A
A

Jean-Luc Mélenchon charge les cryptomonnaies

ven 20 Mai 2022 ▪ 5 min de lecture ▪ par Nicolas T.

Jean-Luc Mélenchon, qui chapeaute désormais la « Nouvelle union populaire écologique et sociale » en vue des élections législatives, s’est attaqué aux cryptomonnaies.

Alerte au boomer

JLM suggère que la chute des cryptomonnaies serait responsable de la chute boursière. Allons bon, et pourquoi pas responsable de la crise économique tant qu’on y est ?

Voici le tweet en question :

Avant de réfuter cette sournoise déclaration, notons que JLM n’a pas visé le bitcoin directement. Peut-être n’en pense-t-il pas moins, ce qui est probable. Néanmoins, concédons que la vaste majorité des altcoins, sinon tous, sont effectivement des arnaques.

Il en existe des milliers. Des milliers de ponzis popularisés grâce à des crypto boys rémunérés pour leur mauvaise influence. À ce titre, la récente affaire LUNA illustre parfaitement le fait qu’il se crée sans arrêt des pastiches se présentant comme le « prochain bitcoin ».

Les uns avancent pouvoir gérer plus de transactions à la seconde. Les autres se disent plus anonymes. Même l’ethereum se fait passer pour de l’or numérique alors qu’ils n’est qu’une plateforme permettant de créer des applications décentralisées (prétendument).

Profitons de l’occasion pour marteler que l’on ne peut pas « améliorer » le bitcoin. Le fameux trilemme veut qu’il soit impossible « d’améliorer » une dimension du bitcoin (vitesse, décentralisation et sécurité) sans en amoindrir une autre.

Il serait par exemple parfaitement possible d’augmenter la vitesse de transaction du bitcoin. Mais une telle amélioration se ferait au détriment de la décentralisation. De même que réduire sa consommation d’énergie reviendrait à réduire sa sécurité.

Adam Back, l’un des ingénieurs cités dans le white paper du bitcoin, explique dans la vidéo suivante avoir passé beaucoup de temps à tenter d’améliorer le Bitcoin, sans succès. Et soit dit en passant, le bitcoin peut désormais gérer des millions de transactions à la seconde grâce au Lightning Network

« Adam Back, inventeur du Proof of Work, explique pourquoi le bitcoin ne peut pas être fondamentalement amélioré. »

Bref, il est donc vrai que « l’univers des cryptos » est surtout un univers d’imitations bancales n’apportant rien de plus par rapport au bitcoin, ou qui tout du moins ne servent pas à la même chose. Néanmoins, il ne faudrait pas que JLM franchisse la ligne rouge en allant jusqu’à mépriser le bitcoin. Surtout lui qui s’érige en protecteur des pauvres.

Bitcoin (BTC), le compte épargne de la plèbe

Le bitcoin est conçu pour être la meilleure réserve de valeur que l’humanité est jamais connue.

N’importe qui possédant un smartphone à 50 euros peut en obtenir. Tout le contraire des actions de bourses, des œuvres d’art et de l’immobilier que l’on ne peut obtenir qu’à partir d’un certain niveau de richesse.

Ainsi va le monde. Les pauvres subissent l’inflation alors que les riches en profitent puisque que ce sont eux qui possèdent le capital dont valeur augmente sans rien faire. Telle est la conséquence du ponzi de la monnaie fiat auquel JLM ne trouve rien à redire, aux dernières nouvelles.

Lui aussi estime que la BCE doit racheter les dettes. Et quitte à faire les choses proprement, le député voudrait également que la dette rachetée par la BCE soit annulée.

Sauf que l’on ne peut pas annuler les dettes. Le faire provoquerait tout simplement une inflation gigantesque venant immédiatement oblitérer le gain espéré. Or, encore une fois, l’inflation accroît les inégalités.

Pour en revenir au tweet, il est faux de dire que la chute du bitcoin serait à l’origine de la chute des bourses. Non, les bourses chutent à cause de la guerre et de l’affrontement entre l’occident, la Russie et la Chine.

Cette guerre économique est le résultat de la folie expansionniste de l’OTAN vers la Russie qui se trouve être le premier exportateur mondial d’énergie. D’où l’ inflation qui force les banques centrales à fermer le robinet à liquidités. Voilà ce qui provoque réellement l’écroulement des bourses et la récession mondiale. Le bitcoin n’y est pour rien.

Terminons en rappelant que 44 pays pauvres se sont réunis en début de semaine au Salvador pour discuter des bienfaits du bitcoin. Le Salvador l’utilise pour que la diaspora puisse transférer de l’argent à leur famille sans se faire racketter par Western Union.

JLM devrait y être sensible, lui qui disait ceci en novembre dernier :

Le bitcoin est la seule propriété que l’Histoire ne pourra pas voler aux petites gens. Seul un socialiste tartuffe ne voudrait pas comprendre qu’il est l’assurance insaisissable du pauvre. Nous en aurons besoin face au reset monétaire dont on entend les roulements de tambours depuis le 20 février.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Nicolas T. avatar
Nicolas T.

Le Bitcoin est une éruption d'énergie chiffrée incensurable se diffractant aux quatre coins d'un monde en ébullitions géopolitique et inflationniste. Je vous tiens au courant.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.