A
A

Le Labor Department critique l'intégration du bitcoin (BTC) dans le 401(k) de Fidelity

ven 29 Avr 2022 ▪ 14h30 ▪ 5 min de lecture - par Alexis Patin

Selon un administrateur principal du US Labor Department, la proposition de Fidelity Investments de permettre aux clients de placer des bitcoins (BTC) dans leurs plans 401 (k) représente un danger pour la sécurité financière des Américains.

Man holding golden Bitcoin against financial graphs. Concept of price and value changing of the cryptocurrency. Bit coin with soft focus and grainy texture.

Des discussions entre le U.S Labor et Fidelity

Dans un entretien entre le Wall Street Journal et Ali khawar, secrétaire adjoint par intérim de l’Administration de la sécurité des avantages sociaux des employés, on apprend que le département américain sur le travail est particulièrement inquiet par cette nouvelle annonce de Fidelity.

« Nous sommes très préoccupés par ce que Fidelity a fait », a déclaré Ali Khawar lors de l’interview.

Le groupe de M. Khawar travaille au sein du département du travail pour réglementer les plans de retraite parrainés par les entreprises. Dans l’interview, il a déclaré qu’il considérait les cryptomonnaies comme spéculatives. Il y aurait « beaucoup de battage autour de l’idée que vous devez vous lancer maintenant parce que sinon vous serez laissé pour compte », a-t-il déclaré.

M. Khawar a déclaré qu’il avait été averti par Fidelity la veille du jour où la société a dévoilé son projet de donner aux 23 000 entreprises qui utilisent ses services 401 (k) la possibilité d’intégrer le bitcoin à ces derniers. Dans son communiqué du 26 avril, Fidelity a indiqué qu’à partir de cette année, les travailleurs pourraient allouer jusqu’à 20 % de leur investissement aux bitcoins. Ce seuil pourrait être réduit par les employeurs.

Ali Khawar souligne la volatilité du bitcoin et des cryptomonnaies et les dangers de la « hype » autour de ce type d’investissement. « Il y a beaucoup d’agitation autour de la question, comme quoi vous devez pénétrer le marché maintenant, sinon vous louperez cette opportunité », a-t-il dit.

De plus, Ali défend que l’américain moyen recherche via son 401 (k) des investissements stables qui pourront l’accompagner dans sa retraite. Très loin des « moon boys » et autres investisseurs qui ne rêvent que de devenir millionnaire et ne pensent pas aux risques.

« Pour l’Américain moyen, le besoin d’épargne-retraite pour ses vieux jours est important », a déclaré M. Khawar. « Nous ne parlons pas des millionnaires et des milliardaires qui ont une tonne d’autres actifs dans lesquels ils peuvent puiser ».

Une offre limitée par Fidelity

En réponse aux commentaires du département du travail, Fidelity a déclaré que son offre de bitcoins « représente l’engagement continu de la société à évoluer et à élargir ses offres d’actifs numériques au milieu d’une demande en constante augmentation pour les actifs numériques dans tous les segments de l’investissement, et nous croyons que cette technologie et que les actifs numériques représenteront une grande partie de l’avenir de l’industrie financière. »

Dave Gray, responsable des offres et des plateformes de retraite sur le lieu de travail chez Fidelity, a déclaré plus tôt cette semaine que l’offre serait limitée au bitcoin dans un premier temps. Il s’attend à ce que d’autres actifs numériques soient mis à disposition à l’avenir.

Un travail de recherche sur les prochaines régulations

Les organisations, les particuliers et certaines administrations municipales ont tout récemment commencé à accepter les monnaies numériques dans le cadre de transactions, d’activités commerciales quotidiennes et de certains échanges. Certains acteurs du monde des affaires restent toutefois sceptiques, notamment en raison de la récente volatilité des cours et du fait que le gouvernement fédéral n’a pas encore défini de cadre réglementaire complet pour ce secteur.

Le mois dernier, l’administration Biden a demandé aux départements du gouvernement fédéral de réaliser des études sur les monnaies numériques et d’envisager de nouvelles restrictions. Cependant, on remarque une régulation asymétrique entre les différents États, avec la Floride et le Texas en tête de l’adoption et d’autres comme la ville de New York qui bâche le bitcoin. 

L’action de Fidelity, qui gère des fonds de type 401 (k) pour plus de 20 millions de participants, intervient quelques semaines après que le département du travail a publié des recommandations le 10 mars. La volatilité du marché des cryptomonnaies, ainsi que l’absence d’une méthodologie d’évaluation largement reconnue, ont été mentionnées par l’agence comme des raisons expliquant la faible confiance des investisseurs dans le prix du bitcoin.

Il est important de rappeler que le bitcoin (BTC) n’est pas un investissement classique. Cependant, les investisseurs cherchent des solutions qu’ils trouvent de moins en moins dans la finance traditionnelle. L’inflation continue d’augmenter et de nombreux secteurs n’arrivent pas à suivre, c’est en partie pour cela que des investisseurs plus classiques se tournent vers le bitcoin.  

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Alexis Patin avatar
Alexis Patin

Observateur de la révolution monétaire, économique et sociale.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !