la crypto pour tous
A
A

Technologies et fonctionnement des CBDC

10 min de lecture ▪ par Luc Jose A.
Apprendre

Les monnaies numériques de banque centrale (CBDC) représentent une évolution significative dans la gestion financière à l’échelle globale. Conçues pour améliorer la sécurité et l’efficacité des transactions économiques, les CBDC s’appuient sur des technologies de pointe. Cet article explore en profondeur les technologies qui sous-tendent ces monnaies.

Des CBDC construits sur des blockchains

Le contexte et les motivations derrière les CBDC

Les monnaies numériques de banque centrale (CBDC) sont nées de la nécessité de moderniser le système financier global, tout en offrant une réponse institutionnelle à l’essor des cryptomonnaies. Elles sont envisagées comme des instruments pouvant renforcer la politique monétaire et financière, tout en augmentant l’efficacité des transactions économiques. Nous explorerons plus en détail les principales raisons de leur développement, les avantages escomptés et les défis qu’elles présentent.

Pourquoi les CBDC ?

Les banques centrales à travers le monde reconnaissent le potentiel des CBDC pour simplifier les systèmes de paiement et renforcer la sécurité monétaire. En contrôlant directement ces monnaies numériques, elles peuvent réduire les coûts associés à la production de monnaie physique et les frictions dans les transactions transfrontalières.

De plus, les CBDC permettent une mise en œuvre plus directe des politiques monétaires, en offrant des moyens novateurs de distribuer des stimuli financiers directement aux citoyens en cas de nécessité économique. Cela représente un atout non négligeable pour répondre rapidement à des crises financières ou économiques, en permettant une circulation plus fluide et rapide de la monnaie.

Avantages des CBDC

L’introduction des CBDC promet d’améliorer significativement l’efficacité du système de paiement global. En réduisant les intermédiaires, les transactions deviennent plus rapides et moins coûteuses, un avantage à la fois pour les consommateurs et pour les entreprises. De plus, les CBDC pourraient aider à lutter contre la fraude et le blanchiment d’argent grâce à leur traçabilité améliorée comparée à celle des monnaies traditionnelles. Ce contrôle accru sur le flux monétaire pourrait également contribuer à une plus grande stabilité financière, en limitant les risques associés aux fluctuations des devises numériques non régulées comme les cryptomonnaies, qui ont montré une volatilité extrême par le passé.

Défis et critiques

Toutefois, le déploiement des CBDC n’est pas sans défis. La question de la vie privée est au cœur des préoccupations : comment équilibrer la nécessité de surveiller et de réguler les flux financiers avec le droit des individus à la confidentialité de leurs transactions ?

Par ailleurs, l’impact des CBDC sur les banques traditionnelles est également un sujet brûlant. Avec les CBDC, les citoyens pourraient préférer stocker leur argent sous forme numérique directement auprès de la banque centrale, réduisant ainsi le rôle des banques commerciales comme intermédiaires financiers.

Enfin, la résilience des technologies sous-jacentes aux attaques cybernétiques représente un autre défi majeur des CBDC. La sécurité des systèmes qui gèrent les CBDC doit être impénétrable pour éviter les risques de vol ou de manipulation qui pourraient menacer l’économie tout entière.

Les technologies derrière les CBDC : une combinaison de blockchain et de protocoles de sécurité pour une monnaie fiable
Les technologies derrière les CBDC : une combinaison de blockchain et de protocoles de sécurité pour une monnaie fiable

Les technologies utilisées dans les CBDC

L’implémentation des monnaies numériques de banque centrale (CBDC) repose sur un éventail de technologies innovantes, principalement centrées autour des systèmes de registre distribué (DLT). Ces technologies doivent non seulement assurer la sécurité et l’efficacité des transactions, mais également garantir la conformité et l’intégration au sein des systèmes économiques existants.

Blockchain et DLT

Les CBDC sont souvent basées sur des versions modifiées de la technologie blockchain, utilisant des réseaux à permission (permissioned networks) où l’accès est régulé par l’autorité émettrice, typiquement la banque centrale. Cette approche garantit que toutes les transactions sont vérifiées et enregistrées de manière transparente et immuable, tout en permettant à la banque centrale de maintenir un contrôle complet sur la monnaie.

La technologie DLT offre des avantages en termes de réduction du risque de contrepartie et d’amélioration de l’efficacité des paiements transfrontaliers. Elle facilite également l’intégration de protocoles de sécurité avancés qui sont essentiels pour protéger contre les fraudes et garantir la validité des transactions. Cependant, l’utilisation de DLT dans les CBDC nécessite une infrastructure robuste et une expertise technique pour gérer les défis liés à l’évolutivité et à la gestion de grands volumes de transactions.

