A
A

Gary Gensler met SBF au sec

mer 14 Déc 2022 ▪ 21h00 ▪ 4 min de lecture - par Nicolas Teterel

Scandale FTX oblige, la SEC hausse le ton. Sale temps pour les casinos.

gary gensler président de la SEC

La SEC s’occupe du cas SBF

La SEC a lancé des poursuites contre FTX et son co-fondateur Sam Bankman-Fried. Ce dernier est accusé d’avoir orchestré « un plan visant à escroquer les investisseurs ».

Le président de la SEC n’a pas mâché ses mots :

« Nous pensons que SBF a construit un château de cartes sur fond de tromperies. La fraude présumée commise par SBF est un signal d’alarme pour les exchanges qui doivent se mettre en conformité avec nos lois. »

La SEC avance que FTX « a levé plus de 1,8 milliard de dollars auprès d’investisseurs, dont environ 1,1 milliard de dollars à 90 investisseurs basés aux États-Unis ». Elle accuse également SBF d’avoir fait « la promotion de FTX en tant qu’exchange sûr et responsable, vantant spécifiquement sa gestion du risque sophistiquée et automatisée ».

La plainte allègue « qu’en réalité, Sam Bankman-Fried a orchestré une fraude des années durant afin de dissimuler le détournement secret des fonds des clients de FTX vers Alameda Research, son fonds privé ».

SBF restera derrière les barreaux jusqu’au 8 février

Faire un exemple de FTX

En outre, l’exchange FTX est accusé d’avoir « fourni à Alameda une « ligne de crédit » virtuellement illimitée et financée par ses clients ».

Mais aussi de n’avoir pas révélé « le risque découlant de l’exposition de FTX aux avoirs surévalués et illiquides d’Alameda, notamment sous forme de tokens FTT ».

Gurbir S. Grewal, directeur de la Division of Enforcement de la SEC, a déclaré que « FTX opérait derrière un vernis de légitimité que M. Bankman-Fried a créé en vantant, entre autres, sa gestion des risques à la pointe ». « Mais ce vernis n’était pas seulement mince, il était frauduleux ».

« Nous le disons à tous les exchanges qui ne se conforment pas aux lois sur les securities, la SEC est prête à passer à l’action », peut-on lire dans le communiqué.

Ces mises en garde font écho à celles des CSA (Canadian Securities Administrators). Ces derniers ont annoncé en même temps que le dépôt de plainte de la SEC que tous les exchanges opérant au Canada doivent immédiatement se pré-enregistrer auprès d’elles.

Le Canada a même prévenu qu’il est désormais interdit aux exchanges de fournir des effets de levier à leurs clients canadiens.

Cette mesure fera certainement des déçus. Mais elle protègera in fine les petits investisseurs bien souvent lessivés par les effets de levier criminels.

Espérons pour CZ que Binance est effectivement en ordre et que chaque BTC appartenant à ses clients est bien liquide…

« CZ prévient ses employés qu’il faut s’attendre à des turbulences maintenant Binance est sous le feu des projecteurs suite à la faillite de FTX »

Une réduction drastique des effets de levier au niveau mondial aurait pour conséquence de réduire la volatilité. Il serait alors beaucoup plus difficile d’organiser des pump & dump.

Les shitcoins perdraient leur principal « usecase », rabattant enfin les masses vers la véritable révolution monétaire, celle de Satoshi Nakamoto.

« There is no second best »…

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Nicolas Teterel avatar
Nicolas Teterel

Journaliste rapportant sur la révolution Bitcoin. Mes papiers traitent du bitcoin à travers les prismes géopolitiques, économiques et libertaires.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !