A
A

La Namibie tolère les paiements en Bitcoin

sam 08 Oct 2022 ▪ 21h00 ▪ 3 min de lecture - par Nicolas Teterel

Si la banque centrale de Namibie tolère les paiements en Bitcoin, son cœur balance plutôt du côté de la CBDC.

bitcoin

Bien que le bitcoin n’est pas cours légal, les marchands namibiens peuvent l’accepter s’ils le souhaitent. C’est ce que dit le communiqué à propos de la conférence « CBDC et actifs numériques » :

« Au cours de cet événement, la Banque centrale a noté que les actifs numériques restent sans cours légal en Namibie. L’acceptation des actifs numériques pour le paiement de biens et de services reste à la discrétion des marchands […]. »

La Banque a également réaffirmé sont scepticisme vis-à-vis des ICO (Initial Coin Offering), pointant du doigt les risques de fraude. Sages paroles puisque les ICO marquent bien souvent la naissance d’inutiles shitcoins…

Cela dit, et même si la banque centrale du Salvador était invitée pour parler Bitcoin, le gouverneur namibien Johannes !Gawaxab n’est pas un Bitcoin maximaliste pour autant.

La banque centrale du Nigeria était aussi du voyage pour parler de l’eNaira, première CBDC d’Afrique et deuxième au monde après celle des Bahamas.

BTC vs CBDC

L’eNaira ne compte que 270 000 utilisateurs et comptabilise un volume de transactions famélique de 9,5 millions de dollars depuis son lancement le 25 octobre 2021…

A contrario, les échanges en Bitcoin au Nigeria ont atteint l’équivalent de 760 millions de dollars en 2021. Et plus de 1,1 milliard de dollars pour les six premiers mois de 2022.

Malgré ça, le gouverneur namibien a tenu des propos vagues, potentiellement hostiles au Bitcoin si l’on lit entre les lignes :

« Il existe une bataille entre l’argent réglementé et l’argent non réglementé d’une part, et entre l’argent souverain et l’argent non souverain d’autre part. […] La Banque centrale doit défendre la monnaie réglementée et freiner la finance non régulée. »

« Notre objectif est de poursuivre la modernisation du système financier namibien afin qu’il reste en phase avec les autres grandes banques centrales. Face à la numérisation rapide du système financier, la Banque de Namibie s’est penchée sur la question de savoir si une éventuelle CBDC pourrait jouer un rôle dans le futur paysage des paiements numériques et sur ses propriétés, coûts et avantages potentiels.. »

Pour !Gawaxab, « l’essence d’une monnaie, qu’il s’agisse de billets, de pièces ou d’une CBDC, repose sur la confiance dans le fait qu’il s’agit d’un moyen d’échange sûr et sécurisé ».

Le Bitcoin remplit les cases, mais le gouverneur a préféré souligner que « l’institution la plus apte et la mieux équipée pour inspirer la confiance est la banque centrale, même à l’ère du numérique »...

En même temps, pouvions-nous espérer autre chose de la part d’un banquier central. Ne manquez pas notre papier sur la dystopie du CBDC totalitaire…

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Nicolas Teterel avatar
Nicolas Teterel

Journaliste rapportant sur la révolution Bitcoin. Mes papiers traitent du bitcoin à travers les prismes géopolitiques, économiques et libertaires.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !