A
A

Le pouvoir des US sur le bitcoin

sam 09 Déc 2023 ▪ 10 min de lecture ▪ par Laetitia B.
Apprendre Investissement

Les États-Unis ont pas mal remué l’industrie de la cryptomonnaie, notamment avec l’affaire qui concerne la plateforme d’échange Binance. On pourrait penser que les US veulent contrôler le bitcoin mais est-ce vraiment le cas ? Quels en sont les moyens ? Nous allons justement étudier ensemble certains aspects en termes de contrôle des US sur le bitcoin. 

Le drapeau des USA avec des pièces de Bitcoin

L’affaire Binance

Binance est la plateforme de trading de crypto-monnaie la plus utilisée au monde. Un dossier d’enquête  par la SEC (security and exchange commission) avait été ouvert pour engager des poursuites contre celle-ci. Juste pour un rappel, la SEC est un organisme responsable de la réglementation et du contrôle des marchés financiers. Suite à cette poursuite, un accord et un compromis ont été conclus. Le CEO de Binance a plaidé coupable de violation des lois américaines contre le blanchiment d’argent et il va quitter dans la même foulée ses fonctions au sein de la compagnie. Binance devra également payer 4 milliards de dollars au Trésor américain. Ce genre d’évènement parmi tant d’autre devient un argument très utilisé pour défavoriser la crédibilité de la crypto-monnaie. Cependant, il faut savoir que la fraude et le blanchiment d’argent ont toujours existé et même à travers les banques traditionnelles.

Par conséquent, est-ce une bonne nouvelle ou une mauvaise nouvelle pour le bitcoin ? À vrai dire, le bitcoin n’a vraiment pas réagi à cela. C’était comme un non-event.

bitcoin, performance, contrôle
Source : Tradingview

Ce genre de non-event est probablement dû au fait que nous avons progressivement un alignement des planètes (favorable) pour satisfaire une approbation au niveau des ETFs au comptant. Plus l’industrie sera contrôlé et réglementé, plus cela sera facile pour procéder à l’institutionnalisation du bitcoin. 

L’ascension du Bitcoin reste au cœur des débats

Le bitcoin gagne tellement en popularité et en utilisation qu’il en devient dangereux aux yeux de certains gouvernements. Certains États voient en lui du potentiel et en font une monnaie officielle, c’est le cas notamment du Salvador. D’autres États voient en lui un danger et un soutien au blanchiment de l’argent car le bitcoin est à la fois non réglementé et les criminels l’utilisent. Pour les particuliers, il peut être une sortie de secours contre l’inflation via l’expansion monétaire mais il peut aussi aider la population à contourner le contrôle des capitaux dans certains cas. Par cette occasion, les US ont multiplié les différents contrôles récemment afin d’ imposer une réglementation.

Est-ce que les États-Unis ont du pouvoir sur le bitcoin ?

Pour l’instant, on pourrait croire que les États-Unis veulent de plus en plus mettre la main sur le bitcoin et contrôler. D’ailleurs, on peut même constater un certain alignement au niveau réglementation et attente de l’approbation d’un bitcoin au comptant. Tout arrive en même temps et on peut voir le pouvoir que les US veulent avoir sur le bitcoin. Pourquoi ? D’un côté, nous avons les différentes poursuites, notamment contre les cybercriminels. Ces poursuites ont permis aux US d’avoir en sa possession un portefeuille de 200000 bitcoins. Cela fait des US un des plus gros détenteur de bitcoins. Et dans un autre registre plus récent, nous avons la condamnation récente de Binance concernant la violation des lois américaines. Comme Binance reste LA plateforme d’échange majeure pour les différentes crypto-monnaies, la condamner afin de fragiliser sa crédibilité va inciter les investisseurs à se diriger vers des produits plus traditionnels comme les ETFs. D’ailleurs, dans la même dynamique, nous avons les plus gros producteurs d’ETFs comme blackrock ou ishare qui sont en attente d’autorisation de la SEC pour approuver un ETF au comptant. Cela permettrait aux US d’avoir une position importante en termes de possession de bitcoins. 

Les marchés financiers US au niveau mondial

De manière générale, les marchés financiers US ont déjà une place importante au niveau mondial car ils représentent plus de 42.5% du marché global. Donc ils sont une source de capitaux très importante. D’autre part, le dollar US est la devise de réserve au niveau mondial.

