la crypto pour tous
A
A

Le bitcoin fonce vers le renouvelable

sam 08 Avr 2023 ▪ 5 min de lecture ▪ par Nicolas T.
Minage

Malgré la mauvaise propagande, la part d’énergie renouvelable qui sécurise le réseau Bitcoin augmente extrêmement vite.

Deux bitcoins

Bitcoin, combien de renouvelable ?

Le récent acharnement de Greenpeace contre le Bitcoin montre que les clichés ont la vie dure, en partie à cause du flou qui entoure l’insaisissable industrie du mining de bitcoins.

En effet, seulement deux sources (discordantes) existent sur son empreinte carbone. Celles du Bitcoin Mining Council et du Cambridge Centre for Alternative Finance.

Le premier estime que le réseau Bitcoin utilise 59 % d’énergie non carbonée. Le second avance un chiffre bien moindre de 37 %.

Cet écart béant alimentant la controverse, Daniel Batten s’est mis en tête de contacter l’essentiel des mineurs (98 % du hashrate) pour tirer l’affaire au clair et disposer de données complètes et actualisées.

Verdict : la part d’énergie renouvelable du bitcoin tourne autour de 53 % :

« Voici 4 nouveaux graphiques pour le bitcoin et l’énergie
Le bitcoin a augmenté son mix énergétique durable de 6,2 % par an depuis janvier 2020.
-Le taux de croissance de 6,2 % est plus rapide que celui de n’importe quelle industrie majeure.
-52,6 % de mix énergétique durable, c’est plus que n’importe quelle industrie majeure. »

L’erreur de Cambridge est de ne pas différencier les mineurs connectés au réseau national et ceux hors réseau (consommant surtout des énergies renouvelables).

Le Bitcoin Mining Council embellit pour sa part ses chiffres en partant du principe que la moitié des mineurs (ceux qui ne répondent pas à son enquête) consomment une électricité aussi carbonée que celle des États-Unis.

En définitive, le charbon n’est pas la principale source d’électricité du réseau Bitcoin, mais l’hydraulique (23 %).

Les mineurs tels que OceanFalls, Blockfusion, Hut8, Iris, Sato, Terawulf, Gridshare ou le français Big Block Green Service sont des exemples d’entreprises fonctionnant à 100 % ou majoritairement avec de l’énergie hydraulique.

D’après le rapport de D. Batten, la deuxième source d’énergie renouvelable la plus importante est l’énergie éolienne. Elle représente aujourd’hui près de 14 % de toute la puissance injectée dans le réseau Bitcoin.

Qui mine sur du charbon ?

Personne. Le bitcoin, comme les voitures électriques, n’émet pas directement du CO2. Ses émissions dépendent du mix énergétique du réseau électrique.

Actuellement, en supposant que les voitures électriques soient proportionnellement distribuées dans le monde, le charbon serait leur principale source d’énergie (37 %), suivi par le gaz (23 %).

La différence entre les voitures électriques et les mineurs est que ces derniers ne dépendent pas à 100 % du réseau électrique national. De nombreux mineurs utilisent des sources d’électricité isolées qui seraient autrement gaspillées. Généralement de l’hydraulique.

Près de 50 % des mineurs sont aux États-Unis

Les mineurs américains consomment 53 % d’énergie renouvelable. Soit autant que la moyenne mondiale de l’industrie du mining de bitcoins.

Néanmoins, leurs émissions de CO2 sont beaucoup plus faibles que celles des mineurs du reste du monde. Pourquoi ?

En premier lieu parce que les Américains utilisent plus de gaz que de charbon pour leurs sources d’électricité carbonée.

Par ailleurs, de plus en plus de mineurs américains consomment du gaz (méthane) qui serait autrement libéré dans l’atmosphère ou torché. Il en résulte une atténuation des rejets de gaz à effet de serre venant compenser les émissions de l’ensemble de l’industrie.

Sur 13.6 millions de tonnes d’équivalent CO2 générés chaque année par les mineurs américians, 1.8 million de tonnes sont compensées.

En clair, les États-Unis représentent 47 % du hashrate (et donc 47 % de la consommation d’électricité), mais ne génèrent que 39 % des émissions de CO2.

Selon le rapport, au niveau mondial, les émissions nettes de CO2 du bitcoin atteignent près de 30 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an. En baisse de 6 % par rapport à janvier 2020.

La compétition pousse les mineurs vers des sources d’énergie peu chères, c’est-à-dire celles qui sont non carbonées et autrement gaspillées. Le projet de taxe de 30 % des mineurs américains pourraient grandement accélérer le processus.

Terminons en précisant que le protocole de Satoshi divise par deux l’incitation à miner tous les quatre ans (halving). Et que l’efficience des ASIC augmente très vite, ce qui réduit d’autant la consommation d’électricité.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


Cliquez ici pour rejoindre 'Read to Earn' et transformez votre passion pour la crypto en récompenses !
A
A
Nicolas T. avatar
Nicolas T.

Reporting on Bitcoin, "the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy".

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.