nœuds de blockchain.

Une expérience qui ouvre la voie à d’autres projets sur les applications CBDC

La Banque de France a souligné que le projet en cours est l’une de ses dernières réalisations dans le cadre de son programme d’expérimentation qui prend bientôt fin. Sopnendu Mohanty, responsable de la fintech de l’Autorité monétaire de Singapour, a déclaré que ce nouveau développement va aider les institutions financières de plusieurs pays à « transiger directement entre elles dans différentes devises ». « Cette expérience de m-CBDC a innové en décentralisant l’infrastructure financière, pour améliorer la gestion des liquidités et les services de tenue de marché », a-t-il précisé.

En fin de compte, le projet qui constitue la dernière expérience CBDC réalisée par de grandes institutions bancaires marque une phase importante dans le processus de création d’applications CBDC transfrontalières. Rappelons que la division Onyx de JPMorgan est intervenue sur un projet similaire pour la Banque centrale de Bahreïn au cours du mois de mai.

L’institution bancaire américaine s’est également associée à la plus grande banque de Singapour, DBS, afin d’ouvrir une nouvelle société. Cette dernière porte sur les transactions transfrontalières et vise à améliorer le développement en cours de la CBDC.

Dans une récente annonce, les banques centrales de France et de Singapour ont expliqué qu’elles construisaient activement un système d’interopérabilité. Ce dernier est conçu pour relier les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) de plusieurs institutions à travers le monde. Les essais réalisés jusque-là se sont soldés par un succès et marquent un grand pas dans le secteur.

Source : cryptopost

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Luc Jose A. avatar
Luc Jose A.

Diplômé de Sciences Po Toulouse et titulaire d'une certification consultant blockchain délivrée par Alyra, j'ai rejoint l'aventure Cointribune en 2019. Convaincu du potentiel de la blockchain pour transformer de nombreux secteurs de l'économie, j'ai pris l'engagement de sensibiliser et d'informer le grand public sur cet écosystème en constante évolution. Mon objectif est de permettre à chacun de mieux comprendre la blockchain et de saisir les opportunités qu'elle offre. Je m'efforce chaque jour de fournir une analyse objective de l'actualité, de décrypter les tendances du marché, de relayer les dernières innovations technologiques et de mettre en perspective les enjeux économiques et sociétaux de cette révolution en marche.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.