Par conséquent, une très grande partie des biens et services sont payés en dollars US. Comme on sait que le marché américain représente 42.5% du marché mondial et que la devise de réserve est le dollar US, ils restent malgré tout des leaders. On ajoute à cela les gros porteurs comme blackrock ou ishare qui sont en train d’acheter du bitcoin pour une approbation des etfs au comptant. Par conséquent, une très grande partie des bitcoins est achetée en dollars US. On va dire que les US ont un pouvoir sur le Bitcoin car ils possèdent à la fois des capitaux importants, ils en détiennent un grand nombre et ils sont en position de réglementer l’industrie. Le tout afin de bien coordonner l’institutionnalisation.

L’effet de l’institutionnalisation aux US

Bien évidemment, il y a des pour et des contre en ce qui concerne l’institutionnalisation du bitcoin. Dans un premier temps, c’est le résultat d’un travail de démocratisation de plusieurs années en amont. Le bitcoin est devenu assez populaire et attractif grâce à ses performances passées. Même si les performances passées ne garantissent pas les performances futures, il faut noter qu’il s’agit d’un actif qui permet de rajouter de de la performance à son portefeuille.

bitcoin, performance, contrôle
Source : Binance

Le principe même de l’institutionnalisation vient du fait d’intégrer le bitcoin au sein des institutions. Ce processus peut avoir des effets positifs car les institutions vont progressivement intégrer le bitcoin dans leur portefeuille. Par cette même occasion, cela va rendre l’actif accessible sans passer par d’autres plateformes. Par conséquent, la demande de bitcoin risque d’être stimulée. L’aspect négatif de l’institutionnalisation reste le fait même que cela soit contre intuitif à l’utilité initiale du bitcoin de se démarquer des institutions via la décentralisation.

Mieux vaut contrôler qu’interdire

La SEC est une institution du Trésor américain donc il faut comprendre les intentions derrières les mises en garde et les réglementations. Dans ce genre de contexte, il vaut mieux contrôler qu’interdire. Pourquoi ? On sait que les US sont une source de capitaux importante au niveau mondial. Par conséquent, ils sont une source indispensable pour acheter du bitcoin et stimuler la demande. Si la SEC autorise les ETFs bitcoin, cela va pousser les gros porteurs à acheter du bitcoin et l’inclure dans les portefeuilles comme tout actif régulier. Le fait même de “réglementer” peut rassurer les investisseurs les plus sceptiques à l’égard du bitcoin. D’autre part, l’accès des particuliers pour acheter du bitcoin via des etfs reste centralisé et réglementé. C’est un win pour les particuliers qui veulent aller chercher de la performance sans passer par les plateformes d’échange spécialisées en crypto-monnaie. Et c’est un win pour le trésor américain, car il va falloir payer des taxes sur les gains en capitaux lorsque le bitcoin va performer. Donc c’est un win pour les US mais aussi pour le reste du monde.

L’aspect positif de contrôler : faire le ménage

Même si on sait que le fait d’institutionnalisation va à l’encontre de l’utilité du bitcoin, il faut préciser que le fait de vouloir contrôler n’est pas forcément toujours négatif. Pourquoi? Plusieurs investisseurs ont été victimes de fraude dans l’industrie de la crypto monnaie comme c’était le cas avec FTX par exemple. Alors bien évidemment, le milieu de la crypto n’est pas juste significatif de fraude ou de criminalité. Il y a plusieurs aspects positifs dans l’utilisation du bitcoin. En voici quelques exemples : 

  • Protection contre la dévaluation d’une monnaie, le bitcoin est déflationniste
  • Transfert d’argent moins chers
  • Sécurité
  • Transparence au niveau des transactions
  • L’intégration et le développement de la blockchain. 
  • Offre limitée à 21 millions
  • Décentralisé
  • Réserve de valeur

Alors même si le contrôle ne plait pas toujours, il permet de faire le ménage et protéger l’investisseur dans une certaine mesure, ce qui pourrait alimenter la crédibilité du bitcoin.

CONCLUSION

Pour récapituler, les US ont une part de marché au niveau global très importante. Par conséquent, ils ont automatiquement du pouvoir sur l’évolution des actifs et notamment le bitcoin. Même si cela va à l’encontre de l’utilité initiale (décentralisation) du bitcoin, le fait de vouloir réglementer et centraliser va permettre d’institutionnaliser. Et le principe même d’institutionnaliser va attirer davantage de capitaux, ce qui pourrait stimuler la performance du bitcoin.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Laetitia B. avatar
Laetitia B.

Après avoir travaillé pendant 7 ans dans une banque canadienne dont 5 ans dans une équipe de gestion de portefeuille comme analyste, j’ai quitté mes fonctions afin de me consacrer pleinement aux marchés financiers. Mon but ici, est de démocratiser l'information des marchés financiers auprès de l'audience Cointribune sur différents aspects, notamment l’analyse macro, l’analyse technique, l’analyse intermarchés…

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.