Alternatives sans blockchain

Bien que la blockchain soit une composante populaire des CBDC, certaines banques centrales explorent des technologies alternatives pour éviter certains inconvénients de la blockchain, tels que les coûts énergétiques élevés ou les problèmes de latence. Ces technologies incluent des bases de données centralisées avancées qui peuvent traiter des transactions à grande échelle de manière plus efficace. En utilisant ces systèmes, les banques centrales peuvent optimiser les performances tout en conservant un contrôle centralisé, ce qui est important pour la régulation monétaire et financière. Ces solutions offrent également la flexibilité nécessaire pour s’adapter aux exigences spécifiques de la politique monétaire sans compromettre la sécurité ou la transparence des opérations.

Protocoles de sécurité

La sécurité et la confidentialité sont des piliers dans le développement des CBDC. Pour protéger les transactions et les données des utilisateurs, les banques centrales implémentent des mesures de sécurité de pointe, telles que le chiffrement avancé, l’authentification multifacteurs et des protocoles de sécurité rigoureux. Ces mesures permettent de prévenir les cyberattaques et garantissent que les informations sensibles restent protégées. En outre, les aspects de confidentialité sont traités par des mécanismes qui permettent aux utilisateurs de bénéficier des avantages des CBDC tout en préservant leur anonymat dans certaines conditions. Cela nécessite un équilibre délicat entre la nécessité de surveiller et prévenir les activités illégales et le droit à la vie privée des citoyens.

Le fonctionnement des CBDC

Les monnaies numériques de banque centrale (CBDC) sont des instruments financiers conçus pour moderniser l’infrastructure monétaire actuelle, améliorer l’efficacité des paiements et renforcer la sécurité des transactions économiques. Leur fonctionnement repose sur des principes clairement définis. Examinons en détail ces aspects pour mieux comprendre comment les CBDC fonctionnent au quotidien dans différents contextes économiques et financiers.

Émission et régulation

Les CBDC sont émises exclusivement par les banques centrales, ce qui leur confère une stabilité et une fiabilité inégalées comparées aux monnaies numériques non régulées. En tant qu’équivalent numérique de la monnaie fiduciaire, chaque unité de CBDC est directement soutenue par la banque centrale, assurant ainsi sa valeur. La régulation stricte par les banques centrales permet non seulement de contrôler la masse monétaire en circulation, mais aussi de répondre efficacement à des situations économiques fluctuantes. Cette régulation centralisée aide également à maintenir la confiance dans le système financier, un élément crucial pour l’adoption généralisée des CBDC. La flexibilité dans la manipulation de la politique monétaire via les CBDC pourrait permettre des interventions plus précises et plus rapides en cas de nécessité économique, offrant ainsi un outil puissant pour la stabilisation macroéconomique.

Processus de transaction

Le processus de transaction avec les CBDC se veut simple et sécurisé, visant à faciliter les paiements numériques pour tous les utilisateurs. Grâce à des applications et des portefeuilles numériques spécifiques, les utilisateurs peuvent effectuer des transactions instantanées, que ce soit pour des paiements de détail ou des transferts de fonds à grande échelle. Les transactions sont vérifiées et enregistrées sur une plateforme de registre distribué ou sur un système centralisé, selon la technologie adoptée par la banque centrale. Ce système assure non seulement la rapidité et la transparence des transactions, mais aussi leur irréversibilité, contribuant ainsi à réduire le risque de fraude. En outre, l’intégration de technologies avancées permet une synchronisation efficace avec les systèmes bancaires traditionnels, facilitant ainsi les échanges entre monnaies numériques et fiduciaires sans heurts.

Conclusion

L’exploration des technologies et du fonctionnement des monnaies numériques de banque centrale (CBDC) révèle leur potentiel révolutionnaire pour remodeler le paysage financier. Grâce à des infrastructures technologiques robustes et à des processus de transaction sécurisés, les CBDC promettent d’augmenter la transparence, d’accélérer les paiements et de renforcer la stabilité économique. Toutefois, leur succès dépendra de la capacité à équilibrer innovation technologique et respect de la vie privée. Si ces défis sont relevés avec succès, les CBDC pourraient devenir un pilier de l’avenir financier, facilitant une transition harmonieuse vers une économie plus numérisée et interconnectée.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


Cliquez ici pour rejoindre 'Read to Earn' et transformez votre passion pour la crypto en récompenses !
A
A
Luc Jose A. avatar
Luc Jose A.

Diplômé de Sciences Po Toulouse et titulaire d'une certification consultant blockchain délivrée par Alyra, j'ai rejoint l'aventure Cointribune en 2019. Convaincu du potentiel de la blockchain pour transformer de nombreux secteurs de l'économie, j'ai pris l'engagement de sensibiliser et d'informer le grand public sur cet écosystème en constante évolution. Mon objectif est de permettre à chacun de mieux comprendre la blockchain et de saisir les opportunités qu'elle offre. Je m'efforce chaque jour de fournir une analyse objective de l'actualité, de décrypter les tendances du marché, de relayer les dernières innovations technologiques et de mettre en perspective les enjeux économiques et sociétaux de cette révolution en marche.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.